FYI.

This story is over 5 years old.

Le guide Noisey de Mobb Deep

Prenez votre ticket pour Queensbridge, l'antre du duo rap le plus acclamé des années 90.
18.6.14

Est-il réellement possible de détester Mobb Deep ? Je ne crois pas (à part peut-être quelques dandys de merde du rap). Le duo formé par Albert « Prodigy » Johnson et Kejuan « Havoc » Muchita en 1992 apporte du drame dans le monde du hip-hop depuis plus de 20 ans. Des hauts, des bas, des embrouilles, des trahisons, des tubes, des bides, mais cette constance dans la réalité en tant que fondation qui a fait d'eux un élément crucial du game pendant toutes les 90's. L'année 2014 marque leur seconde renaissance avec un nouvel album et une tournée européenne sensée moucher les haïsseurs qui voyaient déjà le duo mort et enterré dans les limbes de Twitter. Pas de temps pour l'hésitation, voici une chronologie recensant quelques uns des meilleurs faits d'armes et moments clés des petits princes du Queens.

Publicité

QUAND MOBB DEEP S'APPELAIT POETICAL PROPHETS

« Faut que je te présente un pote. Vous devriez bien vous entendre. » C'est ce qu'un camarade de Prodigy lui annonce le premier jour du lycée. Option art & design. Ben ouais, les mecs sont un peu créateurs à la base. Quand la cloche sonne, Prodigy rejoint son futur partenaire, qui est en pleine baston devant le bahut. Les présentations sont faites. Prodigy avait entre temps pris la sage décision d'arrêter la danse et de se mettre sérieusement au rap. C'est lui qui figure sur la B.O. de Boyz N The Hood sous le nom de Lord-T (The Golden Child) ! Big-up à Eddie Murphy.

QUAND LES FAUX ÉTAIENT VRAIES

En anglais, faux se dit « sickle ». On parle de ces grandes faucilles pour couper l'herbe hein. Et la maladie que Prodigy traîne depuis sa naissance, « Sickle-cell disease » alias

Drépanocytose

. Je ne sais pas si le lien est voulu. Bon, tout ça est surtout une métaphore de la mort qui plane au-dessus de nos têtes, avec ou sans doo-rag. Les rappeurs à peine majeurs se baladent sur des terrains vagues avec leur bande et ces énormes manches, jean bien bas dans des chaussettes bien hautes, sur Air Force 1 uniquement. Sinon tu rentres pas dans le quartier. Prodigy chante qu'il voulait être architecte, que la

peer pressure

était vraiment forte, émo… C'est le premier clip de Mobb Deep, sorti en 1993 et c'est peut-être le meilleur.

QUAND HAVOC A TIR É SUR LE STANDARDISTE DE DEF JAM POUR UN POSTER

En même temps, c'étaient pour un poster de Slick Rick quoi. Personne n'a jamais pu entrer dans le cerveau d'Havoc, le beatmaker et l'homme de l'ombre de Mobb Deep, celui aux couplets les plus assassins. Personne n'a encore moins compris le projet d'Havoc ce jour de 1993 alors qu'ils avaient rendez-vous dans les bureaux du plus gros label rap du moment pour un probable contrat à la clé. Russell Simmons les trouvaient trop jeunes pour les signe. On vous rappellera. Résultat : deux balles perdues. Et un casier.

QUAND PRODIGY A RENCONTR

Publicité

É

NAS

Nas et Prodigy avec des flingues invisibles dans un n° de The Source de 1995.

Son guide dans la jungle urbaine, Twin Gambino (du groupe Infamous Mobb), présente le petit Prodigy à Nas. Déjà maire de la nuit à New-York à l'époque. Bref. Nas est assis sur son banc, nonchalant. La battle va bientôt commencer. P entame. Nas enchaine. Les blunts tournent. Le Henessy coule dans les veines. Ses potes lui disent que c'est lui le meilleur mais il a vu de ses yeux la puissance de Nas. Il aimerait l'avoir comme grand-frère. Nas lui dit qu'il a été cool, sa bande aussi. Serrage de paluche, chacun rentre dans son quartier, comme si de rien n'était. A partir de cette date, un rapport ambigu unira les deux rappeurs, Nas ne perdant jamais une occasion de rabaisser Prodigy qui, lui, ne cessera jamais de l'aimer et le respecter. Plus tard, ils partageront même un gang bang à Chicago, raconté en détails dans le livre de Prodigy (!!!).

