FYI.

This story is over 5 years old.

Le Pharrell de la honte

Sculpture, liqueur, live chez McDo, collaborations pourries.

(via)

Bien que les capsules temporelles ne soient fondamentalement rien de plus qu'une manière cool et acceptable d'enterrer un hamster ou de se débarrasser d'un objet qui trainait sur un rebord de fenêtre, il semble clair qu'à peu près 43% de ces boîtes flottantes portant la mention « à ne pas ouvrir avant 2064 » contiendront un bout de Pharrell. Ce type est tout simplement inévitable depuis deux décennies. Parce qu'il a marqué la pop de son empreinte en enquillant des méga-tonnes de tubes, parce que le temps n'a pas d'emprise sur lui et qu'il gardera sans doute encore longtemps son teint de jeune garçon, parce qu'il est toujours partout et surtout dans les bons coups. Mais il est important de se rappeler qu'il s'agit aussi d'un être humain et que comme tout être humain, Pharrell Williams n'est pas parfait. Parfois, il fait des trucs qu'on ne comprend pas. Parfois, il fait même franchement de la merde. CETTE VIDEO DE « HAPPY » QUI NOUS RAPPELLE LE PROCESSUS INEVITABLE DE DECOMPOSITION DANS LEQUEL NOUS SOMMES TOUS ENGAGÉS

Publicité

OK, où est le problème ? Le gars n'avait probablement pas prévu d'écrire le seul succès pop de ces cinq dernières années ne contenant aucune allusion embarrassante au féminisme maoïste ou au protectorat impérialiste. En fait, le seul vrai souci de ce morceau, c'est son omniprésence, qui fait qu'il peut aujourd'hui à la fois devenir l'hymne d'une collégienne qui vient de siffler son premier Bacardi, et être utilisé lors d’événements où des spectateurs assis sous une bannière publicitaire « jeuneretraité.com », applaudissent à contrecœur, de leurs bras tremblotants, la présentation d'une tondeuse à gazon hi-tech.

La « satiété sémantique » c'est ce phénomène qui fait qu'un mot répété une centaine de fois finit par perdre tout son sens et se mue en un borborygme incompréhensible. En d'autres termes, cela signifie que les mecs qui ont réalisé la vidéo de 24h de « Happy » ne se nourrissent désormais plus que d'insectes vivants et sont devenus totalement incapables d'être heureux. J'espère que t'es content, Pharrell.

CETTE SCULPTURE QU'IL A REALISE AVEC JACOB & CO ET TAKASHI MURAKAMI

Le Dada et l'Arte Povera ont tenté d'élever nos déchets au rang d'art ; des éclats de verre décolorés, un mouchoir crasseux, une aubergine en guise de manteau de fourrure. Pharrell, lui, s'est contenté d'un paquet de Doritos en diamants, d'une boite de capotes en diamants, de ketchup en diamants et , évidemment, d'une canette de Pepsi en diamants – en fait, je ne suis même pas sûr que Pharrell soit légalement autorisé à roter s’il ne rote pas du Pepsi. LA FOIS OÙ IL A CHANTE DEVANT DES CAISSIERES PARISIENNES DU MCDO QUI EN AVAIENT JUSTE RIEN À FOUTRE

Publicité

Au troisième stade de son immortelle jeunesse, Pharrell a brièvement bossé au McDo. Des années plus tard, il s’est retrouvé dans le fast-food d'un aéroport parisien à six heures du mat' et a improvisé un couplet dans lequel il supplie les caissières de lui donner « un double cheese, des frites, un milkshake vanille, un sundae et une tarte aux pommes ». Comprendre : ouvrez putain, le mec a vraiment faim. L'image de McDonald's aurait pu être instantanément redorée s'ils avaient seulement bien voulu lui filer une poignée de nuggets -je leur aurais pour la peine presque pardonné la fois où j'ai retrouvé une agrafe dans mon Big Mac. Donnez juste au gars un truc à manger, il vient de se taper un vol interminable et a les oreilles bouchées. Ces multinationales du ventre n'ont vraiment aucun cœur. CES BOUGIES EN FORME DE DOIGTS

