FYI.

This story is over 5 years old.

Cevin Key de Skinny Puppy nous présente la B.O. de The Manson Family, qui sera rééditée en 2015

Charles Manson a beau être au placard, il n'a jamais été aussi occupé.
27.11.14

Ce bon vieux Charlie Manson a eu un emploi du temps plutôt chargé ces derniers mois. Il s’est (encore) marié avec une nana de 54 ans sa cadette, il s’est inscrit à Bed Bath & Beyond sur les conseils judicieux de sa famille et de ses potes, et la bande-son de l’un des films les plus ignobles de tous les temps - basé sur sa vie, évidemment - s’apprête à ressortir en vinyle.

Le soundtrack de The Manson Family (réalisé par Jim Van Bebber), sera en effet réédité chez Artoffact Records début 2015. Cette suite de morceaux hyper-oprressants a été composée en 1995 par Download, le projet post-Skinny Puppy de Cevin Key, Phil Western et Dwayne Goettel. La B.O. était déjà sorti sur CD en édition limitée en 1995 puis en 1997, mais la sortie du film lui-même (d'abord intitulé Charlie's Family) avait été annulée pour manque de moyens, avant de refaire finalement surface 20 ans plus tard.

Publicité

L’édition vinyle inclut un code de téléchargement mp3 et sera disponible dans trois coloris : noir, gris pâle, et une édition spéciale, moitié noir, moitié jaune os. Vous pouvez écouter l’intégralité des morceaux ci-dessous :

On a profité de cette réédition pour discuter avec Cevin Key, le fondateur de Skinny Puppy (qui est aussi l’un des membres centraux de Download et un artiste solo prolifique) de cette bande-originale d’outre tombe.

Noisey : Comment tu t’es retrouvé impliqué dans ce projet. J’imagine qu’être contacté par un réalisateur pour un film sur Charles Manson, ça ne doit pas arriver tout les jours.
Cevin Key : C’est Jim Van Bebber, le réalisateur, qui nous a contacté. On avait bossé avec lui une ou deux fois sur des vidéos de Skinny Puppy, et sur un court-métrage intitulé Chunkblower. Je savais que Jim galérait sur ce projet. Il m’a demandé si j'étais chaud pour participer, et j'ai dit oui.

Phil Anselmo et Ross Karpelman apparaissent aussi dans les crédits, mais c’est Download qui a fait la bande-son. Tu devais composer des morceaux joués dans le film, au départ ?
Je me souviens que j’avais compilé les trucs les plus expérimentaux que je faisais à l’époque sur une cassette DAT de 90 minutes, histoire que Jim sache dans quoi il s’embarquait. Au final, notre album est vraiment un assemblage de tous les trucs que je lui avais filé. Je savais qu’il y avait d’autres artistes qui collaboraient sur le film. J’ai donc choisi une approche un peu différente.

Publicité

Pourquoi est-ce que ça a pris autant de temps pour sortir le film ?
Je pense que Jim s’était lancé dans un projet un peu trop démesuré. Ça ne s’est pas fait facilement, ça a pris des années pour qu’il soit terminé.

Charlie fait la une des journaux avec sa vie amoureuse en ce moment. C’est plutôt marrant, comme coïncidence. Tu t’intéresses un peu à sa vie ?
Je me suis jamais trop penché sur son histoire, à vrai dire. L’un des seuls trucs que j’aime chez lui, c’est son morceau « Garbage Dump ».

Cette bande-son est assez différente des autres albums de Download. Avec le recul, tu penses que tu cherchais à créer une atmosphère particulière ? Je trouve les sonorités plutôt troublantes.
« Troublant » , c’est déjà pas mal. Quand je composais certains des riffs, je me suis rendu compte que les scènes du film m’avaient vraiment affecté. J’ai essayé de représenter ce que je ressentais : un sentiment d’inconfort, d’inquiétude.

Photo via I Dream of Wires

Ça fait 20 ans que tu as enregistré tout ça. Dwayne est décédé depuis. Quand tu réécoutes ça aujourd’hui, tu en penses quoi ?
Je me rappelle quand on a compilé les morceaux. On sortait de l’enregistrement de The Process, une période un peu difficile. Du coup, je m’identifiais complètement à ces types retranchés dans un ranch bourré de drogues, au bord de l’implosion. Beaucoup des morceaux ont été composés dans la maison où on logeait tous. J’en ai fait quelques-uns sur la route et qu’on terminait l’album avec Rave Ogilvie. J’ai eu un peu de temps libre pour assembler la bande-son et l’envoyer à Jim. C’était comme un exorcisme : se débarrasser de ces morceaux et les transformer en musique d’accompagnement. Je pense que c’est tout à fait le genre de trucs qu’auraient joué les habitants du Spahn Ranch, si il y avait eu une famille Manson dans les années 90.

Pourquoi ressortir cet album maintenant ? C’est à cause du vingtième anniversaire ou quelqu’un t’a fait une offre que tu ne pouvais pas refuser ?
Un vinyle dans un bel emballage, c’est un truc que j’adore. Je pense que cet album est taillé pour le vinyle et Storming The Base a fourni un boulot monstre pour que la qualité soit au rendez-vous. Les collectionneurs seront satisfaits, mais rien que le fait d’écouter tous ces enregistrements analogiques sur vinyle, ça va être génial.

Dernière question : c’est quoi, le meilleur film que tu as vu récemment ?
Zombie Ass : Toilet of the Dead, un film d’horreur comique japonais. C’est sorti en 2011. Je crois que c’est Noboru Iguchi qui l’a réalisé.

L’album est disponible à la pré-commande sur Artoffact Records.

Kim Kelly est sur Twitter.