QUAND ILS ONT R

ÉINVENTÉ LE LANGAGE

« On appelait le crack 'he-mes', les cigarettes 'bogies' et la bière St. Ides 'thainy'. Le mot 'thainy' provenait de notre propre langage cryptique, un truc qui s'apparentait à du pig latin. C'est ce gamin, Bumpy, qui avait inventé ce code rebaptisé le Thun Language. Par exemple, au lieu de s'appeler 'son' entre nous, on disait 'thun', et 'thorty' au lieu de 'shorty'. C'est devenu vraiment complexe. Bumpy avait un problème de diction qui le faisait parler naturellement de cette façon, mais nous, on s'est répproprié ça comme l'argot de notre quartier. On utilisait même de l'argot pour l'argent – un billet de 100 dollars était un 'man', les billets de 50 des 'half a man', ceux de 20 des 'dubs', ceux de 10 des 'demons' et un billet de 5 dollars était surnommé un 'fever'. La police, c'était les 'jakes' d'après la série TV des années 80 Jake and the Fatman [La Loi est la loi] et un téléphone était un 'jack'. 'Shine' ou 'special effects' désignaient les bijoux, se faire sucer c'était un 'head spin' et du sexe normal un 'back spin'. On faisait et sortait des trucs que personne n'avait encore vu auparavant. »

QUAND ILS ONT FAIT CONNAÎTRE QUEENSBRIDGE AUX GENS DE LA CAMPAGNE

Plus grand complexe HLM d'Amérique, qui ici connaissait l'existence de

cette cité

Publicité

avant que nos « Official Queensbridge murderers » la chantent toutes les deux lignes, hein ? Et pourtant, QB a donné naissance à tous les rappeurs suivants : Big Noyd, Blaq Poet, Capone, Cormega, Craig G, Havoc, Infamous Mobb, Marley Marl, MC Shan, Nas, Nature, Roxanne Shanté, Screwball, Tragedy Khadafi… Ça en laisse pas beaucoup pour les autres.

QUAND 1995 EST ARRIV

ÉE

L'année, pas le groupe sponsorisé par Citadium. Vous ne le savez peut-être pas, mais 1995 est située pile entre 1993 et 1997, le laps de temps qui a permis au rap de devenir la première musique des jeunes et d'être prise au sérieux, commercialement parlant. L'année où Mobb Deep sort son deuxième album,

The Infamous

, après

Juvenile Hell

en 1993. Changement drastique, on dirait qu'ils ont pris 10 ans. Terminé les gamineries. Le groupe est passé du label 4th & Broadway à Loud, l'écurie qui compte. Les deal­ers tristes font entrer leur mélan­colie urbaine au pan­théon de la musique noire. Le rap ne sera plus jamais comme avant, c'est maintenant sûr. Un an et demi plus tard,

Hell On Earth

sort et se place direct n°1 des albums rap/r&b. Mobb Deep sont majeurs, le reste est mineur, ils vont bientôt pouvoir faire des feats de stars avec

Blondie

(aaaah) et avec

Mariah Carey

, en t-shirt mouillé.

QUAND LA MOBB ROULAIT EN SAAB

Un extrait du moodboard de Shook Ones part 2

J'ai longtemps cru que Prodigy conduisait une Talbot sur ce célèbre pont. Mais à y repenser, ça aurait été un peu gros. En effet, c'est bien une Saab, bien carrée comme il faut. Sous son aspect chill de type « on a a pris une boucle de Quincy Jones et on s'amuse avec », « Shook Ones part.II » est plus violent verbalement qu'un titre de Slayer. Similaire au Vietnam. Les mecs ont 19 ans et sont déjà morts à l'intérieur. Mais vous préférez peut-être la

Publicité

part.I

ce que je comprendrais tout à fait parce que moi aussi. Parler de la rue et avoir du succès n'est maintenant plus incompatible.

