Internet

Un type a essayé de détruire Internet pour faire disparaître des photos de lui

C'est une méthode comme une autre, après tout.

par Jamie Fullerton
02 Septembre 2016, 10:09am

Image: Screencap of NetEase.

Récemment, des célébrités telles que Jennifer Lawrence, Justin Bieber ou Leslie Jones ont eu le malheur de voir des photos d'elles publiées sur Internet sans leur consentement. Même s'il est toujours possible de mener une action en justice pour endiguer la fuite de photos de passeport, permis de conduire et autres selfies, une fois que les documents ont fait le tour du web, ils resteront en ligne pour l'éternité.

Il existe pourtant une alternative aux poursuites judiciaires, comme nous le démontre un homme d'âge moyen de la province de Shandong, en Chine, que l'on surnommera Liu. Liu a imaginé une technique de prévention radicale pour éviter que des photos de lui dansant de manière ridicule ne se retrouvent sur le web au sus et à la vue de tous : casser Internet.

Liu a été arrêté dans la ville de Weifang, le 19 août 2016, alors qu'il tentait de percer et d'arracher les entrailles de quatre boitiers de service China Telecom, selon le site chinois NetEase. Lorsque la police lui a demandé pourquoi il avait entrepris de mutiler des centaines de câbles au milieu de la nuit, il a répondu qu'il était terrifié à l'idée que des photos et vidéos de lui ne soient publiées sur Internet, l'humiliant à jamais. En Chine, perdre la face devant autrui est considéré comme un événement extrêmement grave, qui a des répercussions importantes sur la vie sociale de l'individu.

Image: Screencap of NetEase.

Liu a expliqué à la police qu'au moins de juin, alors qu'il ne résidait à Weifang que depuis peu, il avait tenté de s'intégrer à la communauté locale en participant à une « danse de mamie » publique. Ces danses synchronisées, courantes dans les villes chinoises, impliquent généralement des femmes d'âge moyen souhaitant se maintenir en forme en faisant un peu de sport. Les danses sont organisées dans les quartiers résidentiels, et accompagnées de musique chinoise traditionnelle ou de techno violente crachée par un ampli portable. Bien avant que l'affaire Liu n'apparaisse dans les médias, ces danses suscitaient déjà le débat public.

En effet, parce que les danses de mamie sont bruyantes et ont généralement lieu dans des zones résidentielles densément peuplées, elles soulèvent régulièrement les plaintes du voisinage. À Chengdu, dans la province du Sichuan occidental, on rapporte que des ballons remplis d'eau étaient lancés sur les danseurs lorsque le volume sonore de la fête n'était plus du goût des résidents. A Wuhan et Changsha, dans la province du Hunan, on leur aurait même jeté des excréments. En 2015, le gouvernement a mis fin à la controverse en publiant des règles strictes sur la pratique de la danse dans l'espace public.

Personne n'a lancé de déjections sur Liu lorsqu'il a entamé une chorégraphie impromptue à Weifang. Cependant, comme il l'a expliqué à la police, il avait remarqué que des passants avaient entrepris de filmer sa performance à l'aide de leur téléphone portable. Ce n'est qu'en août que la peur panique de se retrouver sur le web s'est emparée de lui. Liu a alors décidé de casser Internet en détruisant de manière systématique tous les boitiers de communication des entreprises de télécom qui se trouvaient sur son chemin.

D'une certaine manière, sa vaste entreprise de destruction aura eu l'effet escompté. China Telecom s'est rapidement rendu compte que son service Internet s'était brutalement effondré, et a demandé à la police de vérifier les vidéos de surveillance des espaces publics afin de déterminer la cause de la détérioration des infrastructures. Le coupable a très vite été identifié. Liu, qui avait déjà passé sept ans en prison pour d'autres crimes, avait déjà causé plus de 100 000 Yuan de dégâts (13 000 euros) au moment où il a été interpellé.

Sur les réseaux sociaux chinois tels que Weibo et WeChat, les réactions n'ont pas tardé à se faire entendre. Certains apportaient leur soutien à Liu : « Si vous n'aimez pas sa façon de danser, vous n'avez qu'à regarder ailleurs. Personne ne vous oblige à regarder la vidéo. Qu'est-ce qui vous fait penser que vous avez le droit de vous moquer de lui ? Le type qui filmé n'a aucun principe moral, » affirme un commentaire. Un autre met en lumière les failles du plan machiavélique du danseur fou : « Il a oublié l'existence de la 3G et de la 4G, apparemment. »

Le déroulement et l'issue du procès n'ont pas été rendu publics. Les photos et vidéos de Liu en train de danser ne sont apparemment pas devenues virales, ce qui signifie que, d'une manière ou d'une autre, son initiative a été couronnée de succès. Néanmoins, tout le monde se moque aujourd'hui de l'homme qui a cru pouvoir abattre Internet à la force de ses bras.