Publicité
société

Le temps est-il un truc de riches ?

Les gilets jaunes estiment « perdre leur vie à la gagner ». Gilles Pronovost, sociologue et auteur de « Que faisons-nous de notre temps ? » nous explique si nous sommes foutus.

par Lucie Bedet
19 Décembre 2018, 8:48am

Photos : Adrien Vautier

On dit de notre époque qu’on n’a jamais eu autant de temps libre. Plus besoin de passer 50 heures dans les champs pour nourrir sa famille. Super. Mais alors pourquoi en passons-nous 40 au bureau chaque semaine ? Sûrement pas pour satisfaire Elon Musk, qui déclare que « personne n'a jamais changé le monde en faisant des semaines de 40 heures » mais bien pour gagner sa vie. Enfin, apparemment. Parce qu’avec tout ce qu’on voit en ce moment, ça n’a pas l’air d’être le cas pour tout le monde. Les « gilets jaunes » manifestent leur mécontentement depuis novembre et s’insurgent de « perdre leurs vies à la gagner ». Quand ils dénoncent une France à deux vitesses et une politique tournée vers les riches, on tente de les calmer avec entre autre une exonération des heures supplémentaires. Ils vont donc pouvoir travailler plus, revendiquer moins. Mais pour certains les cadences sont déjà infernales : travail de nuit, horaires décalées, cumul de deux emplois. Dès lors on est en droit de se demander quand les travailleurs précaires, ou tout simplement les smicards, ont-ils du temps pour eux, pour leur famille, leurs amis... Les riches ne seraient donc pas les seuls à crouler sous le travail.

Maintenant qu’on a ça en tête, on est en mesure de se demander si notre époque est vraiment la plus adaptée pour s’adonner à nos loisirs ou si elle est celle où les heures de travail n’en finissent pas, celle où certains se tuent à la tâche sans pour autant connaître les fins de mois sans galère ? Gilles Pronovost, sociologue québécois et auteur de Que faisons-nous de notre temps ? nous aide à y voir plus clair.

VICE : Il y a plusieurs discours sur notre époque. On dit d’un côté qu’on n’a jamais eu autant de temps pour s’adonner à nos activités extra-professionnelles, d’un autre que les heures de travail s’allongent. Où se trouve la vérité ?
Gilles Pronovost : C’est un peu les deux. On annonçait l’arrivée d’une civilisation du loisir dans la deuxième moitié du siècle dernier car cela résultait des réussites des revendications sociales : il y eu en effet un accroissement des congés, des vacances payées qui ont permis d’avoir plus de moments dédiés aux loisirs. En parallèle, nous remarquons récemment que le temps de travail augmente. On ne parle pas forcément de dizaines d’heures mais bien de quelques heures de travail en plus par semaine, sans compter les temps de transports pour le travail, qui représentent 5 heures en moyenne par semaine. Dans les études des emplois du temps, on voit que le temps de travail est reparti à la hausse à la fin du XXème siècle parmi la population active. Ceux qui travaillent davantage ont donc parfois le sentiment que leur travail empiète sur leur vie personnelle et en effet, aux vues des chiffres, ce sentiment est bien réel.

65% des Français estiment manquer souvent de temps pour faire tout ce qu’ils voudraient dans une journée , doit-on se résigner à perpétuellement manquer de temps libre ou de temps pour s’adonner à nos petits plaisirs personnels ?
Le temps libre rassemble tout ce qui est en dehors du travail, hors des contraintes de travail. Il est en réalité très structuré, notamment par le temps de sommeil, l’engagement familial, les contraintes domestiques et autres… Une fois qu’on a enlevé le travail, la vie familiale, les courses, le ménage, il reste une tranche de temps un peu moins contrainte en terme d’obligation de contenu et cela renvoie au temps de loisirs. Comme le temps de travail est en accroissement parmi la population active, et bien le temps de loisirs est lui en décroissance. Si on travaille une heure de plus par semaine, on ne va pas couper cette heure sur le sommeil, ni sur la vie familiale. On coupe en général dans nos sorties, nos spectacles ou notre temps de lecture, c’est notre temps culturel qui en pâtit.