QUAND LES BIDONS

É

TAIENT EN FEU

Qu'est ce qui symbolise le mieux l'essence du rap new-yorkais que la vidéo de « Survival of the Fittest » ? Rien. Les bidons s'posent des question ? Possible. Le génie c'est la réalité ? Oui Hegel. De grands gestes de bras dans des vêtements super amples autour de poubelles cylindriques en fer et en proie aux flammes, c'est ce qu'on peut retrouver dans chaque bonne vidéo de rap et un type s'était d'ailleurs amusé à toutes les répertorier sur un blogspot qui s'appelait tout simplement « Flaming garbage cans in hip hop videos » et qui a migré depuis sur Facebook.

QUAND LE TORCHON BRÛLAIT ENTRE LES DEUX CÔTES

Allez ça suffit. Vous connaissez tous les faits. Suge Knight de Death Row Records charrie Puff Daddy de Bad Boy Records parce qu'il danse dans toutes les vidéos de ses rappeurs… Tupac balance «

Hit Em Up

» (à voir en VF)… Mobb Deep

arrose

. Snoop Dogg dit du mal de New York… Les Source Awards de 1996 se transforment en cérémonie de la haine… Le Dogg Pound vient narguer les New-Yorkais jusque dans leurs rues dans le clip méga drôle de «

NY, NY

»… Et le bloc de l'est répond et pond le mon­strueux «

L.A. L.A.

» qui riposte à 360° du toit d'un immeu­ble. Ce qui n'empêche pas non plus Prodigy de s'embrouiller plus tard avec NORE, qui bouge trop les bras, calme-toi mec. Le rap peut-il exister sans beef ?

Publicité

QUAND ILS SONT PASSÉS A L'ÉCOLE DES FANS

Regardez bien les styles de danse. Du bonbon pour les yeux cette vidéo.

QUAND ILS ONT VAINCU LE SIDA

A l'occasion d'une compilation intitulé

AIDS – America Is Dying Slowly

, Mobb Deep balance cet immense morceau sorti de nulle part. Le SIDA n'a rien pu faire.

QUAND TOUT LE MONDE A VOULU ÊTRE MOBB DEEP

On ne compte plus leurs clones Outre-Atlantique (

Da Youngsta'z

en tête) mais c'est désormais dans l'hexagone que ça se passe. Mobb Deep a inventé le rap de rue français, triste comme la lune, et c'est Lunatic issu du collectif Time Bomb qui lance les hostilités. De 1994 aux années 2000, tout le monde en France a vécu sur le pénis des petits voyous de Queensbridge. (Sté Strausz,

Rocca

,

La Brigade

… et j'en passe.)

QUAND ILS TOURNAIENT AVEC LIMP BIZKIT

Limp Bizkit, en pleine gloire.

1999. Dans la foulée du

pavé lustré

Murda Muzik

, Prodigy sort son premeir album solo (

H.N.I.C.

).

Classique

. Et Mobb Deep part en tournée… avec Limp Bizkit ! Prodigy et Havoc décou­vrent les groupies du rock blanc, et n'en revi­en­nent pas. Elles font la queue devant le bus du groupe après chaque con­cert, et passent à la casse­role une par une. Limp Bizkit roulent sur l'or, ils pos­sè­dent même un den­tiste dans le tour bus. Démesure totale.

QUAND JA RULE AMUSAIT LA GALERIE

Prodigy se rappelle une after arrosée en boîte : « On était vraiment voyou comparé au reste des gens. Puis Ja Rule est entré dans le club vêtu d'un chandail hyper échancré qui laissait quasiment apparaître ses tétons. C'était vraiment homosexuel. J'aurais donné cher pour voir l'embarras sur son visage quand il nous a aperçu. Tous les mecs qui étaient avec moi étaient sans pitié et ont tous éclaté de rire devant lui. En tournée, on devait partager le même vestiaire que cette tête de bite, il mettait des grillz, se comportait comme un dur et se prenait pour une star au point qu'il ne nous adressait même plus la parole. Quelques chose s'est brisé ce soir-là. »

