FYI.

This story is over 5 years old.

Les Young Fathers ne sont pas les énièmes baltringues du village

Le trio écossais le plus excitant de 2015 nous a parlé de racisme, de confusion et de la signification du titre de son album « White Men Are Black Men Too ».
15.4.15

Photo - Andrew Maso

« On fait du Young Fathers, point ! » Voilà ce que m’a répondu Alloysious Massaquoi, le chanteur du trio écossais, quand je lui ai demandé de me dire dans quel style son groupe évoluait. La réponse peut sembler, au mieux audacieuse, au pire prétentieuse, mais une simple écoute de leur nouvel album White Men Are Black Man Too suffit à leur donner entièrement raison. Mélange de grime, de kraut, de hip-hop expérimental, de pop et de world music, White Men Are Black Man Too ressemble à un puzzle dont aucune pièce ne collerait avec l'autre mais qui, pourtant, réussirait à former un tout d'une beauté et d'une profondeur absolues. Un disque frondeur et téméraire sur lequel Massaquoi, 'G' Hastings et Kayus Bankole, tous trois âgés de 27 ans, s'amusent à découper, coller et raturer une gigantesque photo du paysage musical actuel. On a passé un moment avec eux pour parler de leur musique, de leurs projets et de leur victoire au Mercury Prize, en octobre dernier.