« Les jeunes générations souhaitent que leur job n’ait pas trop d’emprise sur leurs loisirs, leur vie sociale et leurs sorties »

Le temps est-il une métrique inégalitaire ?
On peut dire cela oui. D’abord, on remarque que les femmes subissent plus fortement la réduction du temps de loisirs d’une part car il y a un accroissement des postes à temps complet chez les femmes ces dernières décennies et car la répartition des contraintes domestiques est très inégalitaire. Elles passent deux fois plus de temps sur les tâches ménagères que les hommes et perdent donc de précieuses heures de loisirs. Il y a encore du travail.

Ensuite, la population active peut être divisée en deux catégories qui répartissent leurs temps de manière distinctes. En généralisant beaucoup, l’accroissement du temps de travail se remarque plus chez les personnes qui sont très scolarisées et qui ont des postes à responsabilités professionnelles. Leur journée de travail commence en général plus tôt et se finit plus tard, avec parfois du travail à la maison, les week-ends. Cette catégorie de la population sur-travaille et a le sentiment de manquer de temps. Par contre, elle a une certaine maîtrise de son temps long. Par exemple, pour poser des congés, faire des ponts, planifier certaines périodes de vacances hors des vacances habituelles.

Et l’autre catégorie ?
Elle a des journées de travail plus fixes et donc une connaissance de son temps à courte échéance mais ne maîtrise pas son temps de travail à l’échelle du mois ou de l’année. Elle est donc prisonnière des horaires de vacances. En fonction de notre poste, de nos responsabilité et de la plus ou moins grande rigidité de nos heures de travail, on peut donc distinguer deux rapports au temps différents.

Vous évoquez aussi dans votre ouvrage que certaines personnes refusent de travailler plus longtemps même contre une rémunération supplémentaire importante. Tout le monde ne peut pas se permettre de refuser, le « truc de riche » serait-il d’avoir le choix de prendre son temps ?
Ceux qui refusent d'accroître leurs heures de travail contre des revenus additionnels sont des gens qui ont les moyens de refuser une augmentation de salaire. Ce ne sont pas ceux qui ont des revenus modestes, bien évidemment. Peut-être est-ce dû au fait qu’à durée de travail identique, être responsable de l’organisation de son temps de travail renforce le sentiment d’être débordé et incite à refuser d’augmenter ses heures. Avoir le choix peut être perçu comme un privilège, en effet.

Une des grandes revendications des familles contemporaines est de s’assurer que ses horaires de travail ne soient suffisamment souples pour concilier les intérêts culturels et les intérêts familiaux. Le discours du « slow-life » qui consiste prendre à son temps, diminuer le stress, se dégager du temps pour soi et pour ses choix personnels monte. Ce n’est pas le discours majoritaire mais on le remarque nettement chez les jeunes générations. Elles souhaitent que leur job n’ait pas trop d’emprise sur leurs loisirs, leur vie sociale et leurs sorties. On le constate moins à la trentaine et à la quarantaine. Ce discours s’amenuise quand on avance dans la vie professionnelle. En gros, avec la maison, la voiture et les enfants, on revient vite aux contraintes et à l’augmentation des heures. On rentre dans le moule.

Finalement, le temps est-il devenu un luxe ?
Je ne dirai pas que le temps est devenu un luxe, il faut être raisonnable, il y a la perception qu’on a du temps et il y a le temps qu’on a. J’ai calculé à partir de chiffres de 2010 et le temps moyen associé aux loisirs parmi la population active est de près de 30 heures par semaine au Canada et 26 heures en France. C’est déjà beaucoup, ensuite tout dépend de la manière dont on le gère et des ressources qu’on a pour l’occuper. Le luxe du temps dépend des usages qu’on en fait, et c’est précisément là qu’on voit les principales inégalités. Les loisirs sont très différents en fonction des capacités culturelles, financières dont on dispose. Ceux qui disent manquer de temps sont ceux qui sont déjà les plus actifs sur le marché de la culture. C’est logique puisque quand on est grand lecteur ou passionné de cinéma, on veut entretenir cette activité et on souhaite avoir davantage de temps pour le faire.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.