FYI.

This story is over 5 years old.

Karim Benzema et Booba ne se cachent plus

Faire coucou dans un clip est-il un crime ? Le rap gangrène-t-il le monde du foot ? Julien Doré a t-il contribué à la déchéance de Platini ? Des questions auxquelles on a tenté de répondre.

À l'heure où l'on fait passer en force des lois dont personne ne veut et où une ministre nunuche peut lâcher le mot « nègre » publiquement en toute décontraction, il était plus que temps d'évoquer les racines du mal qui ronge notre pays : l'apparition de Karim Benzema dans le dernier clip de Booba.

Lorsque la vidéo de « Walabok » sort il y a quelques jours, a priori, rien de particulièrement choquant. Les fans de Booba sont en terrain connu, le rappeur reste fidèle à lui-même et déroule son egotrip, dans un clip qui alterne des plans sur scène à Bercy ou sur le public et des séquences « street » plus crapuleuses, le tout en noir et blanc. La routine est respectée et il faudrait être assez déconnecté pour attendre autre chose de l'artiste en 2016, sauf que le bougre a quand même réservé une heureuse surprise à tout le monde en fin de vidéo : l'apparition de son pote footballeur Karim Benzema. Et là apparemment, pour certains ça ne passe pas. Mais alors pas du tout.

Publicité

Avant tout, il y a eu la presse espagnole, littéralement scan-da-li-sée, on ne va pas compter les points sur le mode « est-ce qu'il s'agit de journaux pro-barcelonais », déjà parce que la vie est trop courte pour enquêter sur des sujets futiles, ensuite parce qu'il paraît évident qu'au vu du niveau du rap en Espagne, c'est sans doute de la simple jalousie mal placée. Ca va, on plaisante.

Puis, et là ça devient fascinant, une partie de la presse française, généraliste, pas seulement sportive, s'est empressée de relayer le clip, alors qu'en général, même si le rappeur du 92 est connu, les mêmes médias ont tendance à bouder ses vidéos dans la plus pure tradition du c'est-du-rap-qu'est-ce-qu'on-en-a-à-foutre. Ici ça a été l'inverse, mais pas pour parler musique, faut pas déconner. La majorité a simplement souligné le « scandale » que constituait la présence du joueur du Real Madrid dans le clip. La petite astuce étant de placer à chaque fois en pôle position les mots-clés « armes, violence, drogue, Benzema », ce qui laisse penser au citoyen lambda que le sportif s'affiche au milieu de tout ça dans le clip. Pourtant le bonhomme apparaît en tout et pour tout 2,7 secondes, seul dans un couloir, et il n'y a autour de lui ni drogue, ni arme, ni vilain noir ou arabe hostile à capuche. Par contre, Benzema porte une casquette, ça peut sans doute être vu comme une provocation et lui valoir une fiche S. À part ça, difficile de comprendre ce qu'on lui reproche au juste :

Publicité

- Le clip ne contient aucun extrait de la sextape de Matthieu Valbuena

- Lors de son cameo, Karim reste sage, calme et immobile, on n'a même pas droit à un pouce levé (ce qui dans son cas serait considéré comme un signe de gang, on ne va pas se mentir)

- Layvin Kurzawa est également présent, mais ça, tout le monde s'en fout.

- Ce n'est pas Benzema qui est l'auteur de l'étrange dab d'épileptique que l'on voit exécuté par un mec possédé sur scène à un moment : on ne peut donc pas l'accuser de dopage

Surtout, Booba a eu l'intelligence de ne pas demander au joueur de lâcher un couplet. Et ça c'est tout à son honneur, parce que d'aucun se souviennent de cette sombre histoire impliquant Rohff, un morceau nommé « Fais-moi la passe » et la rime « ROH2F est là, Benze, Benze, Benzema » :

Que ce soit les fans de l'artiste ou ceux du footballeur, la plupart ont semble-t-il bien reçu le message, à la base assez limpide : comme d'autres nombreux rappeurs, Booba suit l'actu du foot et soutient Benzema, ça fait assez longtemps qu'on le sait. Et puis chacun sa stratégie, si ça se trouve, tout cela est un plan habile pour que Rihanna tombe sur la vidéo, reconnaisse son pote footeux dans un clip frenchie et accepte enfin de baisser le prix de featuring exorbitant qui avait refroidi Booba : un petit pas pour l'homme mais un grand pas pour le rap français. Est-ce qu'il n'aurait pas été judicieux pour le sportif d'apparaître dans une vidéo à l'esthétique moins marquée côté gangsta ? Sûrement. Est-ce que ça aurait changé quoi que ce soit quant aux réactions de ses détracteurs ? Sûrement pas. Le mec serait monté sur l'ours du clip « Comme les autres » que certains l'auraient sans doute accusé de maltraitance animale.

