Publicité
Santé

Éternuements, pleurs, syncopes : quelques rares effets secondaires des orgasmes

Ah, et puis les orgasmes des pieds aussi.

par Sheherzad Preisler
08 Avril 2019, 7:44am

Simone Becchetti/Stocksy

Le sexe, c’est génial. Cela peut vous satisfaire pendant deux jours complets, et améliorer votre productivité au travail. Mais parfois, les orgasmes peuvent survenir avec des effets secondaires désagréables - comme des larmes, une douleur, voire une syncope, selon une analyse d’études récente.

Les gynécologues James Simon de l’université George Washington et Anna Reinert de l’université du Maryland ont constitué une liste de « phénomènes péri-orgasmiques », ou conséquences anormales de l’orgasme, dont ils ont entendu parler au cours de leurs carrières. Ensuite, ils ont utilisé cette liste pour rechercher des occurrences (toutefois rares) de réponses dans la littérature scientifique, surtout sous la forme de signalements.

Sur cette liste d’effets secondaires de l’orgasme, on trouve : les rires, les pleurs, les éternuements, et le sentiment général de faiblesse connu sous le nom de cataplexie. Même si les deux chercheurs n’ont pas trouvé de signalement médical de fous rires pendant l’éjaculation, ils ont identifié une rubrique de journal avec la lettre d’une femme qui se plaignait que son petit ami se tordait de rire après avoir fini. Les pleurs ou la dépression après le sexe rentrent sous l’égide de la dysphorie post-coïtale (DPC), même si d’autres études ne montrent aucune connexion directe entre l’orgasme et la DPC car on peut expérimenter la dysphorie même après des ébats sans orgasme. Les auteurs de l’étude notent que ce n’est pas un vrai phénomène post-orgasme mais qu’ils veulent cependant le mentionner.

Quant aux éternuements, les médecins pensent qu’ils pourraient arriver parce que les stimuli activent plusieurs parties du système nerveux, plutôt qu’une. L’éternuement est plus signalé chez les hommes. Certains hommes connaissent ce qu’on appelle le syndrôme maladif post-orgasme, ils se sentent fatigués et fiévreux, presque grippés, pour quatre à sept jours.

Certains rapports décrivent également des douleurs aux pieds, aux oreilles, au visage et des maux de tête durant de quelques minutes à trois heures. En étudiant les douleurs aux pieds, ils ont identifié le cas d’une femme de 55 ans qui expérimentait au hasard des sensations orgasmiques dans son pied gauche après une période de soins intensifs. Et son pied faisait de même lors d’un orgasme vaginal ou clitoridien. Ses médecins ont soupçonné que c’était la conséquence de fibres nerveux endommagés qui ne s’étaient régénérés que partiellement. Les auteurs ont également découvert des réactions plus extrêmes comme des syncopes. On a établi ces syncopes comme un type d’ « épilepsie réflexe », les orgasmes servant de stimuli. Certaines personnes ont expérimenté des syncopes pendant longtemps avant de les développer en réponse au sexe, tandis que d’autres présentent pour la première fois ce qu’on nomme « orgasmolepsie ».

Le sexe se présente sous toutes les formes, donc il n’est pas surprenant qu’il en soit de même pour les orgasmes. Donc si votre partenaire ou vous-même laissez échapper un gloussement post-jouissance, essayez de ne pas le prendre trop à coeur, c’est sans doute simplement physiologique. Sauf pour le mec dans Sex and the City qui hurle des grossièretés à Charlotte - les chercheurs n’ont trouvé aucun signalement liant l’orgasme et les insultes.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.