FYI.

This story is over 5 years old.

corée du nord

Rumeurs autour de la disparition d’étudiants nord-coréens à Paris

Le fils d’un proche de l’oncle de Kim Jung-un aurait été enlevé d’après des médias sud-coréens. L’affaire met à jour un programme d’accueil d’étudiants de Corée du Nord en France, alors que les deux pays n’ont en principe pas de relation diplomatique.
21.11.14
Image via

L'agence de presse sud-coréenne Yonhap a annoncé mercredi qu'une source proche de l'École nationale supérieure d'architecture de Paris-La Villette leur avait rapporté que l'établissement était sans nouvelles d'un étudiant nord-coréen depuis deux semaines.

D'après Yonhap, cet étudiant désigné par le simple nom de « Han » fait partie d'une famille proche de Jang Song-thaek, un oncle de Kim Jong-un, tombé en disgrâce et exécuté en décembre 2013. Yonhap indique que Han a été « kidnappé par des agents secrets nord-coréens », mais qu'il serait parvenu à s'enfuir lors de son transfert à l'aéroport. Le journalLe Monde lui parle d'un kidnapping début novembre « par des Asiatiques », et indique que, d'après ses sources, Han aurait réussi, « au moins momentanément, à échapper à ses ravisseurs ».

Publicité

Ce même mercredi, la chaîne sud-coréenne KBS, citée ensuite par plusieurs médias français, annonce que ce n'est pas un mais dix étudiants qui seraient introuvables depuis le 14 novembre, date à laquelle la police française se serait présentée à l'école de la Villette selon une autre chaîne sud-coréenne, SBS. La disparition de la totalité des autres étudiants semble relever de la pure rumeur. Contacté ce matin par VICE News, un camarade de classe de certains étudiants nord-coréens nous a dit en avoir vu un hier, jeudi, à Belleville.

Ce chiffre ne sort pour autant pas de nulle part. Dans un article daté du 20 octobre 2013, le site internet StreetPress publiait un reportage montrant que deux écoles nationales d'architecture de Paris-La Villette et de Paris-Belleville accueillaient une dizaine d'étudiants nord-coréens en architecture depuis 2011, cinq dans chaque école. Contactées par VICE News, ces deux écoles publiques d'architecture se sont refusées à tout commentaire.

En principe, la France n'a pas de relation diplomatique avec la Corée du Nord. Ce programme d'échange n'a fait l'objet d'aucune annonce officielle de la part du gouvernement français, cependant l'article de Street Press citait des sources et des mails disant que l'arrivée de ces étudiants dans ces écoles était le fait de décisions ministérielles. Cité dans plusieurs articles de cette semaine comme le possible organisateur de ce programme, le ministère des Affaires étrangères répond à VICE News n'avoir rien à dire.

Publicité

Difficile d'avoir plus d'informations sur l'enquête annoncée en fin de journée ce vendredi par l'AFP, le Parquet de paris ne commente pas pour le moment.

Kim Jong-un n'est plus maître de la Corée du nord, d'après un ancien espion. À lire ici.

VICE News s'est entretenu ce matin avec plusieurs camarades de classe des élèves nord-coréens. Parlant sous couvert d'anonymat, ils ont confirmé la présence d'étudiants nord-coréens dans leurs établissements depuis quelques années. Ces élèves sont décrits par leurs camarades français comme « adorables », mais restant « toujours entre eux ».

« On peut discuter avec eux. Ils racontent même parfois un peu de leur enfance et d'où ils viennent en Corée du Nord. Il n'y a pas de barrières apparentes, et en même temps ils sont toujours ensemble, renfermés sur eux-mêmes, » explique un élève.

Habillés « très simplement », assez discrets sur la manière dont ils ont été choisis en Corée pour participer à cet échange, il n'est pas facile de situer l'origine de ces étudiants nord-coréens. D'après le même élève, parmi les parents des étudiants nord-coréens on trouve une mère institutrice ou un père professeur d'architecture.

Ce que tous les étudiants que nous avons contactés s'accordent à dire, c'est que les dix étudiants nord-coréens réussissent très bien dans leur cursus. Même si l'un d'eux a apparemment redoublé, tous les autres sont perçus comme étant très talentueux, et ont apparemment tous effectué des études supérieures avant ce programme d'échange. Un étudiant nous a raconté qu'un groupe de travail a par ailleurs rassemblé sur un même projet d'étude des étudiants nord-coréens et des étudiants sud-coréens.

Suivez Virgile dall'Armellina sur Twitter : @armellina

Photo via Flickr/Jeanne Menj