FYI.

This story is over 5 years old.

Arnaud Rebotini - « L'Éternel retour »

Nouvelle année, nouveau Rebotini.

Blackstrobe Records

vient de trouver la combine idéale : imprimer directement le dossier de presse sur la pochette du disque. Qui dit mieux ? Pour ceux qui ne parlent pas la langue de Benny Hill, ça dit que c'est le nouveau maxi d'Arnaud Rebotini, 17ème sortie de son propre label, et qu'il contient deux inédits (« L'Éternel retour » et « This world is not my home ») ainsi que deux versions longues (« Un peu de verre cassé », « Cette fête dont je suis l'otage ») de morceaux parus sur la bande-son du film

Eastern Boys

de Robin Campillo, auquel il est super fier d'avoir participé. Vous pourrez vivre « L'Éternel retour » comme vous l'entendez, soit comme une simple expérience de pensée aux conséquences éthiques, soit comme une réelle hypothèse métaphysique sur la nature du réel. Mais une chose est sûre : la techno nietzschéenne revient en force. Bonne année 2015 à tous.