L'étrange histoire de Sad Satan, le jeu qui a fait flipper le deep web
Image : Sad Satan

L'étrange histoire de Sad Satan, le jeu qui a fait flipper le deep web

D'abord une légende urbaine avant de devenir accessible à tous, retour sur l'histoire incroyable d'un jeu moche et étrange où l'on croise Charles Manson, Hitler, Margaret Thatcher et d'étranges fillettes.
12 janvier 2016, 6:00am

Tout a commencé le 25 juin dernier, quand la chaîne YouTube consacrée aux jeux vidéo d'épouvante Obscure Horror Corner a mis en ligne une vidéo intitulée Sad Satan - Deep Web Horror Game - Part 1. Pendant ses douze minutes, un personnage erre dans des couloirs obscurs. A mesure que l'on progresse dans le noir avec lui, des événements inquiétants se produisent. La photographie d'un homme posant en haut d'un escalier orné de trophées de chasse dérobe tout l'écran pendant un instant, des sons distordus surgissent du vide. C'est basique mais ça fonctionne, c'est l'angoisse. A l'époque, la description de la vidéo contenait un lien de téléchargement du jeu complet. Malheureusement pour les plus intrépides, il ne fonctionnait pas.

Les deuxième et troisième parties de l'expérience ont été mises en ligne par Obscure Horror Corner les 27 et 30 juin. On y retrouve l'ambiance bizarre de la première vidéo, en pire. L'environnement en noir et blanc saturé est brièvement occulté par des images étranges : le diable sur son trône, JFK quelques instants avant son assassinat, un cliché signé Roger Ballen. De temps à autre, des enregistrements de Charles Manson ou de Hitler se déclenchent. Au détour d'un couloir, une petite fille se balance doucement d'avant en arrière, tête baissée, comme essoufflée. Des cris horribles retentissent quand le joueur s'approche d'elle. Plus loin dans le labyrinthe, d'autres enfants sont prostrés.

L'atmosphère particulièrement glauque des trois vidéos n'a pas tardé à attirer l'attention des médias. Le 1er juillet, le premier article consacré à Sad Satan a été publié par Kotaku. Le fondateur d'Obscur Horror Corner, un certain Jamie, y livre une histoire intrigante. Interviewé par le blog spécialisé dans l'actualité vidéoludique, il a affirmé que le jeu avait été découvert sur le deep web par l'un de ses abonnés : "Il m'a envoyé un lien en disant qu'il avait trouvé un truc flippant et qu'il savait que ça allait m'intéresser." L'abonné l'a confirmé à Kotaku sous couvert d'anonymat : Sad Satan provient effectivement du web profond - d'un forum, pour être exact.

Selon ses dires, il aurait été déposé là par un certain ZK : "J'ai vu d'autres publications signées par lui sur le forum. Elles étaient vraiment étranges. Certains des trucs qu'il postait étaient plutôt bizarres : des opinions sombres, du charabia satanique." La piste du créateur de Sad Satan ne remonte pas plus loin. Ajoutant encore à la mystique diabolique, Jamie a affirmé que chaque session de jeu faisait apparaître un bloc-note rempli de "texte incompréhensible" sur le bureau de son ordinateur. "Ça ne semblait pas écrit dans un langage particulier, c'étaient juste des symboles et des nombres, a-t-il raconté. J'ai remarqué 666 plusieurs fois."

Toutes les images sont des captures d'écran issues du jeu.

Bien qu'il s'intéresse avant tout à l'aura démoniaque de Sad Satan, l'article de Kotaku note aussi que le thème principal du jeu est sans doute la maltraitance infantile. Il y a ces enfants prisonniers du labyrinthe, mais aussi ce cliché fugace de Margaret Thatcher et de Jimmy Savile posant pour la NSPCC, une association de protection de l'enfance britannique. Une référence grinçante aux graves accusations d'abus sexuels sur mineurs dont l'animateur a fait l'objet après sa mort en 2011. Le sujet cadre avec les fantasmes qui enveloppent les racines de Sad Satan : le deep web a la réputation d'être un repère de pédophiles.

Ainsi mis en lumière par Kotaku, Obscure Horror Corner est soudain devenu célèbre. Le jour de la publication de l'article, Sad Satan - Deep Web Horror Game - Part 1 a été visionnée plus de 100 000 fois. Aujourd'hui, elle compte plus de 1,5 millions de vues ; avant elle, la vidéo la plus populaire de la chaîne n'en comptait que 40 000. Jamie a été désarçonné par ce sursaut de popularité. Joint par mail, il explique : "Je ne m'attendais pas à ce que Sad Satan rencontre un tel succès. A l'époque, j'avais très peu de fans et à peine 1 000 abonnés". Il en compte plus de 62 000 aujourd'hui.

