FYI.

This story is over 5 years old.

Comment « Hello Bitches » de CL s'est tranquillement imposé comme le clip le plus infernal de 2015

Du twerk aux flammes en passant par le combo bombers-perfecto, tout y est. En 500 fois plus gros et plus abusé qu'ailleurs.

En 2015, les temps sont durs pour les filles de la pop : comment faire pour se distinguer et percer dans le grand cirque du show business ? Plusieurs possibilités s’offrent à elles. La première consiste à travailler beaucoup, et finir par devenir une diva flippante et perfectionniste dont le boulot sera ultra-valorisé dans 15 ans, comme Beyoncé. Une autre nécessite de péter un énorme plomb à coups de godes ceintures et de chansons sur son poisson rouge mort, comme Miley. La dernière serait de sortir un clip qui condense tout ce qu’est censé aimer la démographie 15-25 ans comme CL, leader du groupe de K-Pop 2NE1, auteur de ce titre magistral.

Publicité

La jeune et choupette rappeuse/chanteuse K-pop, grosse star au pays du Matin Calme, a décidé de se lancer en solitaire et de conquérir le marché occidental. Après avoir bossé avec Diplo, elle arrive armée d’Hello Bitches, tellement chargée en clichés qu'il était tout à fait légitime de se demander si Charly et Lulu n’étaient pas derrière tout ça. Et pourtant, la vidéo Hello Bitches culmine à plus de 4 millions de vues sur Youtube à l’heure où je termine ce papier, et le morceau, que je trouve aussi répulsif que fascinant, tourne en boucle dans mon petit cerveau malade. Mais quel est son secret ? Réponse en 10 points précis.

DES MEUFS VÉNÈRES + UNE VOITURE

Vu chez : Beyoncé et Lady Gaga, Telephone // Grimes, Genesis // Iggy Azalea et Britney Spears, Pretty Girls // Rihanna, Bitch Better Have My Money // Thelma et Louise

Pourquoi c’est là ? Alors qu’on a longtemps cru que les filles étaient en compétition avec les autres membres du genre féminin, en 2015, le monde semble découvrir que c’est mieux d’avoir des copines. Il aura donc fallu attendre le XXIème siècle pour que le Girl power et le féminisme deviennent des arguments de vente balancés à grands coups d’installations lumineuses derrière Beyoncé. Du coup, les maisons de disques offrent aux chanteuses des meufs avec des piercings au septum trouvées sur youtube ou instagram pour qu’elles jouent leurs potes. CL devient ainsi dans Hello Bitches la membre d’un clan composé de filles trop classes et mégabonnes, moulées dans leurs perfectos comme Mariah Carey dans son armure pour la promo du jeu Game of War.

Publicité

Attention néanmoins, on n’est pas chez les Riot Grrrls et encore moins chez les Spice Girls : si la chanteuse traîne ici en gang, c’est quand même elle la chef. Ses copines ont beau avoir des pseudonymes qui claquent, des coiffures aussi flippantes que Brooke Candy et des corps capables de bouger mieux que l’intégralité des meufs de mon cours d’expression corporelle de terminale, il n’y a que CL qui parle et sur laquelle la caméra est constamment fixée. L’égalité, OK. Mais faut pas déconner.

UN SMARTPHONE

Vu chez : Katy Perry, Britney Spears et tous les gens, partout, tout le temps.

Pourquoi c’est là : Normalement, c’est du placement de produit. Une marque a lâché une pluie de dollars et du coup l’artiste pianote pendant quelques secondes sur ce téléphone qu’il trouve TROP COOL alors qu’en vrai jamais il ne lâchera son dernier modèle d’Iphone pour lequel son assistant a fait la queue 8 heures. Ici, il apparait deux fois. Pour faire un selfie, dans l’introduction (nase), et dans une chorégraphie un peu cheloue ou le visage de CL apparait comme conclusion. Ce n’est pas l’idée la plus innovante du monde, en plus ça date le clip et les selfies c’est comme les douches, tout le monde en prend, alors bon, quoi ?

TIRER LA LANGUE + FAIRE DES DOIGTS

Vu chez : Miley Cyrus, Rihanna, Harry Styles, M.I.A. au Superbowl

Pourquoi c’est là : En 2015, faut être insolente, faut être impolie, faut être outrageante. Mais comme s’engager en politique c'est long et compliqué, mieux vaut tirer la langue. L’impact sur le public est similaire (il suffit de compter le nombre d’articles sur le gros appendice de Miley Cyrus). Pareil pour les doigts, plus revendicateurs, même si on ne sait pas ici pourquoi CL le fait dans ce clip (si c’est destiné aux personnes qui regardent sa vidéo c’est pas très gentil, surtout quand, comme moi, on vient de se la taper une bonne trentaine de fois).

Publicité

PORT DE BOMBERS OU PORT DE PERFECTO OU COMBO SPÉCIAL K-POP : PORT D'UN BOMBERS ET D'UN PERFECTO, L'UN EN DESSOUS DE L'AUTRE

Vu chez : Rihanna, FKA Twigs, Ciara.