Dans cette série de bougies produites en collaboration avec l'Atelier WM en 2008, on retrouve le salut vulcain dont N*E*R*D a fait sa marque de fabrique, mais également tout un tas d'autres torsions doigtées que je suis, pour ma part, tout à fait incapable de reproduire sans faire intervenir mon autre main en back-up. L'une d'entre elles est hyper vulgaire. J'aimerais quand même bien savoir combien de personnes se sont rendues aux urgences après avoir accidentellement coincé les doigts en cire de Pharrell dans leurs trompes de Fallope. LA FOIS OU IL A COLLABORÉ AVEC MIKA

Publicité

Ce couplet et cette mélodie vous sont familiers ? Normalement, ils devraient, parce que ce sont exactement ceux de « Call Me Maybe ». Merde, ça se fait ça ? Est-ce que Shia vous a dit que c'était OK ? Tout ça pour un morceau qui servira de transition entre les scènes d'une série sur Disney Channel. Soyons sérieux. Notez que le couplet de Pharrell est assez évasif – il nous demande de nous lever et de nous amuser. Il ne nous dit pas comment, du coup je n'ai aucune idée s'il veut que je m'achète du Yaba ou que je fasse des spaghettis en pâte à modeler. Va falloir être plus clair, Pharrell. Une fille a besoin qu'on lui dise ce qu'elle veut entendre. CETTE VIDEO DE YI ZHOU

Envie de regarder un mélange entre un jeu vidéo de stratégie en temps réel de 1997 se déroulant dans un univers abstrait et vaguement maléfique et une pub pour l'édition du Salon du Chocolat de l'année 4047, organisée sur une planète exclusivement peuplée de créateurs 3D au chômage, le tout mis en musique par Ennio Morricone ? Suffit de demander ! LA FOIS OU IL A BOSSÉ AVEC CONOR MAYNARD

Conor Maynard est typiquement le type qui te dit vaguement quelque chose, mais tu ne te souviens plus si c'est parce que tu te l’es tapé ou parce qu’il a tourné dans un spot de sensibilisation pour le port de la ceinture de sécurité il y a deux ans. Toujours est-il qu'il a, pour son premier album

Constrast

, fait appel à une méga-dose de producteurs, parmi lesquels on retrouve Pharrell, qui signe un morceau intitulé « Lift Off », un truc qui sonne qui sonne comme une glaire que Justin Timberlake aurait craché pendant l'enregistrement de

Publicité

Justified

et qu’il aurait laissé négligemment là, toute tremblotante, près de la table de mixage.

CE GILET

Un gilet matelassé issu de sa collection 2010 avec Moncler. On peut évidemment se montrer très sceptique quant à l'efficacité d'un gilet pare-balles bourré de plumes. CETTE LIQUEUR DE QREME

Qream, la liqueur à la framboise de Pharrell ressemble de près à une boisson qui serait faite de pudding, de barbapapa rose et de sirop expectorant. C'est d'autant plus problématique qu'une boisson conçue par Pharrell devrait logiquement avoir le goût d’une mousse de neige napée de larmes de colombes. Ce qu'il en dit : « Diageo m'a offert cette opportunité et j'ai donc décidé d’étudier le marché pour voir ce qui n’existait pas encore. Je me suis aperçu qu’il n’y avait aucune liqueur pour les femmes. Je voulais apporter un peu de légèreté dans leur vie, leur permettre de ne plus se sentir coupables à chaque fois qu'elles regardent une bouteillese ou de se priver après avoir bu quelques verres. Tout est conçu sans lactose. » Dans cette interview, alors même qu'il tente tant bien que mal de détacher ses yeux du décolleté de la présentatrice à faux cils, il balance cette phrase : « Parfois on ne digère pas bien les produits laitiers et ça nous poses des… problèmes. » Comment Pharrell fait-il pour rendre la possibilité d'un pet aussi raffinée ? Josie Turnbull est sur Twitter - @JosieRaeT