Plusieurs rumeurs ont émergé de ce petit mouvement de foule numérique : les cris du jeu ont été enregistrés pendant le viol d'une fillette, son créateur est un authentique agresseur sexuel pédophile. La légende de Sad Satan a commencé à croître. Aucun on-dit ne semblait trop sordide pour son costume de "jeu du deep web". Pourtant, personne n'avait encore réussi à y retrouver sa trace, ni même celle du mystérieux ZK. C'est dans ce contexte que le subreddit /r/sadsatan a été créé.

Cette sous-section de Reddit spécialement dédiée au jeu a ouvert ses portes le 3 juillet, au moment de la mise en ligne de la quatrième vidéo. Un lieu de réunion idéal pour tous les détectives du web, jusqu'alors solitaires dans leurs enquêtes sur le sens et les origines du logiciel. Ensemble, ils ont commencé par dresser une liste précise de tous les sons et images présents dans les vidéos d'Obscure Horror Corner. Leur long travail de recherche et d'analyse est vite venu conforter les soupçons de Kotaku quant au sujet du jeu.

Le subreddit /r/sadsatan a d'abord remarqué que la vidéo uploadée le 25 juin par Obscure Horror Corner s'achève sur une boucle de "Stairway to heaven" joué à l'envers, un élément qui avait échappé au blog spécialisé. La légende veut que l'on puisse y entendre Jimmy Page chanter les louanges du "triste Satan". En plus d'expliquer le titre du jeu, cet extrait alimente la thèse du thème pédophile : de 1972 à 1975, le meneur de Led Zeppelin a entretenu une relation amoureuse secrète avec une adolescente.

Dans la quatrième vidéo, les Redditors ont repéré des clichés de Rolf Harris et Tsutomu Miyazaki. Le premier est un ancien présentateur vedette de la BBC. En 2014, il a été condamné à 69 mois de prison ferme pour avoir agressé sexuellement quatre jeunes gens âgés de 8 à 19 ans. Le second est un tueur en série japonais, exécuté en 2008 pour le meurtre et le viol de quatre fillettes. Leurs photographies sont accompagnées d'enregistrements dans lesquels Johnny Rotten, le chanteur des Sex Pistols, laisse entendre que Jimmy Savile est un criminel. Ils sont extraits d'une interview enregistrée en 1978.

La cinquième et dernière vidéo de Sad Satan a été mise en ligne le 4 juillet par Obscure Horror Corner. Avec sa photo de Roman Polanski et son extrait d'une chanson des Doors dans laquelle Jim Morrison demande "le chemin vers la prochaine petite fille", elle a achevé de convaincre les internautes que le thème du jeu était bien la pédophilie. Dans les derniers instants de cet ultime volet, le personnage est pris en chasse par l'un des enfants du labyrinthe. Quand l'écran s'assombrit complètement, on suppose un instant qu'il a été tué, que la partie est terminée ; et puis il se réveille, prisonnier d'une pièce sans issue.

Le 4 juillet est aussi le jour où les premiers doutes concernant l'authenticité de Sad Satan comme "jeu du deep web" ont été manifestés sur son subreddit attitré. En cause, la découverte de l'outil grâce auquel le jeu a été développé : Terror Engine, un logiciel gratuit pensé pour permettre à n'importe quel profane de créer sa propre aventure vidéoludique en quelques heures. Terror Engine est distribué par ZeoWorks, un studio indépendant devenu vaguement célèbre grâce à sa série de jeux vidéo horrifiques au pays des Teletubbies. Cela ne prouve rien, mais ça fait tâche dans l'histoire du jeu surgi des profondeurs du web.

Le lendemain, une autre révélation est venue égratigner la crédibilité d'Obscure Horror Corner. Le lien vers le deep web fourni dans la description de Sad Satan - Deep Web Horror Game - Part 1 et supprimé depuis se terminait en .onion ; ce type d'adresse caractéristique du réseau Tor ne peut pas contenir de 1, de 8 ou de 9. Or, des membres de /r/sadsatan ont remarqué que l'URL fournie par la chaîne YouTube contenait un 9. De fait, il n'a sans doute jamais été possible de télécharger Sad Satan.

Excités par le fumet du bobard bientôt découvert, les Redditors ont commencé à croire que l'affaire toucherait à sa fin sans trop tarder. Malgré son sujet glauque, le jeu n'avait rien d'illégal. Une conclusion idéale se profilait alors tranquillement : mis sous pression par l'histoire du lien truqué, Jamie allait avouer qu'il avait créé le jeu pour faire parler de sa chaîne YouTube. Bien sûr, ça ne s'est pas du tout passé comme ça. Le 7 juillet, un rebondissement sordide a coupé court à toute perspective de happy end pour cette enquête facile et proprette.

