Publicité
Cet article a été publié il y a plus de 5 ans
Music by VICE

Comment Teki Latex est devenu le sultan du streaming techno avec Overdrive Infinity

Tout juste rentré de son université d'été, le Larry David du techno-jeu nous raconte comment est née sa collaboration avec Dailymotion.

par Christelle Oyiri
24 Juillet 2014, 11:45am

Teki Latex et Crack Stevens, son homologue anglais. Photo - Hélène Feuillebois

Teki Latex sera présent au shop Carhartt WIP du Marais (57 rue du Temple), le jeudi 18 février à partir de 17h, dans le cadre de l'étape parisienne NTS x Carhartt WIP Radio on Tour. Rendez-vous sur la page de l'event.

Alors voilà, je reviens d'une expérience qui a priori aurait pu me causer beaucoup d'anxiété : des vacances avec des DJ's, une émission de streaming de DJ set et en même temps un festival, le tout organiséau le Mas des Escaravtiers, une villa sur la Côte d'Azur. Trois trucs super difficiles à appréhender pour moi. Trois dimensions réunies sous une même bannière : l’Overdrive Infinity Summer House, un événement rendu cohérent par cette volonté de rassembler et de perfectionner l'art de passer des disques et de faire la fête. Et au final, ce week-end s'est révélé super intense et déconneur, les adieux ont d’ailleurs été déchirants.

Derrière cette entreprise se cache Nicolas Malinowski, Émile Shahidi, Dailymotion et surtout Teki Latex, le Larry David de ce techno-jeu. J'ai rencontré ce dernier dans les studios Dailymotion pour parler de ce qui différencie Overdrive Infinity des autres émissions de streaming de DJ sets, de son obsession pour l’émission MTV The Grind, et de la responsabilité de feu-Institubes dans la création de VICE France.




Noisey : En quoi Overdrive Infinity se distingue des autres émissions de streaming de DJ sets ?
Teki Latex :
Déjà, niveau réalisation c'est une véritable d'émission de TV façon Nulle Part Ailleurs dans les années 90. Ça se rapproche beaucoup plus de The Grind sur MTV. Contrairement à Boiler Room, on a des vrais cameramen, caméra à l'épaule, avec une grue et tout. On est dans un vrai studio de télé et, ok il y a un fond vert qui pourrait faire ressembler ça à Just Jam, mais la qualité de l'image et l'esthétisme du truc sont un peu plus poussés. En fait on profite des moyens qu’on nous donne pour faire notre truc à nous : on fait un hold-up chez Dailymotion pour diffuser notre musique de tarés. On se focalise énormément sur la direction artistique : je peux être aussi bien curateur de DJ et m'occuper de la partie visuelle en faisant appel à des mecs comme Matthieu Missiaen pour créer un décor en rapport avec l'univers des artistes. Pour le set de L-Vis 1990 par exemple, on a pas mal bossé sur des statues et pour celui avec Para One, on a pris des colonnes qui rappellent la pochette de son album. C'est comme un mec qui ferait une installation sculpture + vidéo/musique dans un truc d'art contemporain. On fait la même chose sauf qu'on ne connait rien à l'art. Je fais avec les références que j'ai et c’est exactement la même chose avec la musique.

Comment est née cette idée d'Overdrive Infinity Summer House ?
L'idée était de faire une sorte de colonie de vacances de fin de saison pour Overdrive Infinity, avec tous les gens qui ont bossé avec nous de près ou de loin et qui nous ont soutenu. Les mecs qui traînent au studio chaque semaine, l'équipe technique, Svet et Betty qui me remplacent quand je suis pas là, et puis partager cet esprit avec le plus de monde possible, il fallait que ce soit ouvert au public. Parce que des colonies de vacances de DJ's yen a plein genre Winter Music Conference à Miami mais c'est toujours axé réseau, les gens sont là pour générer un résultat à la fin, tout le monde essaye de vendre son truc et c'est chiant.



T'es quand même super obsédé par The Grind, ça fait deux fois que tu rends hommage au truc. Je croyais que t'étais un mec du futur qui lisait WIRED et portait des baskets en matériau intelligent.
Ahahah. C'est surtout que moi je n'ai pas eu accès à Soul Train. C'est à l’heure de YouTube que je vois vraiment ce que c'est, tu sais. Et oui, The Grind est une grosse influence. En revanche, refaire cette émission aujourd’hui serait grave ridicule.

