Sports

Le FC Sankt Pauli a sa propre école maternelle

Installée au Millerntor-Stadion, le stade du club hambourgeois, la maternelle accueille des dizaines de kids qui ont la chance de rencontrer les joueurs entre deux activités.
24.4.17

Toutes les photos ont été prises par Gordon Welters pour le New York Times

Imaginez-vous avoir 3 ou 4 ans. C'est votre première rentrée et, comme la plupart des gamins de cet âge-là, vous angoissez à l'idée de vous retrouver dans une salle qui sent le lino et les produits de nettoyage, entouré d'une dizaine de vos congénères braillant leur mal-être. Sauf qu'une fois arrivé devant l'entrée de votre maternelle, vous réalisez qu'elle est installée dans un stade de foot de 30 000 places. Et pas n'importe lequel, puisqu'il s'agit du Millerntor-Stadion, l'enceinte des joueurs du FC Sankt Pauli, club aux résultats sportifs aussi anonymes (le club est actuellement 11e de la deuxième division allemande) que sa popularité est grande en Allemagne et dans le monde entier. Un projet éducatif un peu particulier sur lequel le New York Times s'est donc penché.

C'est ce qui arrive tous les jours aux petits Hambourgeois inscrits au kindergarten de la fondation Pestalozzi, installée au coeur du stade depuis 2010, pour le plus grand bonheur des gamins. Entre deux activités, ils ont quand même la chance de voir les joueurs du club passer une tête dans la salle de classe et venir leur faire un peu de lecture. En guise de cour de récré, ils batifolent dans une des grandes salles du stade. Bref, ils kiffent, et ils ne sont pas les seuls, car les jours de match, les parents ont la priorité pour venir regarder l'équipe une jouer depuis la salle de classe. Si les rencontres se jouent pendant les cours, l'école met des casques anti-bruit à disposition des élèves pour préserver leurs jeunes oreilles.

Ce projet, lancé il y a sept ans, s'inscrit dans la lignée de la réputation du club, connu pour être l'un des plus investis socialement dans la vie du quartier et de la ville de Hambourg. Christoph Pieper, le responsable de la communication de Sankt Pauli, explique même que ce genre d'initiative fait « partie de l'ADN du club. »