Publicité
Noisey

Drake a t-il déjà su un jour comment tirer sur un joint ?

De ses paroles à ses interviews en passant par ses vidéos aux côtés de Wiz Khalifa ou Lil Wayne, la question se pose plus que jamais. Et nous avons tenté d'y répondre.

par Dan Ozzi et Kyle Kramer
20 Avril 2017, 12:53am


C'est un secret pour personne, Drake et la weed, ça fait deux : le sujet n'est abordé qu'à de très rares occasions dans ses paroles; il affirme en consommer uniquement avec modération; il ne poste jamais rien sur Instagram, défoncé, tard dans la nuit, etc, etc. Drake semble tellement novice en la matière qu'il a récemment fait les gros titres après avoir annulé un concert à Amsterdam (lol, comme par hasard) en invoquant une raison hilarante : une indigestion de sushis. Si Drake est aussi hostile à la weed, c'est peut-être parce qu'il veut tout simplement continuer à jouer son rôle de modèle—après tout, c'est lui le rappeur le plus connu de la planète, et des gens de tous les âges et de toutes les origines écoutent sa musique. Ou peut-être que c'est un putain d'écureuil et qu'il connaît le prix d'une vie extravagante dictée par les cordons de la weed. Peut-être aussi qu'il a appris son code civil par cœur et qu'il ne veut pas passer des années à se faire chier au tribunal pour des conneries de shithead.

Mais peut-être aussi que tout ça cache quelque chose de plus sombre et de plus sinistre. S'il ne fume que très rarement de la weed, c'est peut-être parce que... Drake n'a jamais su comment tirer correctement sur un joint.

Nous n'avons pas peur, ici à Noisey, de se faire taxer de complotistes, de gratter la surface, vous ne nous empêcherez pas de penser que, malgré son argent, sa célébrité et ses relations, la star cache une blessure profonde qui remonte à sa plus tendre adolescence : personne n'a jamais su montrer à Drake comment fumer de la weed. Résultat, nous avons maintenant affaire à un homme dans la fleur de l'âge, qui est physiquement incapable de se mettre faya. Il a peut être commencé « at the bottom » mais, contrairement à ce que disent ses lyrics, il y est resté, car il n'a toujours pas la moindre idée de comment planer. 

Est-ce possible ? Drake pourrait-il être aussi empoté un joint à la main que lorsqu'il va à la salle ? Sommes-nous en présence du plus gros camouflet que le hip-hop ait jamais couvert ? Analysons les preuves :

Preuve n°1 : sa vidéo avec Wiz Khalifa

Voici une vidéo de 2014 où Drake rappe aux cotés de Wiz Khalifa. D'abord, considérons cet extrait comme si c'était un témoignage de la première fois où Drake a fumé de la weed, ce qui fait de cette courte vidéo, une pièce centrale de notre plaidoyer sur le fait que Drake ne sait pas fumer de weed. Penchons-nous donc sur les éléments visuels dont nous disposons ici. Regardons attentivement la manière dont Drake bouge sur scène :

Qui pourrait annoncer froidement que ce type réagit comme un mec qui a déjà fumé de la weed auparavant. Honnêtement, quand bien même Drake aurait inhalé la plus petite portion d'herbe possible, il n'en tire aucun enseignement, au contraire. Au lieu d'être 100 % détente, il ressemble à un type qui vient d'avaler 20 sachets de Dragibus d'affilée. En comparaison, regardez maintenant la manière dont Wiz bouge sur scène :

Notez la démarche lente, cet espèce de cumulo-nimbus qui enveloppe son corps tout entier, le fait qu'il ressemble juste à un un putain de mec qui a déjà roulé des kilomètres de blunts. Quand on compare son flegme à l'attitude hyperactive et enfantine de Drake, pas besoin de boule de cristal pour deviner lequel de ces deux gonzes connaît son chanvre sur le bout des doigts. Visez les un peu côte à côte :

