FYI.

This story is over 5 years old.

Ice-T est l'anti-héros dont le féminisme a besoin

« Un ennemi inhabituel doit être attaqué de manière inhabituelle. Si je veux communiquer avec ces mecs, je ne peux pas le faire avec des cup cakes. »
25.7.14

Le mois dernier, j’ai choisi un moment pas vraiment approprié pour réfléchir au concept de féminisme : j’étais en plein milieu d’un concert de Body Count.

Au cas où vous ne connaîtriez pas, Body Count est le groupe hardcore metal du rappeur-devenu-détective-à-la-télé Ice-T. Body Count, qui opère ces jours-ci son deuxième retour à la scène en un peu plus de 20 ans jouait des morceaux de leur dernier album,

Publicité

Manslaughter

, au Gramercy Theater de New York. Un album qui aborde de long en large « la

pussification

des hommes » comme Ice l’a expliqué au public présent ce soir là, un public à prédominance masculine et au tour de cou avoisinant les 50 pouces en moyenne (Coco, sa femme aux courbes absurdes, était également présente dans la salle, mes yeux m’ont confirmé l’info à peu près 250 fois durant la soirée). « On est passé de ‘Fight The Power !’ aux débats autour de la famille Kardashian » a t-il prêché devant une foule conquise.

Après avoir célébré un peu plus profondément l’idée de masculinité, Body Count a entamé « Bitch In The Pit » qui a fait, si je me souviens bien, bondir tous mes amis sympathisants féministes – qui ne tenaient déjà plus en place après avoir entendu le terme «

pussification

». « Bitch In The Pit » est une chanson qui a provoqué un léger tollé et a valu au groupe de nombreuses accusations de misogynie depuis sa sortie le mois dernier, principalement à cause de son titre, et plu sparticulièrement de son refrain : « There’s a bitch in the pit ! » (non, Ice-T ne fait jamais dans la nuance). Mais malgré son vocabulaire horriblement sexiste et ses airs de bulldozer, le morceau loue en vérité les filles qui ont suffisamment de cran aux concerts pour foncer dans le mosh pit et balancer des moulinets au milieu des traditionnels mâles troglodytes qui fréquentent le périmètre. Les paroles sont on ne peut plus claires : « I don’t give a fuck / She’s harder than a man / In the chaos, song after song / She’s not afraid to bleed ».

« Avec ‘Bitch In The Pit’, je voulais saluer cette fille qui était dans le pit chaque soir, c’est son putain d’hymne »

m’a avoué Ice-T.

Publicité

« Et on va la jouer pour que les mecs la respectent parce que cette meuf s’en branle, elle est plus dure qu’eux. Elle est dans le chaos permanent, morceau après morceau, elle s’en fout de se prendre des coups, elle veut juste de la vitesse, toujours plus de vitesse. Et si ça irrite d’autres filles, eh ben laissez tomber, ça ne vous concerne pas. Je parle de cette fille en particulier, redescendez un peu sur terre. »

Evidemment, en faisant fi des intentions un peu maladroites mais toujours sincères d’Ice-T, un titre comme « Bitch In The Pit » a à peu près 0,001 % de chance d’atteindre les oreilles de la communauté féministe. Mais cette chanson ne lui est de toute façon pas destinée. Elle n’est pas destinée aux femmes qui lisent

xoJane

. C’est une chanson pour les fans de Body Count. Et ils ne lisent pas d’essais—ils écoutent

Murder 4 Hire

et s’entraînent à mosher devant leur miroir. Et pour les fans les plus néanderthaliens du groupe, Ice-T, d’une façon un peu étrange, parle un langage qu’ils comprennent. Donc même s’il ne sera probablement jamais invité à écrire une colonne pour Causette, Ice-T peut très bien être considéré comme l’anti-héros de la cause féministe.

Les inégalités entre les sexes sont comme le réchauffement climatique : c’est un phénomène mondial qui concerne la population toute entière, pas seulement ceux qui y croient. Et pour régler ce problème, il faut que chaque personne sur cette planète avance dans la même direction. Donc même si c’est super bien de conduire des voitures électriques et d’utiliser l’énergie naturelle, ça ne sert strictement à rien tant que

Publicité

tout le monde

ne le fait pas. C’est la même chose avec les inégalités entre les sexes – tous les gens doivent être dans le même bateau pour qu’on s’en sorte. Et ça inclut également les hommes. Même les hommes stupides. Même les hommes hyper hyper stupides.

Et même si je me délecte de nombreux écrits de Lindy West, et aussi malins et intelligents que soient ses commentaires sur les problèmes inter-sexes, son discours ne traversera jamais le front d’un mec de 150 kilos frappé d’un poing américain tatoué. Ça n’arrivera jamais. C’est peut être la seule fois que je vais utiliser cette phrase mais :

Ce job doit être fait par un mec.

Pas seulement un homme. Un modèle d’homme.

« Dans tout ce que je fais musicalement, j’essaie d’aborder les choses de la manière dont les gens ont besoin de les entendre »

m’explique Ice-T.

