rêves confinement coronavirus
Illustration : Eduard Taberner Pérez
Santé

Voilà pourquoi vous faites des rêves bizarres pendant la quarantaine

Il ne se passe rien dans ma vie en ce moment, alors pourquoi mes rêves sont-ils soudainement si violents ?
15 avril 2020, 8:02am

Lorsque j'ai mentionné sur mon Instagram que je faisais des rêves étranges depuis le début de la quarantaine, des dizaines de personnes m'ont répondu en me racontant les leurs. Quoi qu’il en soit, mes recherches, non scientifiques, ont révélé que je suis loin d’être la seule à faire des rêves plus intenses pendant la pandémie – ou du moins à m'en souvenir davantage. Les gens m’ont dit que leurs rêves étaient plus dérangeants que d’habitude, et qu’ils s’accompagnaient souvent d’un symbolisme lié au coronavirus très peu subtil : s’ils ne rêvent pas de rayons de supermarché vides, ils se battent dans des tranchées. Il semble que notre subconscient ne soit pas d'accord sur le fait que la guerre est une mauvaise analogie avec la pandémie.

Symbolisme ou pas, les rêves ne peuvent pas être complètement expliqués. « Scientifiquement, les rêves ont toujours été entourés d’un certain mystère », dit le psychologue Francisco López Cánovas. Il explique que les psychologues abordent les rêves comme « les détectives abordent un crime ». « Les médecins s'intéressent au fait qu'un patient fasse ou non des cauchemars car cela peut indiquer qu’il a souffert d'une expérience difficile à assimiler psychologiquement, dit-il. Le sommeil est une activité qui compense ou reflète notre psyché tout au long de la journée. Un exemple simple : si nous nous couchons le ventre vide, nous pouvons rêver que nous sommes au restaurant en train d'attendre un bon plat. Pendant une pandémie, nous pouvons rêver des différentes peurs que notre subconscient s'emploie à réprimer pendant la journée. »

Le psychologue clinique Juan Antonio Membrive, qui a récemment publié sur Twitter un post sur les raisons pour lesquelles nous faisons des rêves étranges pendant la pandémie, affirme que nous ne pouvons pas tout savoir sur ce qui se passe dans notre subconscient, mais il a quelques théories. Pour lui, si nous nous souvenons davantage de nos rêves, c’est parce qu'ils sont tout ce que nous avons pour le moment. « Tout au long de la journée, lorsque nous vivons des expériences qui sont significatives ou qui sortent de l'ordinaire, elles fonctionnent comme des marqueurs dans notre mémoire. Nous sommes plus attentifs à ces événements. Pendant le confinement, nous vivons moins d'expériences, il est donc facile pour nos rêves de se démarquer. »

Sa deuxième hypothèse concerne notre attention et notre humeur. « Une humeur dysphorique et une faible stimulation sont deux conditions qui augmentent votre concentration – concentration sur vous-même et vos propres réactions psychologiques, dit-il. Nous savons donc qu'une humeur altérée peut nous amener à faire plus de rêves et, surtout, des rêves avec une plus grande charge émotionnelle. Parmi eux, les cauchemars. »

Selon López Cánovas, le sujet de nos rêves est moins lié aux événements extérieurs qui nous arrivent qu'à nos pensées intérieures pendant la journée. « Pour faire des rêves, le cerveau peut commencer par des événements et des personnes réelles, mais nous découvrons aussi qu'il peut créer des images inconnues. Par conséquent, les enfants comme les adultes peuvent finir par rêver de quelque chose qu'ils n'ont jamais vu ou vécu. »

Mais comment les interpréter ? « Dans L'interprétation du rêve, Freud explique que, selon son expérience, un rêve est généralement une réalisation hallucinatoire des souhaits plus ou moins conscients du rêveur », dit López Cánovas.

« Notre horloge interne a besoin de trois facteurs externes : la lumière et l'obscurité, la nourriture et l'activité physique. Trois facteurs qui sont très faciles à perdre en quarantaine » – Javier Albares, spécialiste en médecine du sommeil

En ce qui concerne les rêves de conflits, de menaces et de guerre, Membrive dit que « le contenu de nos rêves fait généralement référence à des aspects liés à la survie, comme les menaces à notre intégrité et à notre santé, ou à d'autres thèmes connexes comme l'agression ». Il pense que nos souvenirs sont plus susceptibles de s'accrocher à ces sujets dans le climat actuel.

Donc, si nous pouvons comprendre dans une certaine mesure les mécanismes qui se cachent derrière nos rêves, pouvons-nous les contrôler ? La réponse est simple : non. « Il y a des gens qui éprouvent naturellement la capacité de "choisir" ce dont ils rêvent ou ce qu'ils font dans un rêve. Mais même pour ces personnes, le sommeil est un processus largement autonome », poursuit Membrive. « Vous pouvez vous entraîner au rêve lucide, qui est utilisé pour traiter les cauchemars chroniques, avec de bons résultats dans certains cas », poursuit-il. Il évoque la technique de désensibilisation systématique. « En gros, nous répétons le rêve problématique dans notre imagination alors que nous sommes éveillés, mais en imaginant une fin différente ou en essayant de nous détendre, comme un comportement alternatif à la nature anxiogène et menaçante du rêve », explique-t-il. Cette technique est souvent utilisée lorsque les cauchemars d'un patient deviennent si graves qu'ils interfèrent avec sa vie quotidienne.

Pour prévenir les cauchemars de la quarantaine, il est important de garder des habitudes de sommeil saines, selon Javier Albares, neurophysiologiste et spécialiste en médecine du sommeil à la clinique Teknon de Barcelone. Nos habitudes de sommeil fonctionnent selon un rythme circadien, que l'isolement peut perturber. « Notre horloge interne a besoin de trois facteurs externes : la lumière et l'obscurité, la nourriture et l'activité physique. Trois facteurs qui sont très faciles à perdre en quarantaine. » Il cite les relations sociales comme quatrième facteur, bien que ce soit particulièrement difficile à maintenir à l'heure actuelle.

Mais il y a de petites choses que nous pouvons faire. « Le fait d’ouvrir les rideaux ou les stores dès que nous nous levons indique à notre corps qu'il fait jour et nous permet de nous activer, dit Albares. Plus tôt vous aurez de la lumière, plus tôt vous serez fatigué. Il en va de même pour l'obscurité : deux ou trois heures avant de dormir, il faut faire comprendre à notre corps que c'est la nuit afin de sécréter l'hormone du sommeil, la mélatonine. » Maintenir un semblant de routine alimentaire, même si cela signifie manger régulièrement des céréales au lit, aide à « marquer le reste de la routine de notre journée ». L'activité physique aide également à dormir.

Mais si rien de ce qui précède ne fonctionne et que vos rêves ressemblent toujours à un remake d’A__pocalypse Now par Tarantino, il est peut-être temps de commencer un journal des rêves.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.