FYI.

This story is over 5 years old.

Non, vous ne rêvez pas, Gucci Mane a le sourire

Depuis sa sortie de prison, le roi d'Atlanta fait du sport, a opté pour la sobriété et a donné sa première interview d'homme libre au New York Times.

Gucci Mane chez lui, heureux, sobre, épanoui, via Instagram

Comme vous l'avez peut-être entendu si vous vous intéressez au rap, Gucci Mane, qui était en prison depuis un moment, est finalement sorti, et il est sur le point de sortir son nouvel album, Everybody Looking, ce vendredi 22 juillet. Sa vie privée n'est pas un mystère : tous les twittos ont vu ses vidéos faisant le tour de sa propriété, sa copine Keisha Ka'oir et lui ont été également uber actifs sur Instagram et Snapchat.

Publicité

L'histoire qu'ils nous racontent est limpide : Gucci est heureux, Gucci est en bonne santé — plus que ça, Gucci est sobre et n'a jamais été aussi fit de sa vie— et il est musicalemennt plus en place que jamais. Depuis sa libération en mai dernier, Gucci n'avait donné aucune interview. Hier, le New York Times a publié le premier entretien post-prison avec Gucci Mane, où il nous révère qu'il est effectivement heureux, en bonne santé, sobre, au top de sa forme, et musicalement plus efficace que jamais.

Mis à part ces quelques renseignements précieux mais déjàs connus, et quelques tergiversations sur son rôle de rappeur le plus influent de la décennie, on en apprend un peu plus sur ce que Gucci fabriquait durant cette décennie. Et comme sa musique le laissait suggérer, il était beaucoup question de drogue.

« Avec le recul, je vois les choses comme elles l'étaient : j'étais un drogué, » annonce t-il au journaliste du Times, Jon Caramanica. « J'étais dans l'ignorance, complètement englué ». Il affirme qu'avant son séjour en prison, il n'avait pas été sobre une seule fois depuis 17 ans, depuis son adolescence en fait (il a aujourd'hui 36 ans). Il s'est mis à boire de l'alcool et à fumer de la weed dès le collège avant de passer au sirop pour la toux vers l'âge de 21 ans. Il avait le sentiment de ne pas être capable de faire de la musique sobre et « de tout associer avec le fait d'être défoncé. » Le résultat ?

Publicité

« Je ne peux pas dire que mes six ou sept dernières années dans le biz musical m'ont rendu heureux » répond t-il. « J'étais juste indifférent à tout. Qu'on me dise que j'étais bon ou mauvais, qu'on me détste ou qu'on me haïsse, à chaque fois je répondais par la nonchalance. C'était une nonchalance sincère - j'en avais vraiment rien à foutre. »

Au cas où certains en douteraient encore, le nouveau Gucci n'est pas un clone

Dans la prison fédérale de haute sécurité, il a tout arrêté - « Ca sentait la mort » reconnait-il. « Ton corps a tellement besoin de lean. Ton estomac se tord dans tous les sens, tu ne peux plus penser correctement. T'as juste la haine contre le monde entier. Ton caractère est de plus en plus violent, agressif. Tu deviens dur et infréquentable. » Il a alors commencé à pousser de la fonte, en écoutant « No Flockin' » de Kodak Black et en lisant Deepak Chopra, Tony Robbins, et la Bible pour trouver l'inspiration.

« Je suis mon propre thérapeute, » poursuit-il. « J'ai changé bien avant que je sorte. Les gens voient maintenant l'effet de ce changement, mais cette nouvelle façon de pensée date du début de l'année 2014. »

Evidemment, il a continué à sortir des morceaux, même en prison. Est-ce que ça a porté ses fruits ? Eh bien Gucci Mane affirme que tous ces projets lui ont fait gagner un million de dollars, bien plus d'argent dont il avait besoin pour couvrir ses frais juridiques. Oh, et puis on retrouve également Kanye et Drake sur Everybody Looking, soit dit en passant. Qu'est ce que le futur réserve à Gucci ? Dieu seul le sait. Suivez Kyle sur Twitter.