FYI.

This story is over 5 years old.

Oui, l'album secret du Wu-Tang Clan a été acheté par le type le plus détesté de tous les États-Unis

Eh non, ce n'était pas Quentin Tarantino mais bel et bien cette ordure de Martin Shkreli.
9.12.15

Depuis que le Wu-Tang Clan a annoncé la sortie de son album secret intitulé Once Upon a Time In Shaolin, il y a eu beaucoup de spéculation sur le potentiel acheteur de ce disque estimé à plusieurs millions de dollars. Il y a d'abord eu le Kickstarter qui voulait réunir suffisamment de fonds pour acquérir l'album et le détruire. Et puis dernièrement, la source la plus plausible semblait nous conduire à Quentin Tarantino, fan avéré du Wu-Tang et propriétaire d'un imposant portefeuille. Mais désolé de casser tous vos plans, le mec qui l'a finalement acheté est beacuoup moins marrant que ça. Le magazine Bloomberg Business a suivi l'affaire de près et a révélé que c'était Martin Shkreli qui était entré en possession de l'oeuvre, vous savez, cet ancien de la scène emo qui avait fait exploser le prix d'un traitement contre le sida à 750 dollars la pilule. « Shkreli a entendu parler de Once Upon a Time in Shaolin et s'est dit que ce serait chouette de l'avoir. Il a participé à une séance d'écoute privée à l'Hôtel Standard organisée par le co-fondateur de Paddle 8, Alexander Gilkes. Shkreli, qui se décrit lui-même comme un solitaire s'est rappelé que Gilkes lui avait affirmé que le fait de posséder un tel disque lui aurait donné l'opportunité de côtoyer des célébrités et des rappeurs qui auraient voulu l'écouter. 'Donc je suis devenu convaincu qu'il fallait que je sois l'acheteur' a confirmé Shkreli. (La société de ventes aux enchères Paddle8 n'a pas voulu commenter cette information, en s'appuyant sur la charte de confidentialité de leurs clients) Il a également déjeuné avec RZA. 'On n'a pas une tonne de choses en commun' reconnaît Shkreli. 'Je ne peux pas dire que je le connaisse très bien, mais évidemment je l'aime bien.' » Shkreli revient ensuite sur la controverse concernant le prix du Daraprim, un traitement contre le VIH, qu'il a fait exploser en septembre dernier. « Shkreli semble légèrement amusé par la controverse. Il maintient que son devoir en tant que PDG était de maximiser les profits de ses investisseurs. 'Ce qui est sorti du débat c'est que, hey, c'était pas pour ce job qu'on m'avait embauché ?' poursuit Shkreli. 'C'est comme critiquer un joueur de basket qui marque trop de points.' Il ajoute qu'il a tenté de rendre Daraprim plus abordable pour les hôpitaux. Entre temps, il piégait ses détracteurs. En octorbe dernier, il a versé 2 700 dollars à Bernie Sanders, le rival d'Hilary Clinton, dont la campagne était destiné à un centre de soins de Washington. Shkreli a ensuite postulé à un stage pour faire partie de la campagne du sénateur du Vermont. Et de conclure 'J'aime les échanges.' » Mais au-delà de ça, sa crainte était que cette histoire de spéculation affecte la décision du Wu-Tang Clan sur la vente du disque. « Shkreli semblait surtout préoccupé par la réaction du Wu-Tang Clan suite à la polémique autour du Daraprim. 'J'étais un peu inquiet qu'ils refusent notre contrat' dit-il. 'Mais on avait déjà signé. Le truc était donc de dire, 'Bon, est-ce qu'on annonce qui c'est ? Est-ce qu'on a envie de révéler publiquement que c'est lui ?' Je pense qu'ils voulaient couvrir leurs arrières.' » Le pire dans cette histoire ? Il n'a toujours pas écouté le disque, et attend le bon moment pour l'ouvrir. « Il le préserve pour un moment où il ne se sentira pas au mieux et où il aura besoin de quelque chose pour retrouver ses esprits. 'On pourrait me convaincre de l'écouter plus tôt que prévu, si jamais Taylor Swift veut l'écouter ou un truc du genre' ajoute Shkreli. 'Mais pour l'instant, je crois que je vais le garder pour un jour pluvieux.'» Et dans un pur mouv' à la Shkreli, on vous laisse avec son dernier tweet :

If there is a curious gap in your favorite artist's discography, well, now you know why.

— Martin Shkreli (@MartinShkreli) December 9, 2015

Publicité