Publicité

QUAND JAY-Z FAISAIT LE MALIN

Né au sein d'une famille d'artistes, dans le biz de la danse et de la musique, Prodigy n'a pas eu d'autre choix que de pratiquer lui aussi. Fanatique de Michael Jackson il n'hésite pas à le singer, lui qui se fait déjà rebaptiser « the tap dance kid » à 10 ans. La photo ci-dessus, sûrement prise par sa grand mère, est malheureusement tombée entre les mains de Jay-Z à l'époque où la guerre était déclarée avec Nas (qui passait son temps à le snober). Bozo le Clown (comme on le surnommait à Queensbridge) avait alors utilisé le cliché sur scène lors d'un de ses concerts pour se foutre de la gueule de Mobb Deep. 'foiré.

QUAND ILS SE SONT FAIT TATOU

ER

DES DRAGONS

Vous vous étiez toujours demandés d'où provenaient ces dragons tatouées sur chaque pouce de la bande qu'on voit dans le livret de

Hell On Earth

? Qu'ils ressemblaient exactement au logo du groupe de hardcore new-yorkais Sick Of It All ? Eh bien, c'est très con. Prodigy avait vu ce dragon graffé sur un mur de la ville et avait tout simplement décidé de l'utiliser. « Stylé » quoi. Quand tous leurs potes ont suivi, ils ont voulu s'en servir comme emblème du groupe mais pop pop pop, ce logo était pris depuis 86 les mecs. Et en guise de clin d'œil à l'affaire :

QUAND SICK OF IT ALL A REPRIS MOBB DEEP

La rencontre du rap et du rock a souvent été délicate (les férus de rap peuvent d'ores et déjà se boucher les oreilles). Deux compilations plus ou moins mythiques et commerciales ont tenté de confronter les deux mondes. D'abord

Judgment Night

Publicité

(B.O. du film fatal avec Emilio Estevez) sortie en 1993, puis 7 ans plus tard,

Loud Rocks.

Sur la première, même si tout était raté (excepté Slayer/Ice-T et Biohazard/Onyx), les associations avaient au moins le mérite d'être drôles (Mudhoney vs. Sir-Mix-A-Lot haha). Sur

Loud Rocks

par contre, personne n'a même envie d'imaginer ce qu'un mélange de System Of A Down et de Wu-Tang pourrait donner. Ou pire, Tha Alkaholiks vs. Sugar Ray. Personne. En revanche, le morceau ci-dessus reste le meilleur exemple de ce qui a pu être fait en la matière. (Vous voulez déconner encore ? Écoutez

Too Legit For The Pit

pour que la fête soit totale)

QUAND NEW YORK EST MORT

2001. Début de la fin ? Deux tours se cassent la gueule et trois mois après sort

Infamy.

Pire album de Mobb Deep ? Probable. La faute à Scott Storch ? Je pense que non. Havoc change son flow et Alchemist débar­que discrètement. Per­sonne ne le sait encore, mais c'est lui qui sortira NY du coma. Mobb Deep et 112 font un morceau qui s'appelle «

Hey Luv

» et Ja Rule ricane. Cerise sur gateau, Steve Rifkind vend son label Loud à Sony et Mobb Deep se retrouve petit parmi les grands. Le South­ern Rap devient ban­quable. C'est la fin de NY et les

Infamous

le sont plus que jamais.

QUAND PRODIGY A

É

CLAT

É

TOUS LES RAPPEURS DE NEW YORK… DANS UN JEU VID

É

O

Tiens Ghostface ! Tiens N.O.R.E ! Tiens Memphis Bleek ! Tiens Redman ! (

Def Jam : Fight for NY

, toujours disponible sur PS2, GameCube et Xbox)

Publicité

QUAND ILS ONT P

É

CHO ERICA MENA

La délicieuse latine, dépucelée par

Fabolous

quand elle était ado, aurait flirté un temps avec Havoc, et un soir avec Prodigy. Enfin c'est ce que le rappeur raconte dans sa biographie. Havoc l'avait laissée avec lui quelques minutes et à peine s'était-il éclipsé que Prodigy avait déjà la main dans sa culotte ! Pas super étonnant quand on voit le palmarès de la présentatrice de Love & Hip Hop sur la chaîne VH1. Sauf qu'elle a depuis

catégoriquement démenti l'info

prétextant qu'elle avait 16 ans lors des faits (et alors ?) et a même engagé des poursuites contre Progidy. Ca va, ce n'était qu'une main au panier après tout.