Pourquoi c’est là : Dire que ce blouson d’aviateur servait à éviter de se faire choper quand tu étais en manif parce qu’il n’y avait aucune prise sur lequel pouvait s’appuyer la police… Aujourd’hui, le bombers habille toutes les petites meufs qui rentrent dans les jeans d’American Apparel (= 20 % de la population) et qui nagent dedans, se donnant par la même occasion des airs de groupies de DJ ou d’icône tumblr. Perso, ça me donne surtout envie de pleurer, parce que moi avec un bombers, j’ai l’air d’un vigile de parking qui aurait perdu son berger allemand.

DES DANSEURS DE PRESTIGE

Vu chez : Justin Bieber, Sorry, tous les clips de Ciara, de Beyoncé, et des prêtresses en chef, Janet Jackson et Missy Elliott.

Pourquoi c’est là : Tout le monde rêve de voir dans sa vidéo une choré aussi légendaire que celle du Single Ladies de Beyoncé. Ici, CL et ses copines mélangent début de danse de culte maçonnique (« La K-pop : qui sont-ils, que sont leurs réseaux ? ») pour enchaîner ensuite parodies de karaoké et déhanchés ravageurs.

Chez CL, les danseurs qui l’accompagnent sont les mêmes que dans le clip de Sorry de Justin Bieber, le Request dance crew. C’est d’ailleurs Parris Goebel, qui dirige ce collectif, qui est à la réalisation. Je ne peux rien dire de méchant sur elles : ce sont de grosses brutes. Leurs corps semblent agités de spasmes qui ne me parcoureront jamais. C’est beau, c’est bien fait, et l’effet de la caméra qui saute quand elles rebondissent est peut-être l’un des seuls trucs à sauver de ces longues trois minutes et trente-quatre secondes.

Publicité

DU TWERK

Vu chez : Tout le monde, et dans des versions particulièrement médiocres et embarrassantes à partir de deux heures trente dans tous les regroupements de plus de 10 personnes.

Pourquoi c’est là : En 2013, sous l’impulsion de gens qui maitrisaient le sujet comme Nicki Minaj, tout le monde voulait mettre du twerk dans ses clips. On a vu des tas de derrière blobloter chez Rihanna, chez Beyoncé, et même chez Miley Cyrus. Et puis des voix se sont levées pour dire que c’était quand même bien abusé de se réapproprier des codes culturels qui n’étaient pas les siens, matiné d’un gros ras le bol de voir de voir des gens qui n’avaient pas grand chose à remuer. Du coup, maintenant, le twerking n’est pas forcément une étape obligatoire et commence à avoir, par sa récurrence et son parfum de naphtaline, un petit air de Harlem Shake. Par contre, impossible de se passer d’un gros plan sur un cul qui bouge. Il doit y avoir un quota à respecter.

« BITCH » PRONONCÉ AD NAUSEAM

Vu chez : Britney Spears, Work Bitch // Rihanna, Bitch Better Have My Money // Madonna, Bitch I’m Madonna

Pourquoi c’est là : Les garçons ont des « bros » et des « dudes », les filles ont des « bitches ». Depuis quelques années, l’insulte (« chienne », quand même, faut pas l’oublier) s’adoucît pour devenir un cri de ralliement entre meufs un peu déssalées. Sauf qu'il est aussi utilisé par celles qui portent des Ugg, s’habillent chez Comptoir des Cotonniers et boivent des mojitos. Mais le cool est-il soluble dans les chinos à 150 euros, les cocktails chiants à la menthe et les bottes fourrées de merde ? Vous avez deux heures.

Publicité

DES GUNS

Vu chez : Rihanna, les rappeurs, les chasseurs, la garde biterroise…

Pourquoi c’est là ? Parce que c’est trop méchant. Et gangster. Par contre, problème : l’utilisation du gun, ça segmente ton public. Du coup, comment faire pour avoir le côté sulfureux, sans en mettre explicitement dans la vidéo ? Instant tuto : on prend des pistolets en plastique similaires à ceux de la NES que voulait pas me prêter mon cousin Alexandre, on mime les coups et on dessine ensuite des impacts avec Photoshop sur l’écran. LE FUTUR LES MECS

DES ONOMATOPÉES

Vu chez : Rihanna, Bitch Better My Money // les Vengaboys, Boom Boom // Scatman, Scatman World

Pourquoi c’est là ? L’utilisation des onomatopées reste un mystère pour moi. C’est censé faire passer ton message plus facilement ? Ça reste dans la tête ? C’est mignon ? Tu penses que ton public est blindé de débiles du coup pour qu’ils comprennent bien tu fais les bruits comme ma mamie qui faisait coin coin quand on passait à côté de canards ? On n’a pas tous 4 ans hein. Et même à cet âge-là, c’est profondément vexant. DES CANARDS MAMIE. ÇA S’APPELLE DES CANARDS.

DES FLAMMES

Vu chez : The Weeknd, Can’t Feel My Face // Kanye West, All of The Lights // Eminem et Rihanna, Love The Way You Lie

Pourquoi c’est là ? LES FLAMMES, merde ! Comme sur les paires de Buffalo et sur les chemises horribles des mecs du lycée qui surfaient entre le 14 juillet et le 15 aout. Les mettre dans son clip, ça te donne l’air à la fois incontrôlable et méga-chaude. Résultat, ton morceau est hot, ton clip est hot, t’es hot, et puis ça résume bien ton morceau : infernal.