Après quelques dizaines de secondes, Wiz passe le oinj à Drake, qui tire à son tour dessus. Mais de la fumée sort immédiatement de sa bouche, indiquant clairement qu'il vient de faire une « Bill Clinton », et qu'il n'avait aucune intention d'inhaler. Un peu plus loin, vous pouvez remarquer qu'il fixe le joint, comme s'il envisageait de tirer une deuxième latte ou comme s'il se questionnait, « suis-je passé pour un gland en tirant cette première taffe ? Suis-je le gardien de mon frère ? », avant de finalement renoncer à reposer ses lèvres dessus. Grillé :

Notons aussi les réactions de son entourage. Premièrement, visez la tête de Wiz, on dirait celle d'un gamin qui vient de faire la meilleure vanne de l'année à son prof de physique-chimie. 

Regardez la réaction de la foule :

Tout le monde hurle et s'écharpe pour capturer ce rare moment où Drake est à moins d'un mètre d'un objet contenant du THC. Au beau milieu du public, un homme, paraissant aussi heureux que si sa femme venait d'accoucher :

Une fois encore, impossible de rester stoïque et d'affirmer que c'est une réaction normale à la vue d'une personne habituée à fumer de la weed, qui plus est à un concert de rap .

Preuve n° 2 : sa vidéo avec Lil Wayne 

Cette vidéo est l'arme de destruction massive de notre dossier. En 2014 toujours, Drake participait à une tournée en compagnie de son mentor, Lil Wayne, féru de marijuana devant l'Éternel. Le clou du spectacle ? Chaque soir, les deux compères se posaient ensemble sur scène pour fumer de la weed, une scène exagérément enfumée (effet comique), comme le montrent les clichés du photographe officiel de Wayne. Que doit-on conclure de tout ça ?

Comme on peut le voir, de la fumée provient de plusieurs sources, qui, à moins d'avoir posté 3 gros vapeurs de weed aux quatre coins de la scène, semble être l'œuvre de machines à fumée. Question : pourquoi utiliser autant de machines ? C'est comme si Drake compensait par la technique son inhabilité à enfumer lui-même sa putain de scène, masquant ses lacunes en jetant littéralement de la poudre aux yeux de son public.

Quand Wayne passe le oinj, sans corde à linge, à destination de Drake, celui-ci tire dessus (toujours la même histoire), et comme dans l'extrait avec Wiz Khalifa, la fumée ressort de sa bouche après quelques centièmes de secondes seulement. Une fois de plus, il n'y a pas eu inhalation : 

Regardez également comment Drake, après avoir « fumé », fixe Wayne lorsqu'il se remet à chanter. Vous voyez ce sourire forcé ?

Drake vous dirait de vive voix que la fumée de ce joint n'a atteint aucun de ses poumons que ça ne serait pas aussi crédible que sur cette photo.

Ceci soulève d'ailleurs une autre question : si Drake ne semble clairement pas savoir comment tirer sur un joint, est-ce que Wayne le couvre ? Doit-on remonter tout en haut de la pyramide Young Money pour découvrir la vérité ? 

Preuve n°3 : ses interviews

Drake ne fait pourtant jamais le timide quand il s'agit de weed. Dans de nombreuses interviews, dont cette dernière avec John Calipari, coach de l'équipe de basket de l'Université du Kentucky, ou cette apparition chez Jimmy Fallon, il raconte la (supposée) première fois où il a fumé un joint—juste avant son audition pour jouer dans la série Degrassi : La Nouvelle génération. Il raconte qu'il s'était roulé un blunt de tous les diables avec ses potes pour paraître plus cool et l'a ensuite profondément regretté une fois devant ses juges, ce qui correspond exactement à ce que tous les porteurs de T-shirts D.A.R.E. (to keep kids out of drugs) vous diront, des gens à fuir comme la peste. Surtout que, comme nous le savons, il a finalement eu le rôle, ce qui aurait été très peu probable s'il avait été vraiment défoncé à la weed pour la première fois de sa vie, comme il le dit.

