Culture

Hey les esthètes, on vous file des places pour les Rencontres d'Arles

Le grand raout dédié à la photographie a bien lieu cette année, ça serait con de se priver.
1.7.21
Rencontres d'Arles
© Sabine Weiss

Comme tous les étés, le meilleur de la photographie se niche entre les arènes arlésiennes, la librairie Actes Sud, le massif des Alpilles, le soleil qui tape et le chant des cigales. Les Rencontres d’Arles auront bien lieu en 2021, après une dernière édition terrassée par le Covid, et promettent un tour d’horizon exhaustif de la photo entre valeurs sûres, talents émergents, hommages en archives et créations contemporaines.

Publicité

Restrictions sanitaires obligent, le tout frais directeur Christoph Wiesner concédait à l’AFP une édition plus « ramassée » et la nécessité de « plutôt faire moins que plus ». Charge à la trentaine d’expositions disséminées dans la ville de reprendre le rôle des lucioles de Georges Didi-Huberman cité par le maître de cérémonie et d’apporter cette « petite lumière de résistance ». Comme on sait que vous aimez le beau, on vous fait gagner des forfaits pour accéder à l’ensemble des Rencontres – il suffit de nous envoyer un mail à concours@vice.com.

Le festival se voulant le reflet de cette capacité que la photographie a de saisir et documenter les évolutions sociétales, une partie de sa programmation est dédiée aux questions de genres et d’identités. C’est le thème des expos présentées à la Mécanique générale ; Masculinités interroge à travers les œuvres de plus de cinquante artistes (de Laurie Anderson à Richard Avedon en passant par Kenneth Anger) les codes et la construction de la masculinité, des années 1960 à nos jours. Dans ce même lieu, lui répondront les Princes de la rue de Clarisse Hahn, ou l’ébullition d’un quartier (Barbès) et son incessant ballet de corps masculins.

Dans le rétroviseur, le Museon Arlaten propose de revenir sur l’œuvre de Sabine Weiss, une des dernières représentantes de l’école humaniste française et une des rares femmes de ce courant de la photographie qui réunit Robert Doisneau ou Willy Ronis. À l’abbaye de Montmajour, ce sont les clichés de Raymond Cauchetier, infatigable photographe des plateaux de la Nouvelle Vague après avoir fait ses classes avec l’armée de l’air en Indochine et au Cambodge, qui seront visibles. Les curieux pourront aussi déambuler dans les archives de Jazz Magazine ou celles l’Orient Express, le train de la Compagnie internationale des wagons-lits qui reliait Paris à Constantinople dès 1883.

Outre une très attendue exposition réunissant le travail de jeunes photographes soudanais qui documentent la chute d’Omar el-Bechir, certaines prévues en 2020 refont surface comme les portraits de Nord-Coréens réalisés par Stéphan Gladieu ou la spectaculaire collection de photomontages assemblés par Charlotte Perriand et installés au Monoprix. Quant à la relève, les candidats au Prix Découverte Louis Roederer, elle se dévoilera dans l’église des Frères Prêcheurs. Bref, vous avez l’embarras du choix. 

Les Rencontres de la photographie à Arles, du 4 juillet au 26 septembre 2021

VICE France est sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.
VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.