« Un ennemi inhabituel doit être attaque de manière inhabituelle. Si je veux communiquer avec ces mecs, je ne peux pas le faire avec des cup cakes. Je dois leur ressembler ou sonner comme eux, et être encore plus dur qu’eux. De cette façon, je peux leur transmettre un message. »

C’est probablement pour cette raison que lorsque l’organisation

No More

a eu besoin d’un porte-parole pour leur campagne « Boys Will Be Boys », qui avait pour but de « mobiliser le plus de gens possibles pour mettre fin à la violence conjugale et aux agressions sexuelles », ils n’ont pas choisi Jared Leto mais Ice putain de T, un homme qui n’a pas porté de manches depuis quatre décennies.

Publicité

« Le truc c’est que tous ces ‘tough guys’ se trompent dans leur définition de ce qui est dur »

me confie Ice-T.

« Ce qui est

dur

, c’est de t’en prendre à quelqu’un de ta taille, ou de plus balèze que toi. Même en prison, les mecs détestent ceux qui battent les femmes et touchent les enfants. »

Maintenant, vous pouvez aussi regarder cette campagne avec sarcasme : « Ah ouais, super idée d’avoir pris un mec qui a passé toute sa carrière à se prendre pour un pimp et à foutre des tonnes de meufs en bikini dans ses clips comme porte-parole contre la violence conjugale. » Ce à quoi je répondrai sans aucune trace de sarcasme : Voilà, c’est exactement le truc – si un mec avec un passé hyper-sexuel et ultra-violent a conscience que la violence contre les femmes est quelque chose de mal, chacun devrait pouvoir en faire autant, non ?

« Ouais, j’ai été du côté obscur pendant un temps »

avoue Ice-T, se remémorant son époque pimp.

« Mais cette merde date d’il y a 40 ans. J’ai grandi depuis, je vis dans un monde différent maintenant. Les gens ne verront jamais le positif qui ressortir de ça et se contenteront juste de me haïr pour l’éternité. »

Si ce n’était pas encore assez clair pour vous, rappelez-vous que depuis QUATORZE ANS (ouais, ouais 14 ANS) Ice-T joue le détective Tutuola dans

New York : Unité Spéciale

, une série qui ouvre les yeux de toutes les couches de la population sur les horreurs de la violence conjugale – que ça soit les fans de Body Count ou votre grand-mère de 60 ans.

Publicité

Une parabole de la vie de couple ?

Meghan Murphy de

xoJane

a un jour écrit

que le « féminisme était l’affaire de tout le monde » mais que ceux qui insistaient lourdement pour êtes vus comme des « braves types » ou qui se définissaient comme féministes l’irritaient. Eh bien c’est parfait, personne n’a jamais été aussi éloigné de ces deux définitions qu’Ice-T. En fait, quand je lui ai demandé franchement s’il se considérait comme un féministe, Ice a laissé passé de longues secondes avant de répondre :

« Non je suis un hommiste. Je suis du côté des mecs. J’aimerais que tout soit au plus juste mais je ne dirais pas que je suis un féministe. Je n’ai pas le temps de me battre pour les droits des femmes, je dois déjà me battre pour les droits des mâles. Pour les droits de l’homme. La plupart des féministes que j’ai rencontrées passaient plus de temps à se battre contre les autres féministes que contre les hommes. »

Donc oui, Ice-T n’est pas le symbole idéal du féminisme moderne, et « Bitch In The Pit » n’est pas un hymne féministe non plus. Mais ce titre peut faire son chemin dans les esprits des fans de Body Count, et même si ce n’est pas le cas, c’est un pas dans la bonne direction pour faire bouger lentement mais sûrement une scène musicale toujours autant dominée par les mâles.

Peut-être que j’aimerais simplement croire avec naïveté qu’il y a de la place dans notre société pour les hommes à l’esprit progressif qui traitent fièrement les femmes d’égal à égal tout en célébrant le Dieu qui les a pourvu de testostérone. C’est pour les mecs qui considèrent Hilary Clinton comme un candidat présidentiel sérieux et qui ont vu

Publicité

The Expendables 18

(sans aucune ironie). C’est pour les dudes qui ont une opinion profonde sur l’écart salarial entre les sexes tout en ayant une connaissance pratique of exactly how much they can bench. C’est pour les hommes qui votent en faveur du mariage homosexuel et qui s’éclatent en matant des vidéos de

Madball

.

J’espère que ce jour arrivera, où nous abattrons le mur qui se dresse entre le féminisme militant et l’hyper-masculinité. Après tout, le féminisme est l’affaire de tout le monde. Même de Ice Motha Fuckin’ T.

Dan Ozzi a vu tous les films de Jason Statham et est abonné à Bust. Il est sur Twitter - @danozzi

Plus de Ice-T et de Body Count

Deux mois de folie sur Twitter avec Ice-T

Baston générale sur le tournage du nouveau clip de Body Count

Ice-T parle de New-York - Unité Spéciale et d'à peu près rien d'autre