Preuve n°4 : ses lyrics

À ce stade du réquisitoire, vous vous dites « OK, tout ça s'imbrique parfaitement. Ces vidéos et ces images consolident l'accablant dossier contre Drake. » D'un autre côté, nous vivons à l'ère des hoax Photoshop, une époque où de nombreuses vidéos virales s'avèrent souvent être fausses. On ne peut plus croire en rien ni personne. OK, c'est recevable, prêtons directement attention à l'homme alors, plutôt qu'à son image, un homme qui a certainement chanter plus d'une fois à la gloire de cette muse nommée Marie Jeanne... Aussi vaste que soit le catalogue de Drake, il ne comporte pourtant que très peu de morceaux sur la weed, ce qui est plutôt suspicieux pour un rappeur. Oui, il a un morceau intitulé « Free Smoke », mais qui n'a rien à voir avec ce qui nous intéresse ici. On peut trouver plusieurs mentions du sirop pour la toux dans ses paroles, mais étant donné qu'il évoque également le Robitussin, il en parle probablement pour sa valeur initiale, soit apaiser la gorge de quelqu'un qui ne fume jamais de weed et qui tousse dès qu'il inhale vraiment la fumée d'un joint. Le titre « YOLO » ? Mot d'ordre typique de quelqu'un qui n'a jamais été défoncé de sa vie ou touché du doigt la possibilité d'une réincarnation. Et parmi le peu de titres restants comprenant le mot « weed », tous possèdent un point commun très révélateur.

Voici deux lignes de « Crew Love » sorti en 2011 :

« Smoking weed under star projectors,
I guess we'll never know what Harvard gets us »

Selon Drake, l'idée de planer invoque apparemment une notion très hippie et datée, celle d'un planétarium pendant un show laser de Pink Floyd, tel un épisode de Freaks and Geeks. Ce qui est coolos, hein, c'est marrant, des tas de stoners l'ont fait, pas de problème. Mais le problème c'est qu'il remet ça deux ans plus tard sur le morceau « Fuckin' Problems » de A$AP Rocky :

« Ain't a fuckin' sing-along unless you brought the weed along...
Or we can stare up at the stars and put the Beatles on »

Encore une référence au fait de planer en regardant les étoiles—tout en écoutant les Beatles, ni plus ni moins. C'est comme si quelqu'un avait dit à Drake d'écrire des lyrics sur la weed et qu'il avait créé un thread sur Yahoo! intitulé « Que font et voient les gens quand ils se défoncent ? » puis fait rimer la première réponse postée par un certain ShitHead420. Si Drake fumait vraiment, vous ne pensez pas qu'il aurait de vrais lyrics sur le fait de planer et d'autres métaphores que ce putain de poncif sur les étoiles ?

Preuve n°5 : son coach en vape

Comme vous l'avez peut-être lu récemment, Drake a été tellement impressionné par les tricks d'un insta-vapeur qu'il lui a payé un billet d'avion pour qu'il vienne lui filer des leçons et l'initie aux joies de la fumette électronique. En surface, c'est un move plutôt couillu pour une célébrité de l'envergure de Drake. Mais si on creuse un peu, si on replace ça dans le contexte d'un homme mûr à qui personne n'a jamais appris à fumer correctement de la weed, ça devient tout de suite moins drôle. On ressent en effet une certaine tristesse en imaginant le Canadien, seul dans son immense villa, entouré de toutes ses richesses, mais incapable de s'adonner à une tâche fondamentalement cool, tellement désespéré qu'il en arrive à demander à un gamin d'Instagram de lui enseigner. Ça vaut ce que ça vaut, mais les tricks de ce jeune sont quand même incroyablement tarés.

Verdict

Pris un par un, ces faits ne mènent peut-être à rien, mais une fois additionnés, la vérité est accablante. Ce n'est pas seulement le fait que Drake soit incapable de fumer correctement de la weed qui saute aux yeux, mais c'est surtout la preuve que le mec n'a jamais eu aucune compréhension de « l'acte de planer » en lui-même. La question qu'on se posait un peu plus haut est désormais une affirmation : Drake ne sait définitivement pas comment se mettre bien.



Kyle Kramer
et
 Dan Ozzi sont sur Twitter.