FYI.

This story is over 5 years old.

Crime

Une vidéo en français de l’EI met en scène l’assassinat d’un otage par un enfant soldat

Dans sa « confession, » le jeune homme prisonnier déclare avoir été recruté par le Mossad israélien.
11.3.15
Image via capture d'écran vidéo de propagande de l'organisation État islamique

L'organisation terroriste État islamique (EI) a diffusé ce mardi une vidéo qui montre un enfant soldat exécutant un jeune homme, présenté par ses geôliers comme étant un espion israélien.

Dans la première scène de la vidéo, qui dure environ 13 minutes, on voit une personne présentée comme Muhammad Said Ismail Musallam, un jeune homme barbu de 19 ans un arabe israélien, originaire de Jérusalem Est, assis contre un mur blanc dans une combinaison orange. Musallam délivre ensuite, face caméra, une longue confession en arabe — il explique comment il a été recruté par le Mossad, les services secrets israéliens, après y avoir été poussé par son père et son grand frère. Ils lui auraient conseillé de rejoindre le Mossad pour se donner des opportunités de carrière.

Publicité

Le groupe terroriste a aussi fait référence dans la vidéo à l'attaque du 9 janvier contre un supermarché kasher parisien — attentat perpétré par Amedy Coulibaly — avec les mots suivants, « Allah nous a donné la grâce de tuer des juifs sur leurs terres en France. »

Musallam explique que sa véritable identité et mission ont été découvertes par les membres de l'EI, parce qu'il se comportait de façon étrange pour une nouvelle recrue. Un coup de fil passé à son père, à l'écart du groupe de djihadistes, aurait aussi éveillé les soupçons. Dans le clip vidéo le jeune Palestinien avertit les espions en devenir qui souhaiteraient infiltrer l'EI. « Vous n'y arrivez pas, » pose Musallam.

La vidéo passe ensuite à une autre scène. Musallam est escorté par un enfant chargé de l'exécuter dans un champ. Il est mis à genoux. Un combattant adulte et barbu de l'EI qui se tient derrière Musallam, lui lit en français son arrêté de mort.

Le djihadiste adulte lit la sentence, « Allah a repoussé le complot » d'un « diable d'apostat espion ». Il s'engage ensuite à « libérer Jérusalem » de « l'impureté. » L'homme pose ensuite sa main dans le dos de l'enfant habillé en tenue militaire et le pousse vers l'avant pour qu'il exécute l'espion. L'enfant ne doit pas avoir plus de 12 ans. Connu comme « le louveteau du califat, » il s'avance avec un pistolet à la main et tire apparemment 4 fois sur Musallam à bout portant. Il agite son bras vers le ciel, arme à la main, criant « Allahou Akbar. » Le jeune otage— apparemment décédé — est montré gisant sur le sol.

Publicité

Musallam aurait été fait otage en Syrie il y a 3 mois de cela, après avoir réussi à entrer dans le pays via la Turquie. La vidéo d'exécution utilise le style typique du groupe djihadiste. Elle a été postée sur Twitter par des comptes associés à l'EI..

Au cours de sa confession, enregistrée dans la vidéo, Musallam répète ce qu'il avait déjà déclaré en février dans une interview donnée à Dabiq, le journal anglophone de l'EI — notamment qu'il avait été chargé par les services israéliens de rassembler des informations sur les stocks d'armes de l'EI, ses bases, les noms de ses recrues, ses espions en Israël et toutes les personnes cherchant à pénétrer le territoire israélien.

Dans l'interview donnée à Dabiq, Musallam explique qu'il a été recruté par un « voisin juif » nommé « Eli » qui travaillait dans les check points cisjordaniens. En échange de son ralliement au Mossad, Musallam explique qu'on lui avait promis une maison et un salaire minimum de 5 000 shekels (1 150 euros environ). Il déclare aussi avoir suivi un entraînement d'un mois par les services de sécurité avec 8 autres « juifs. »

En revanche, son père explique au quotidien israélien Haaretz que son fils, un ancien volontaire des pompiers israéliens, a disparu alors qu'il était en Turquie avec un visa touriste. Il aurait envoyé plus tard un email expliquant qu'il était allé en Syrie pour rejoindre l'EI et le djihad afin de devenir « un martyr ».

Publicité

Ahmad Musallam, le frère de Muhammad, qui n'avait pas encore vu la vidéo, a aussi réfuté l'hypothèse que son frère ait été un espion. Il a déclaré à l'agence de presse israélienne Ynet que son frère a été « trompé et utilisé » par l'EI. « Mon frère était un petit garçon qui n'avait pas grand-chose à faire de la religion ou de la politique. »

L'EI a aussi déclaré dans le clip de l'exécution de Musallam diffusé ce mardi après-midi que l'organisation terroriste était « tournée vers Jérusalem » et avait identifié 13 autres espions israéliens.

Ce mercredi 11 mars marque aussi les 3 ans du funeste anniversaire des attentats commis à Toulouse et Montauban par Mohammed Merah contre des militaires (11 et 15 mars) et une école juive (le 19 mars). David Thomson, expert des réseaux djihadistes indique que certains pensent reconnaître sur la vidéo d'exécution le demi-frère de Mohammed Merah, le Français Sabri Essid. Sa présence dans la vidéo et le fait qu'elle soit en français peut être une volonté de faire écho à ces événements de 2012.

Ce n'est pas la première fois qu'un enfant soldat est utilisé dans une vidéo de l'EI pour mener une exécution. En janvier, le groupe avait diffusé la vidéo d'un enfant, qui se disait du Kazakhstan, exécutant deux hommes soupçonnés d'être des espions russes.

Suivez Harriet Salem sur Twitter: @HarrietSalem

Image via : capture d'écran vidéo de propagande de l'organisation État islamique.