Publicité
Crime

Deux géants de la bière pourraient créer un mastodonte de la mousse

Les deux entreprises contrôlent environ 30 pour cent du marché global de la bière. La valeur d'un tel groupe pourrait atteindre 275 milliards de dollars.

par Colleen Curry
17 Septembre 2015, 2:05pm

Photo by Shepherd Zhou/EPA

Les deux plus grands brasseurs du monde pourraient bientôt fusionner pour créer un géant de la bière. Un projet de rapprochement qui intervient à un moment où le marché est en train de se transformer, avec par exemple le boom des microbrasseries ces dernières années, notamment aux USA. 

Le groupe Anheuser-Busch InBev, qui gère entre autres les marques Budweiser, Corona, et Stella Artois, a révélé ce mercredi qu'il était intéressé par l'acquisition de SABMiller, qui vend les bières de Coors, Fosters, ou Miller. Un communiqué de SABMiller a confirmé que Anheuser-Busch InBev avait informé l'entreprise de son intention de lui faire une proposition en vue de l'acquérir. 

"Aucune proposition n'a été reçue pour le moment," dit le communiqué. "Le directoire de SABMiller n'a pas d'autre détail à communiquer à propos des termes d'une telle proposition."

Si le deal se fait, ce serait la plus grande fusion de l'histoire de la bière industrielle. Une fusion dont la valeur est estimée à environ 275 milliards de dollars. Chaque entreprise a sur son tableau de chasse plus de 200 marques de bières venues du monde entier. Une fusion signifierait que la plupart des bières bues sur la planète viendraient de ce méga-brasseur. 

Un tel accord sera aussi suivi de près par les agences internationales anti-monopole. Par exemple aux États-Unis cela pourrait signifier que SABMiller doive vendre ses parts de MillerCoors. 

Nick Petrillo, un analyste de  IBISWorld, rappelle que cette industrie de la bière est allée dans le sens d'une croissance par consolidation ces dernières années. Un mouvement qui s'explique en partie par l'essor des microbrasseries, ces brasseries locales qui vendent leur production dans des bars sur place, entre autres.  Aux États-Unis, ce genre d'établissement est en plein boom. Depuis 2010, l'industrie de la microbrasserie a connu une croissance annuelle de l'ordre de 18,8 pour cent. Dans le même temps, l'industrie de la bière classique a connu une croissance de 5,6 pour cent.

"L'idée qu'on retrouve partout pour expliquer tout cela, c'est la menace grandissante de la microbrasserie," dit Petrillo de cette fusion possible. "Je pense que les gens voient la fusion comme un signe du fait que ces compagnies sont blessées par les microbrasseries, mais je ne pense pas que cela soit vrai. Je pense que c'est simplement une bonne opportunité de business."

D'après lui la microbrasserie a plutôt été un bien pour le monde de la bière : "Cela l'a rendu plus sain, et cela a donné plus de choix aux consommateurs."

Si les deux entreprises en question finalisent la fusion, Petrillo pense qu'elles se concentreront sur le contrôle de marques et sur l'augmentation de leurs zones de distribution, avec l'Asie et l'Afrique du sud dans le viseur. Les deux entreprises contrôlent environ 30 pour cent du marché global de la bière. 

Suivez Colleen Curry sur Twitter: @currycolleen