Publicité

Bref la polémique enfle et certaines rédactions n'étant pas particulièrement connues pour leur réservoir de génies nous ont gratifié de questions existentielles aussi inédites que pertinentes.

Un justicier masqué semble néanmoins un peu plus contrarié que les autres, il va par le nom de Daniel Riolo, journaliste et auteur de Racaille Football Club, donc a priori, le mec a de la suite dans les idées. Depuis l'année dernière, le teigneux souligne que la proximité entre Benzema et Booba est un gros problème, etc.

Le souci, c'est que lorsque Platini est écarté de la Fifa suite à une accusation de corruption, personne, y compris Daniel n'avait fait le lien qui s'imposait. En octobre 2013, Julien Doré signe une chanson sobrement intitulée « Platini », en hommage au père Michel, qui l'en remercie à plusieurs reprises. Exactement deux ans plus tard, Platini est suspendu suite aux soupçons de corruption. On en conclura ce qu'on en voudra mais il y a des détails qui ne trompent pas.

Pour autant, ni les dérapages de pontes du foot ni les affaires de corruption n'étaient visées par le journaliste sportif. Curieux, car rappelons-le, il n'y a rien de plus gangsta que les histoires de gros sous, une affaire de sextape c'est clairement du pipi de chat en fin de vie à côté. Or l'animateur de RMC semble respecter le côté caillera de Michel Platini plus que tout au monde. Tout cela confirme donc ce que beaucoup pensaient depuis le début : si Daniel Riolo attaque Benzema et Booba de façon aussi virulente c'est probablement parce qu'il est fan de La Fouine.

Publicité

Reste plusieurs questions. Pourquoi un tel acharnement sur Karim Benzema, alors que quand Tony Parker a fait un clip avec Booba et Fabolous, personne ne s'ets scandalisé du résultat ? Ok il n'y avait pas d'arme ou de drogue, mais il y avait Tony Parker qui rappait, ce qui est quand même autrement plus néfaste. Pourquoi l'amitié avec Booba pose un tel problème alors que les joueurs de l'OM proches de Jul (cf notre interview) ne gênent personne, enfin sauf les supporters qui semblent parfois irrités d'entendre Mendy en featuring alors qu'il ne brille pas sur le terrain, mais c'est encore une autre histoire. Pourquoi tout le monde semble super content quand Laurent Blanc dit qu'il aime Ma Benz de NTM ? Enfin le concernant, c'est peut-être une forme de rédemption par la musique, chacun son truc.

Concernant « l'emprise du rap sur le foot », n'oublions pas qu'en cas de force majeure, quand on veut imposer un artiste dont personne ne veut, on peut toujours compter sur le public pour très vite réagir avec le discernement, la justesse et la subtilité qui ont toujours caractérisé les supporters de foot. Comme dernièrement avec Maître Gim's par exemple.

Alors, Karim Benzema qui fait un regard caméra dans un clip de bon rap, est-ce pire qu'un Lilian Thuram beaucoup trop sérieux dans un des morceaux les plus fatigants de Kery James ? Est-ce réellement un pire exemple pour la jeunesse que Zinédine Zidane, Amélie Mauresmo, Michael Schumacher et Tony Parker (le mec cumule) qui participent à des scènes ratées dans un film exécrable ? Personne n'avait rien dit, mais c'était tellement consternant qu'on a préféré vous mettre la vidéo dans une langue étrangère histoire que vous échappiez aux vannes au-dessous du niveau de la mer.

Publicité

Et puis, franchement, qu'est-ce qui vous fait le plus peur entre cette photo prise entre potes :

Et cette horreur issue d'une dimension parallèle démoniaque ?

L'Histoire jugera. Yerim est sur Twitter.