QUAND ILS ONT VOULU FAIRE DU CIN

ÉMA

Tourné par Lawrence Page en 2004, et renvoyant à leur quatrième album Murda Muzik présente le mélange crime/rap que vivaient chaque jour les rappeurs de Queensbridge. Les principaux rôles sont tenus par les rappeurs Big Noyd, G.O.D. Part.III et Twin Gambino. On y voit aussi Havoc (qui déambule en doo rag et costume ), Prodigy (qui mange des carottes rappées en pull orange) et quelques apparitions furtives de Cormega et Nas qui eux ne font strictement rien. Le scénario : une vague histoire de vendeurs de poudre blanche voulant arrêter les bêtises pour se lancer à fond dans le rap, appuyés par leurs parrains de la Mobb. Tout ça est agrémenté de fusillades à bout portant, de bastons de rue (Twin défigure un mec avec la crosse de son ruger, tranquillement, en pleine journée), de sexe avec grosses fesses, de poignées de main interminables et de doudounes North Face. Un film à voir uniquement sur téléphone portable. (Suivront Blackout et Full Clip, pour les plus téméraires)

QUAND ILS ONT RENCONTR É 113

Bon souvenir, comme en témoigne la vidéo.

QUAND ILS ONT SIGN É SUR G-UNIT

Publicité

Traîtres ! Argent sang et rap sale : la deux­ième car­rière de Mobb Deep peut enfin commencer. Tout le monde est remis à sa place. En cadeau de bien­v­enue sur son label, 50 Cent leur offre une Porsche cha­cun, merci Fifty ! Prodigy et Havoc découvrent ce que l'éthique de carrière signifie, en busi­ness­man ultime, 50 ne pra­tique ni les drogues, ni les femmes. Et ça fascine Prodigy, qui lorgne déjà vers le straight edge depuis un moment. Parallèlement, les femmes blanches sont maintenant dans les clips, tout est « Outta Con­trol ». Nicole Kid­man et Lind­say Lohan deviennent des fans n°1 de Mobb Deep. Mais quel déodor­ant utilisent-t-ils ? Le groupe tourne partout sur la planète, leur avion prend feu en direction du Chili, mais ils survivent. Et pour la première fois dans l'histoire du rap, ils per­for­ment en Inde.

QUAND ILS ONT COMPRIS L'EMPIRE

Les existences de Prodigy et Havoc ont toujours été en dent de scie. Prodigy a toujours profité de ces moments de bas pour se plonger dans la culture. Il a lu les livres de

Dr. York

, traîné des nuits sur Internet en quête d'info sur les lluminati et les ovnis, tout ça lui a un peu flippé la tête.

« Les livres de Dr. York que je lisais parlaient des hopitaux qui injectaient des trucs dans les bébés, surtout les bébés noirs, des micro-puces et des maladies dès la naissance. »

P se res­sais­it après toutes ces tournées abusées. Il quitte les drogues, mange saine­ment, lit, et regarde des films… dont

Publicité

They Live!

de John Car­pen­ter. Une révélation. Il tente, comme Rowdy Pip­per, de prêter les lunettes de la vérité à ses potes mais ceux-ci ne sont pas encore prêts, et plutôt enclins à fumer des spliffs. Combien ont entendu la rime fatale de Rockin'Squat sur

Démocratie Fasciste 5

qui résume tout ? « Je suis deep comme Mobb Deep et profond comme l'histoire ». Paf.