Certains internautes prudents ont eu la bonne idée de fouiller dans les fichiers de ce "vrai" Sad Satan plutôt que de le lancer sans attendre. Dans le dossier des images supposées surgir à l'écran pendant la partie, ils ont découvert trois photographies de cadavres mutilés et un cliché pédopornographique.

Ce jour-là, un message titré "Sad Satan Download Link" a été publié sur la catégorie "/x/ - Paranormal" du forum 4chan. Il contenait un lien de téléchargement du jeu suivi de trois petites phrases sinistres : "Ce que vous avez vu sur YouTube ne correspond pas à la réalité. Ne croyez pas ce lâche d'Obscure Horror Corner. Il ne vous a pas montré ce qu'il y avait vraiment dans ce jeu." L'auteur a signé "ZK". Forcément, les curieux se sont empressés de cliquer sur le lien. Jusqu'alors, personne d'autre que Jamie n'avait joué à Sad Satan.

Certains internautes prudents ont eu la bonne idée de fouiller dans les fichiers de ce "vrai" Sad Satan plutôt que de le lancer sans attendre. Dans le dossier des images supposées surgir à l'écran pendant la partie, ils ont découvert trois photographies de cadavres mutilés et un cliché pédopornographique. Quant aux inconscients qui ont démarré une partie sans réfléchir, ils ont exploré des niveaux différents de ceux parcourus par Obscure Horror Corner avant que leur ordinateur ne rencontre des problèmes techniques. Certains PC n'ont fait que redémarrer sans prévenir ; d'autres ont été assez endommagés pour nécessiter une réinstallation du système d'exploitation.

Moins de vingt minutes après la mise en ligne du clone de Sad Satan, Kotaku a publié une mise à jour sur son article du 1er juillet. Jamie s'y explique sur l'affaire de l'adresse falsifiée : s'il a donné une fausse URL dans la description de la vidéo, c'est parce que l'originale contenait des photos "gore" et pédopornographiques en plus du jeu. "Je ne me sentais pas de diffuser un lien vers des trucs comme ça", a-t-il affirmé au blog. Très échauffés par les images répugnantes et la dangerosité informatique du "vrai" Sad Satan, les Redditors n'ont tout simplement pas cru à cette explication. Au contraire, elle a galvanisé leurs soupçons à l'encontre de Jamie.

Pour /r/sadsatan, le propriétaire d'Obscur Horror Corner a développé et diffusé le clone pour renforcer la crédibilité de son histoire, quitte à tomber dans l'illégalité. Jamie aurait cru qu'un jeu infecté, une photo pédopornographique et la signature "ZK" suffiraient à prouver que Sad Satan avait bien été dégoté sur le terrible dark web par l'un de ses abonnés. Pour appuyer cette thèse de la preuve fabriquée, le subreddit évoque les rapports d'erreurs crachés par les ordinateurs ayant survécu au Sad Satan de 4chan. Certains indiquent que les fichiers du jeu proviennent de l'ordinateur d'un certain "Jamie".

En plus d'abîmer encore un peu sa réputation, l'apparition du clone de Sad Satan a donné le coup d'envoi d'une véritable campagne de harcèlement à l'encontre de Jamie. Six mois après, il raconte : "J'ai reçu des messages de gens qui m'accusaient de leur avoir transmis un virus, qui menaçaient de me faire arrêter, des trucs comme ça." Malgré la tempête, il n'est jamais revenu sur sa première et unique version des faits. "Je n'ai pas fait le jeu", assure-t-il toujours, pas plus que le clone. Pour tenter de se faire oublier, il a cessé toute activité sur Obscure Horror Corner : "J'ai quelques vidéos sous le coude. Quand la fumée retombera, peut-être que je les uploaderai, peut-être pas."

Le 9 juillet, l'un des membres de /r/sadsatan a mis en ligne une version "sûre" du clone, exempte de tout virus et de toute image illégale. Désormais accessible à n'importe quel internaute, Sad Satan a connu une seconde vague de notoriété. C'est ainsi que l'obscur "jeu du deep web" a fini chez PewDiePie au début du mois d'août. Malheureusement, ce regain de popularité n'a apporté aucun nouvel indice sur ses origines et aujourd'hui, le mystère a déjà commencé à se diluer dans l'oubli.

Authentique artefact des profondeurs ou coup de pub raté, nous ne saurons sans doute jamais ce qu'est vraiment Sad Satan. Les détectives de Reddit n'ont plus aucune piste et à la connaissance de Jamie, aucune enquête officielle n'a été ouverte malgré le cliché pédopornographique intégré à la version de 4chan : "Les gens ont dit qu'ils l'avaient signalé aux autorités. Il y a peut-être eu des investigations mais je n'en ai pas entendu parler." ZK, s'il existe, continue à galoper dans le deep web en toute quiétude.

Sébastien est sur Twitter : @SWSerbe