Société

Des yeux sans visage

Dans le fanzine « Les Yeux sans visage », la photographe Emilie Desir met l'accent sur ces manifestants cagoulés, dont certains sont des adeptes de l'action directe.

par Louis Dabir
03 Octobre 2019, 7:47am

Photos Emilie Désir

Ce week-end devrait avoir lieu l’acte 47 des « Gilets Jaunes ». Le 17 novembre 2018, date de la première journée de mobilisation, nous semble bien loin. Et les 42 revendications des manifestants – logement, fiscalité, santé, salaire, emploi, retraites – aussi. Car au fil des semaines, les débordements ont monopolisé les unes de certains médias et les débats entre éditorialistes tout-puissants, porteurs d’une « bonne parole ».

Les images de manifestants aux visages camouflés ont envahi la Toile et les chaînes d’information en continu. Pour les uns ils sont des vandales qu’il faut sévèrement réprimer et pour d’autres, ils sont les leaders officieux de la mobilisation. C’est selon. Quoi que vous en pensiez, ils sont devenus des acteurs majeurs des « Gilets Jaunes ». Et dans son ouvrage Les Yeux sans visage, la photographe Emilie Désir a décidé de mettre l’accent sur ces acteurs de l’action directe, elle qui les suit à chaque manifestation depuis le 1er mai 2017. « Je voulais rendre hommage à tous ces yeux, montrer que n’importe qui pouvait se trouver derrière ces cagoules, et mettre en exergue leur courage, leur force et l’espoir qu’ils donnent pour la suite », explique la photographe.

Dans leurs yeux on peut voir de la rage, de la détermination, de la peur, mais aussi cette volonté de changement et ce sentiment d’injustice que beaucoup de ceux qui descendent dans les rues tous les samedis ressentent. « Ces yeux sont ceux d’hommes et de femmes prêts à perdre leur liberté pour, paradoxalement, la préserver. Il ne faut pas oublier que se camoufler le visage est aujourd’hui devenu un délit », explique Emilie. Un délit qui, aujourd’hui, ne concerne plus seulement les militants d’extrême gauche.

Après Phénix , Les Yeux sans visage est le deuxième numéro d’une série de cinq fanzines, témoignant des manifestations parisiennes issues du mouvement des « Gilets Jaunes ». « Le public a visualisé des images de manifestations pendant des mois et arrive aujourd’hui à saturation, explique Adrien Vautier, photographe et un des fondateurs des Editions Nuit Noire, à l’origine de ces fanzines. Il nous semblait important de montrer quelque chose de différent, avec des focus sur des détails comme les flammes, les lacrymogènes ou les écritures. » Les prochains numéros devraient voir le jour d'ici à la fin 2019 avec pour thématiques la répression, les lacrymos et les devises, ces inscriptions lisibles dans les manifestations que se soit sur les murs , les bâches ou les gilets jaunes.

Les photos ci-dessous :

1570013210490-55
1570013268552-53-4
1570023147359-44
1570013287160-21-2
1570013340976-110
1570023206176-Photo34_34
1570013394400-127
1570013429210-57

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.

Les Yeux sans visage est disponible aux éditions Nuit Noire.

Tagged:
Photo
manifestation
gilets jaunes
Tête de cortège