QUAND SAIGON A JOU

É

AU CON

Filmé pour le street-DVD Smack , le nouveau buzz-rappeur de NY, Saigon, tenant un album de Mobb Deep dans les mains déclare : « J'en ai marre de ces mecs rincés. Ces vieux enculés doivent laisser la place aux nouveaux. Y'en a marre de leur vieux rap de merde. » Quand la bande de Queensbridge tombe dessus, ils sont sous le choc. Ben ouais, ils lui ont rien fait. Croisé dans un club quelques jours plus tard, Saigon se fond en excuse, comme une petite merde. Mais en vrai fourbe, il continuera de répandre de la perfidie sur le duo pour se faire mousser. C'est l'escalade et en 2007, la bagarre éclate. Vous pouvez vous passer le ralenti ci-dessus et revoir le pain sous tous les angles.

QUAND PRODIGY EST ALL

É

EN PRISON

Avant et après la prison.

Séisme sur la planète rap. En octobre 2006, Prodigy et son nouveau meilleur pote Alchemist se promènent en SUV dans NY. Son véhicule était alors recherché pour un demi-tour illégal sur la chaussée. Pas de bol les flics le coincent et trouvent un flingue dans la boîte à gants. Etaient-ce des cops de la nébuleuse

Hip Hop Task Force

Publicité

? Mystère. P n'était pas un nioubi dans le jeu du port d'armes illégales, c'était soit 15 ans dans la face, soit plaider coupable et prendre 3 ans et demi. Ce qu'il a fait en 2007. Et le rappeur n'a jamais été aussi productif, coup sur coup en l'espace de deux ans sortiront

Return of the Mac

,

H.N.I.C. 2

et

Product of the 80's

. Havoc ne viendra jamais lui rendre visite (faux frère) et sortira lui aussi deux albums solo,

The Kush

et

Hidden Places

avec lesquels le terme

dispensable

prend toute sa signification. Derrière les barreaux, P. en profitera pour doubler son volume musculaire et écrire sa biographie, clean le mec. Sa conclusion ?

« Prison is for losers and dumb fucks »

.

QUAND PRODIGY EST DEVENU SKINHEAD

Personne n'a vraiment compris ce qu'il avait voulu faire. (

Ni là d'ailleurs

)

QUAND HAVOC A TRAIT

É

PRODIGY DE P

ÉD

É

SUR TWITTER

Contrairement à Prodigy, Havoc aurait paraît-il plongé de plus en plus profond dans l'alcoolisme pour oublier sa panne d'inspiration. Quand la biographie de Prodigy est sortie, s'attardant dans de nombreux chapitres sur leurs rapports, Havoc et d'autres gens impliqués n'ont pas aimé ce qu'ils ont lu, et la pression n'a eu plus qu'à exploser. C'est ce qui s'est passé sur Twitter quand Havoc a traité son ancien frère de pédé et de balance, après avoir lancé une rumeur de mariage entre lui et Rihanna. Complètement pété le type. Le beef qui dormait depuis des années au sein de Mobb Deep a enfin éclaté au grand jour pour le plus grand bonheur des haïsseurs. Avant qu'Havoc ne déclare que les tweets ne venaient finalement pas de lui. Pédé ! QUAND ILS ONT CR É É LEUR PREMIER CROWDFUNDING

QUAND PRODIGY A D É CLAR É LA GUERRE AU JOURNALISME

Le 9 avril dernier, Pitchfork a mis 10/10 à la réédition de l'album The Infamous dans une chronique de 14 paragraphes que personne n'a lu en entier. Excepté Prodigy. 21 minutes après la publication, le Head Nigger In Charge a balancé un tweet assassin dirigé contre le rédacteur. T'es pas de notre sang, on te connaît pas, tu parles pas de nous ! Bah ouais fallait mettre un 20/10 tant que t'y étais mec ! Un débat est aussitôt lancé sur Twitter et relance la question du journalisme rap (un blanc qui n'a jamais vendu de crack a t-il le droit de chroniquer un disque voyou ?). Mmm… Nous vivons toujours dans l'attente d'une intervention d'Oliver Cachin. Les citations proviennent de My Infa­mous Life, The auto­bi­og­ra­phy of Mobb Deep's Prodigy de Albert John­son et Laura Check­oway, publié par Touch­stone Books en 2011. Rod Glacial préfère Hell on Earth et il est sur Twitter @FluoGlacial