FYI.

This story is over 5 years old.

Le guide Noisey des festivals en fauteuil roulant

Parce qu'avant de pouvoir slammer pépèrement, il vous faudra passer par de multiples épreuves.
14 avril 2015, 10:42am

Photo - Mira Born

Aux États-Unis comme en Europe, de gros efforts ont été faits pour rendre les salles de concert accessibles aux handicapés, mais pour ce qui est des festivals, c'est une autre paire de manches. Vous devez en effet faire face à trois principaux obstacles : le temps, la foule et les surfaces non planes. Pour en venir à bout, tout ce sur quoi vous pouvez compter, ce sont vos bras et ceux de vos potes. Pensez aussi à mettre les deux premiers albums d'All Out War dans votre iPod. Ça peut vous aider si vous avez motte de terre herculéenne à franchir.

Je suis en fauteuil roulant depuis quatre ans, et j'ai fait des festivals un peu partout, en Irlande, Espagne, France, Ecosse et Angleterre. J'en ai même fait quelques-uns aux USA, pour voir à quoi ça ressemblait là-bas. Les principales différences avec l'Europe ? La météo et les aires de beuverie délimitées. Qu'est ce que vous ratez les mecs ! Chez nous, l'alcool et la pluie coulent à flots, sans discontinuer !

Beaucoup de gens ont déjà vu cette photo du type qui slamme en fauteuil roulant à un concert, mais, autant vous le dire tout de suite, ce genre de situation est extrêmement rare. Au mieux, on se baissera pour vous faire un hi-five en vous sortant des trucs du style « c'est trop cool que tu sois là et pas coincée à la maison à chouiner ». Plus généralement, à part quelques personnes embarrassantes et/ou condescendantes, tout le monde se montrera plutôt cool avec vous et sera prêt à vous aider en cas de problème. Voici toutefois un guide des points à ne pas oublier avant de vous lancer à l'assaut des collines.

VOUS N'AVEZ PAS BESOIN DE FAIRE LA QUEUE

Un des trucs les plus appréciables quand vous êtes handicapé, c'est que vous pouvez gruger toutes les files que vous voulez. Personne ne viendra vous emmerder. A chaque fois, j'ai l'impression d'être Kim Kardashian. Pendant que vous et vos deux jambes êtes obligés de patienter partout et de subir les « pffffff » des râleurs aux jetons, au bar, à la fouille et aux chiottes, nous, on déboule à toute vitesse, sans s'arrêter, et en prenant bien soin de drifter pour faire gicler la boue sur vos pompes, BAM !

VOUS SEREZ TOUJOURS UNE CRÉATURE INNOCENTE AUX YEUX DES GENS

N'oubliez jamais : les gens voient les handicapés comme des créatures innocentes. Sachez tirer profit de cet avantage. Je ne vous raconte pas le nombre de fois où j'ai franchi l'entrée d'un festival avec des tas d'objets interdits dans mon sac, que ce soit une bouteille de vodka ou une bombe lacrymo (histoire d'apporter un peu de piment à l'énième set relou de Hot Chip).

DANS LES TOILETTES PORTATIVES, RIEN N'EST PRÉVISIBLE, SINON L'IMPRÉVISIBLE

Comme les gens de la vraie vie, le public des festivals utilise les toilettes réservées aux handicapés. Sauf que dans les festivals, où le papier toilette et l'eau courante sont des biens de la plus haute importance, les choses deviennent nettement plus problématiques - surtout le troisième jour. Si vous utilisez des toilettes réservées aux handicapés dans un festival et que vous n'êtes pas handicapé, souvenez-vous d'une chose : les gens en fauteuil ne peuvent pas escalader l'amoncellement de merde et de pisse aussi facilement que vous. Respectez les toilettes portatives pour handicapés ou visez juste.

Photo via

IL EST IMPORTANT DE TROUVER UN BON SPOT

Dans la plupart des festivals, la plateforme accessible aux handicapés est généralement située tout au fond. Alors OK, c'est vraiment super que ça existe, mais on ne voit pas grand chose et, la plupart du temps, on n'a le droit d'être accompagné que d'une seule personne. Mais qui se rend dans un festival avec seulement un pote ? Les festivals, ça se fait à plusieurs et il ne faut jamais, au grand jamais, s'éloigner du groupe. Il vous reste donc trois options :

  1. Calez-vous à droite ou à gauche de la scène. Vous aurez une vue imprenable, mais vos tympans seront mis à rude épreuve.
  1. Placez-vous au milieu de la foule, dans un endroit pas trop compact. Veillez à laisser un peu d'espace entre vous et les autres festivaliers. La vue ne sera pas forcément géniale, mais vous ferez corps avec la foule et vous aurez la place pour danser, ce qui est extrêmement important.
  1. Trouvez une colline et plantez votre drapeau au sommet.

PRÉPAREZ-VOUS À UN VOYAGE MOUVEMENTÉ

En décidant d'aller à un festival, vous mettez à l'épreuve votre capacité de survie en environnement hostile (avec food trucks). Comme vous pourrez vous en rendre compte très vite, les petites roues d'un fauteuil glissent nettement moins bien quand la terre devient friable. Gardez donc un pote mastoc sous la main pour manoeuvrer votre fauteuil tel un bulldozer et vous frayer un passage dans la mangrove festivalière. Ou investissez dans la technologie FreeWheel ou dans un fauteuil à 4 roues motrices. La FreeWheel vous permettra de régler à tout moment la hauteur de l'avant de votre fauteuil, et donc de rouler à l'aise sur les gravats et les sentiers cahoteux, ce qui améliorera votre expérience d'environ 60 %. La fauteuil 4x4 vous transformera, lui, en Indiana Jones.

CHECKEZ LA METEO

En Europe, principalement en Irlande et au Royaume-Uni, les chances pour qu'ils pleuve pendant un festival sont nombreuses. Et la pluie viendra accompagnée de votre pire ennemi : la boue. Des fauteuils roulants améliorés ou customisés vous seront utiles mais vous aurez surtout besoin de muscles et de détermination. Le reste du temps, vous le passerez à vous demander comment il est possible, dans des pays où il pleut jusqu'à 18 heures par jour, que des organisateurs soient incapables de penser une seconde à un vrai moyen de circuler au milieu de cette putain de boue ?

Seule la mecque des festivals britanniques, Glastonbury, installe du carrelage sur les artères principales de son enceinte, là où d'autres continuent à se reposer sur la sciure et la paille en espérant qu'elles absorbent ces tonnes de merde tombées du ciel. Rendez-vous à l'évidence les gars : il n'y a que le dur qui marche. Quand le temps deviendra vraiment craignos et que vous vous retrouvez avec de la boue -et tout un tas d'autres substances non-identifiées- jusqu'aux genoux, il faudra vous reposer sur les autres pour espérer vous en sortir. Devenez pote avec les types de la sécu et voyez si vous pouvez vous démerder pour prendre des raccourcis par les backstages ou les coins VIP.

Il n'y a aucune raison pour que les personnes en fauteuil roulant soient privées de festival. Bien sûr, ce sera difficile et certains moments vous donneront l'impression de passer une épreuve de survie. Mais une fois votre plan d'attaque établi et vos potes affranchis, vous serez prêts à en découdre et tout se passera comme sur des roulettes.

Louise Bruton roule pour l'Irlande. Elle est sur Twitter - @luberachi et aussi @LegLessInDublin