FRANCE

Projet d'attentat déjoué : Des "opérationnels de Daesh téléguidés" depuis la zone irako-syrienne

Lors d'une conférence de presse, le procureur de la République a annoncé que les cinq hommes arrêtés le week-end dernier à Marseille et Strasbourg ont été présentés à la justice.
25.11.16
Le procureur de la République de Paris, François Molins, lors d’une conférence de presse, le 24 novembre 2015. REUTERS/Eric Gaillard

Cinq individus interpellés le week-end dernier à Strasbourg et Marseille ont été présentés ce vendredi midi à un magistrat en vue d'une mise en examen par des juges antiterroristes, a annoncé le procureur de la République de Paris. Les suspects avaient pour projet de commettre un attentat en France le 1er décembre.« La menace sur notre territoire est et demeure particulièrement élevée, » a prévenu le procureur François Molins ce vendredi midi en préambule de sa conférence de presse.

Publicité

Les cinq individus, dont Molins a réclamé le placement en détention provisoire, étaient « téléguidés » par un donneur d'ordres basé dans la zone irako-syrienne. Le procureur a estimé que ces cinq hommes étaient des « opérationnels de Daesh ».

Les quatre individus arrêtés à Strasbourg sont de nationalité française et étaient des « amis de longue date », communiquant régulièrement sur une ligne de téléphone dédiée. Le premier suspect, Yassine B., 37 ans, était animateur dans une école et présente un casier judiciaire vierge. Hicham M., 37 ans, était lui manutentionnaire et a été déjà condamné à 6 reprises. Samy B., 36 ans et franco-tunisien, travaillait dans une épicerie et est père de trois enfants. Son casier judiciaire présente 7 condamnations. Enfin, Zacharie M., franco-marocain de 36 ans, n'était pas connu de la justice.

L'individu interpellé à Marseille, Hicham E., est de nationalité marocaine et est âgé de 46 ans. Il est sans domicile fixe et avait quitté son pays pour le Portugal en 2013. Ces dernières années il a multiplié les voyages en Europe avec de faux papiers. Molins a indiqué qu'il avait été refoulé par les autorités turques à l'été 2015 alors qu'il tentait d'entrer en Turquie.

Hicham M. et Yassine B. s'étaient eux rendus à la frontière entre la Turquie et la Syrie en mars 2015 — en passant par Chypre. Pour le procureur, ces voyages sont la preuve à minima d'une velléité de rejoindre les organisations terroristes qui oeuvrent en Syrie. Les deux hommes sont soupçonnés d'avoir séjourné quelque temps en Syrie.

Publicité

Lors des perquisitions menées à Strasbourg, des éléments ont permis de découvrir des « écrits très clairs d'allégeance à Daesh » et « glorifiant la mort en martyr », a indiqué le procureur. Chez Yassine B. et Zacharie M. des armes ont aussi été retrouvées : un pistolet Sig-Sauer, un pistolet automatique, un « Glock », et un pistolet-mitrailleur — en plus de chargeurs et de cartouches.

Lorsqu'Hicham E. a été appréhendé à Marseille, il avait sur lui plus de 4 000 euros en liquide, une somme qui devait servir à l'achat d'armes selon le procureur. Le donneur d'ordre basé dans la zone irako-syrienne communiquait via Telegram avec les cinq individus pour les aider à se procurer des armes.

Les suspects avaient repéré plusieurs cibles potentielles, mais selon le procureur il est impossible d'établir laquelle ou lesquelles ils avaient choisi pour le 1er décembre. Les suspectes étaient animés d'une « volonté manifeste de trouver et repérer des cibles pour agir à très court terme », a précisé Molins.

Le soir précédant leur interpellation, deux des suspects strasbourgeois avaient téléchargé sur leur téléphone l'application Periscope, ce qui indique « l'imminence du passage à l'acte » pour Molins.


Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez la page de VICE News sur Facebook : VICE News FR