Non mais ce que je veux savoir surtout c'est ce qui te fascine là-dedans.
Y'a rien qui ne soit pas fascinant là-dedans en fait [Rires]. Le truc qui me fascine le plus dans ces délires d'émissions de danse de gens lambda c'est que ce n'est pas télévisuel du tout et ça en fait des OVNI. C'est une anomalie. Par exemple, avec Overdrive Infinity, mettre les gens devant leur ordinateur pendant 2 heures pour regarder des DJs passer de la musique avec des trucs visuels qui se passent autour, ce n'est pas évident à expliquer. Et c'est ce que j'aime bien.Ça se passe plus ou moins en même temps que Calvi on the Rocks, un festival que je trouve de plus en plus pété. Tas un avis là-dessus ?
Déjà, Calvi on the Rocks n’est pas une émission de télé. Je m'inspire de leur délire « vacances dans le Sud » mais pour le reste, je pense tout simplement booker de meilleurs DJs, avoir une vision plus exigeante du DJing, plus en phase avec ce qui se passe actuellement. On n’a pas grand chose àvoir avec eux en fait même si j'espère qu'Overdrive Infinity génèrera le même engouement que Calvi on the Rocks.



T'as invité des artistes qui viennent d'univers assez différents sans vraiment de tête daffiche, c'est une programmation très pointue. Trop pointue ?
Bah si tu veux la vérité, j'aurais géré la programmation autrement que dans cet axe Paris-Londres-radio pirates-NTS-Radio X-copains-Bass/Techno/Grime. J'aurais sans doute invité un mec comme Superpitcher parce qu'il défonce et qu'il vient d'un autre univers que tout le reste du line-up tout en s'entendant bien avec Feadz ou AZF & Parfait. Je pense aussi que s'il avait eu la possibilité de venir ça aurait été encore plus cool car ça aurait élargi notre audience. J’aurais aimé inviter les Soulclap aussi, ils auraient dnas leur élément dans ce délire pool party.

J'ai vu Tim and Barry de Just Jam/Don't Watch That TV ainsi que Crackstevens de la même team. Just Jam c'est un peu le cousin anglais d'Overdrive Infinity. Comment vous êtes-vous rencontrés ? Vous envisagez de bosser ensemble ?
C’est grace à Marc Eychenne que tout ça existe, il s'occupait de la section musique de Dailymotion jusqu'à l'année dernière et maintenant il s'est cassé en Angleterre et gère carrément tout Dailymotion UK. Ce gars traînait sur le forum Institubes et Scenehoppers, qui sont des forums fondateurs pour toute la galaxie Institubes, Sound Pellegrino et j'en passe. Pour ne pas le citer, Julien Morel [rédac-chef de VICE France] fait partie d'une équipe qui avait été rassemblée par Étienne de Radioclit et moi. On a avait aussi motivé Matthieu Berenholc [ancien rédac-chef de VICE France, aujourd’hui décédé] et au bout d'un an, VICE France débarquait.

T'es en train de t'attribuer la paternitéde VICE France en fait là?
Bah... Pour moi, VICE France fait parti des trucs qui ont été générés par ces forums là. [Rires]


Overdrive Infinity Summer House Pool Party Mega Fun. Photos - Hélène Feuillebois

Ok
À cette époque, Marc Eychenne était déjà à Londres, au moment où les studios ont commencé à se concevoir à Paris. Il voulait absolument avoir une émission de streaming DJ et ça faisait un moment qu'on pensait à la même chose. Au début ça devait simplement être un podcast du label Sound Pellegrino, version filmée, et puis c'est devenu Overdrive Infinity. Donc pour revenir à Just Jam, Betty a rencontré les mecs de Just Jam à Londres et a joué pour eux. Ces mecs sont venus à Paris et je leur ai conseillé de rencontrer Marc Eychenne qui venait de s'installer à Londres. Akin de Just Jam l’a contacté et Just Jam s’est finalement retrouvé à taffer avec Dailymotion. Donc nos destins sont super liés ! Je les admire énormément et je me sens à aucun moment en concurrence avec eux, au contraire. Et puis un truc encore plus chelou, j'ai rencontré Tim Barrington [créateur de l'émission Just Jam] en 2005. C'était le DJ d'un des gars qu'on avait fait jouer à la soirée Poulet et Bière mais je m'étais pas du tout aperçu que c'était lui !

Si tu pouvais résumer l'esprit de Overdrive Infinity Summer House en un seul morceau ce serait lequel ?
Ce serait « That's Not Me » de Skepta, ça résume bien l'énergie. Je me l'étais mis de côté pour le festival et Martelo l'a finalement joué avant moi ! J'ai eu le seum mais j'étais quand même à fond.


Christelle n'est pas que dans le rap. Elle est aussi branchée musique technologique et Twitter - @crystallmess