Photographes belges

Sueur, spleen et égratignures : photos d'une jeunesse luxembourgeoise qui skate

En y construisant tous les mois de nouvelles banques, les investisseurs fabriquent sans le vouloir de nouveaux spots pour des jeunes passionnés.

par Marine Coutereel; photos Cléo-Nikita Thomasson
20 Février 2019, 8:35am

Sven, 20 ans

« Oui, le Luxembourg est souvent vu comme un pays mort et ennuyant. Mais ce n’est pas du tout le cas de sa scène skate. D’accord, elle est beaucoup plus petite qu’ailleurs, mais ce n’est pas forcément négatif, ça la rend beaucoup plus énergique, et ça fait que tout le monde skate avec tout le monde. »

Luca, 21 ans

« La majorité des jeunes ici n'ont pas de personnalité et suivent les tendances, puis les boites de nuits sont nulles à chier donc oui, on peut dire que le Lux est un pays mort. Mais nous, en traînant ensemble, on se crée de toutes pièces notre propre ville. Tous les skateurs aiment habiter ici car on a des spots et des sols parfaits à disposition. Bon, c’est sûr que si on pouvait choisir, on irait en Californie, à Barcelone, ou à Prague. »

Ivan, 20 ans

« Si t’es une personne ennuyeuse, forcément ton environnement va être ennuyeux. Mais par contre, si tu sais comment rendre une place ou une ville plus intéressante, grâce au skate par exemple, ce lieu va automatiquement se transformer. »

1550481497998-6

Ces jeunes, Cléo-Nikita Thomasson les a suivis il y a un an et demi pour réaliser sa série photos intitulée Bank. La jeune photographe de 24 ans, Française ayant vécu en Belgique, s’est d’un coup retrouvée sur le banc du skatepark Peitruss à tenter de se faire intégrer par de jeunes skateurs. Elle venait de passer deux jours à Berlin afin de documenter la Seek et la Cup Adidas, et rentrait en van avec d’autres personnes quand l’idée de cette série a germé lors du trajet.

Mais soyons honnête, on ne pense pas d’office au skate quand on évoque le Luxembourg. Pourtant, en y construisant de nouvelles banques tous les mois, les investisseurs fabriquent sans le vouloir de nouveaux spots pour une jeunesse passionnée. Ces jeunes qui, au travers des images de Cléo, deviennent les porte-paroles d’une sous-culture au pays de l’évasion fiscale.

1550479854969-5B

Ici encore, Cléo renoue avec son thème de prédilection, qui reste l’adolescence.
« J’étais plus fascinée par le sang par terre et leurs taches de rousseur mélangées à la transpiration que par les tricks… et ce sont ces détails qui définissent le skate pour moi : la persévérance, les liens très forts entre les garçons, la résistance face à tout ce qui les emmerde. Au-delà de la planche, il y a de la pudeur et une belle volonté à observer. »

Cela dit, photographier le skate, quand soi-même on ne skate pas, reste un peu intimidant. Comme pour tout travail photographique, ça nécessite d’apprivoiser le sujet. « Il fallait que je fasse vraiment partie de leur bande pour qu’ils se laissent prendre en photo. Il faut imaginer qu’ils avaient tous à l’époque 18-20 ans, tous des garçons sans exception, à parler une sorte d'anglais luxembourgeois. J’étais très intimidée par eux. »

Au final, les garçons ont été super ouverts, lui ont fait confiance et surtout, ne l’ont pas jugée. Cléo s’est même essayée au skate et a gagné une double fracture suivie d’une visite du CHU du Luxembourg. On ne pourra pas dire qu’elle ne s’est pas investie.

D'autres photos ci-dessous :

1550479943961-2
1550479958226-1B
1550481826880-5
1550482246465-3B
1550482307189-10
1550482682459-10B
1550482341973-8
1550482375155-4b
1550485591776-9
1550482703482-4
1550482722750-2B

VICE France est aussi sur Twitter , Instagram , Facebook et sur Flipboard.

Tagged:
Skate
Photo