BUREAU DES ETUDIANTS

Le guide VICE pour se faire des amis à la fac

Si, si, c’est possible. Même sans boire d’alcool.
1.10.18
Photo : Jack Guez /  AFP  

Dans un teen-movie américain clichetonneux, vous auriez plutôt été le loser que le quarterback ultra-populaire ? Franchement, rien de grave à ça. D’autant plus que, cette année, alléluia ! Contrairement à 1 000 camarades, Parcoursup vous a béni – vous ouvrant ainsi les portes de la fac tant convoitée. Certes, c’était votre huitième choix, mais qu’importe, c’est l’occasion de vous faire de nouveaux amis. D’autant que, selon une enquête américaine, ceux qu’on rencontre au cours des études supérieures sont des amis pour la vie.

Publicité

Vous ne voulez donc pas vous tromper, même si vous avez la trouille à l’idée d’entrer dans une université qui peut compter plus de 60 000 autres élèves. Pourtant, c’est décidé : non, vous ne ferez pas partie de ces 25 % d’étudiants français souffrant d’isolement. Et si vous n’avez pas brillé aux premières soirées enfumées des syndicats étudiants, ce n’est peut-être pas votre truc, rien n’est perdu. Dites-vous que même les animaux arrivent à se faire des amis. Pour ça, nul besoin de scroller frénétiquement les bas-fonds d'Internet. Voici tout ce que vous devez savoir :

Attention à votre première rencontre (sauf les fans de krav-maga)

Quand Gabriel* a débarqué à Paris à 17 ans pour ses études d’histoire, il a « sympathisé avec le premier venu ». Erreur de débutant ! Lui qui se dit « de gauche, pas sportif, utopiste et naïf », s’est retrouvé à manger sa saucisse-purée du resto U en tête-à-tête avec « un mec de droite, tendance militaire, passionné de Moyen Âge et de krav-maga ». Un semestre entier.

Pour sa défense, il clame : « À la fac, tu t’accroches pour avoir des repères. On avait tous nos cours ensemble ! » Résultat : « J’ai saturé. En plus, il était trop studieux. Il était profondément gentil mais, avec lui, zéro fun – il n’a jamais séché un seul amphi. Et les discussions dérivaient souvent sur les techniques d’armement… » Si vous n’êtes pas un grand fan de la NRA, faire du premier inconnu votre âme sœur peut avoir des conséquences à long terme. « Par la suite, j’ai fini par m’ouvrir aux autres, donc on a énormément pris nos distances. Mais depuis quatre ans, je reçois un texto de lui par an : il m’invite toujours à ses anniversaires. Et j’y vais à chaque fois. Pourquoi ? Je ne sais même pas. »

Publicité

Imposez votre style de bobo antipathique

N’usez pas trop de la technique du caméléon. Pour vous faire des potes, préférez rester vous-même – même si vous êtes naturellement odieux sur les bords. Après tout, rendre vos proches malheureux serait un moyen de les aider, si l’on en croit une étude de Psychological Science.

Pauline, 18 ans, n’a pas changé d’un iota. « J’étais au lycée dans le 16e arrondissement de Paris, le genre d’endroit où Fillon aurait été élu. Comme je portais des pantalons à fleurs et que j’étais anti-huile de palme, je passais pour la hippie de service. » Mais, post-bac, elle s’est retrouvée à Paris-VIII, une fac connue pour son engagement très à gauche. Son statut a basculé. « Avec mon trench beige et mon Mac, j’ai vite été cataloguée comme la bobo parisienne. Et c’est vrai que, quand on parlait d’APL, je ne comprenais pas – je vivais encore chez mes parents. Ou, quand un mec m’a raconté que son ex avait fait un CAP coiffure, je pensais que c’était une blague. » Malgré le décalage, elle a réussi à s’intégrer grâce à des étudiants « ouverts ». Pauline, elle, dit être « restée la même, des a priori en moins ». Mais avoue quand même que, si elle avait fait Sciences Po, elle serait « peut-être devenue une grosse conne de droite ». Ouf.

Escaladez des barbelés à la belle étoile

Dans The Bling Ring, de Sofia Coppola, un groupe d’ados traque l’agenda des stars sur Internet pour cambrioler leurs maisons. Un film qui a inspiré Valentin, 21 ans, et une copine rencontrée à sa fac de droit, à Caen. « C’était un week-end où on ne savait pas quoi faire. On a eu l’idée de refaire The Bling Ring version piscines de riches. On a regardé sur Google Maps toutes les maisons de Caen avec des piscines privées et on en a sélectionné une. Pour être sûrs que le propriétaire soit absent, on a appelé matin, midi et soir chez lui. » Les apprentis Bonnie and Clyde normands se sont rendus devant le domicile ciblé sur les coups de minuit. « Il y avait des barbelés, qu’on a pu escalader grâce à nos serviettes. Une fois à l’intérieur, la boule au ventre est passée progressivement et on s’est baignés pendant une heure. »

De retour en cours, ce petit secret les a plus que jamais rapprochés. « On est restés collés ensemble pendant une année ! » Morale : rien de mieux que de vous unir à vos connaissances d’université par les liens sacrés de l’illégalité.

Publicité

Faites les poubelles

En 2018, le coût de la vie étudiante a augmenté de 1,31 %. Il y a trois ans, l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) constatait déjà que près de 20 % des étudiants vivaient en dessous du seuil de pauvreté. Mais il y a un moyen d’y remédier – et de se faire par la même occasion des amis – que Léa, 21 ans, a éprouvé. « Dans la foulée de la loi contre le gaspillage alimentaire, je suis entrée en contact avec la vendeuse d’un restaurant bio qui n’aimait pas que son patron jette les plats à la poubelle, voire les asperge de javel. Elle me rencardait secrètement quand elle allait jeter les invendus, et j’allais les récupérer. » Des gros sacs de denrées sur les bras, elle revenait à sa résidence étudiante. « Je postais un message sur le groupe Facebook en indiquant que j’offrais de la bouffe bio dans la cuisine commune. Forcément, ça attirait tout le monde ! » Bingo : en plus de faire votre B.A., vous devenez populaire à la fac.

Cherchez la baston pendant les manifs

Si la politique est un sujet de discorde en famille pour un Français sur deux, c’est un bon moyen de vous faire des potes à l’université. Ancien étudiant – de gauche – en droit à Nancy, Rudy en a fait l’expérience : « C’était en 2003. Je mangeais au resto U quand j’ai vu des militants de l’UNI [Union nationale inter-universitaire, de droite, NDLR] tracter en faveur de la réforme LMD. Bête et méchant, je n’ai eu qu’une idée : les dégager. » Ni une ni deux : le jeune homme de 18 ans s’est précipité à la fac de lettres située en face. « Je suis tombé sur un groupe d’étudiants, et j’ai convaincu Etienne, anar, de m’accompagner pour en découdre avec eux. » Prêts à leur voler dans les tracts, Rudy est monté dans la 2 CV – « une voiture minable ! » – de son nouvel acolyte. « Malheureusement, quand nous sommes arrivés, les gens de l’UNI étaient partis. Je suis retourné à la fac de lettres boire une bière et, depuis, Etienne et moi sommes très bons potes. »

Si malgré tout cela vous n’arrivez pas à vous faire d’amis – que, de toute façon, vous risquez de perdre à partir de 25 ans –, il vous reste les soirées du BDE, le stalking sur Facebook ou – en dernier recours – le Cned. Mais on parie que tout va bien se passer. Après tout, que seraient les nerds des séries américaines sans leurs potes tout aussi perchés ?

* prénom modifié

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram et Facebook.