Publicité
Cet article a été publié il y a plus de 5 ans
Music by VICE

Il n'y aura plus jamais d'émission comme SNUB TV

Pixies, Stone Roses, Loop, Napalm Death, New Order, 808 State, The Fall, Sonic Youth : en à peine deux ans, tout le monde y est passé.

par Lelo Jimmy Batista
24 Avril 2014, 11:45am



Tout le monde et sa soeur vous le dira : la musique a la télé, ça a toujours été un truc problématique. Sauf peut être en Angleterre, quelque part entre la fin des années 80 et le début des années 90. C'est en effet durant cette courte période que la journaliste Brenda Kelly et le réalisateur Peter Fowler ont porté à bout de bras SNUB TV. Diffusée deux fois par semaine à l'heure du thé sur BBC2, entre janvier 89 et juillet 91, elle va devenir LA référence télévisuelle européenne en termes de show musical de qualité supérieure, loin devant les pourtant irréprochables Rapido et Behind The Beat, et ce en dépit d'un budget ridicule (8000 £) et d'une équipe à l'amateurisme tangible.

Durant ses deux ans et demi d'existence, SNUB TV accueillera entre autres les Stone Roses, 808 State, les Swans, Sonic Youth, les Happy Mondays, Dinosaur Jr, Fugazi, les Pixies et My Bloody Valentine, et tournera des dizaines de clips ultra low-budget pour les groupes invités ne disposant pas de vidéos. Afin de rendre hommage à ces clips de World Domination Enterprises et ces live de Teenage Fanclub qui ont traumatisé mes premiers voyages scolaires à Manchester, Londres et Portsmouth, je suis parti à la recherche des deux créateurs de l'émission. J'ai fini par retrouver Peter Fowler en Australie, où il vit aujourd'hui, et on a pris cinq minutes pour parler de sa virée à Nantes avec Kim Deal, du jour où Michael Gira s'est évanoui devant lui, et du fait que, malgré tout ça, son groupe préféré soit belge.


Noisey : Tu faisais quoi avant de lancer SNUB TV avec Brenda Kelly ?
Peter Fowler : Avant SNUB TV, j’ai travaillé pour Rough Trade pendant environ 5 ans. Je filmais les groupes du label, principalement en live, des gens comme The Fall, les Go-Betweens, Virgin Prunes, Violent Femmes. J’ai aussi filmé le concert « légendaire » des Jesus And Mary Chain à l’Ambulance Station et quelques-uns des premiers concerts de Sonic Youth. Après ça, j’ai eu envie de me consacrer à la réalisation à plein temps, toujours sur des groupes, des concerts.

Jon Loader m’a proposé un studio et une salle de montage aux Southern Studios, qui servaient à l’époque de repaire à Crass et aux groupes de leur label, ainsi qu’à tout le crew On-U Sound. Ministry enregistrait là-bas aussi à l’époque, et j’y ai tourné le clip de « A Screw » des Swans, dans une pièce tellement minuscule que Michael Gira s’est évanoui ! C’est aussi durant cette période que j’ai filmé le concert des Pixies au Town & Country Club, que 4AD a sorti il y a quelques années. Parallèlement, j’ai aussi commencé à bosser pour Blast First, pour qui j’ai tourné PigPile, la vidéo live de Big Black, plus quelques concerts des Butthole Surfers et de Sonic Youth, notamment celui où Iggy Pop les a rejoint sur scène pour jouer « I Wanna Be Your Dog ».


SNUB TV a d’abord commencé aux Etats-Unis, sur USA Network, avant d’arriver en Angleterre.
En fait, j’ai été contacté par un type de New York, Fran Duffy, qui voulait faire une emission avec tous les groups que je filmais, toute cette nouvelle scène indépendante de la fin des années 80. Il m’a suggéré de faire équipe avec Brenda Kelly, que je connaissais de l’époque où j’étais chez Rough Trade, vu qu’elle s’occupait du catalogue Rough Trade, un gratuit qu’on trouvait dans tous les magasins de disques, et dans lequel il y avait un tas de chroniques. On a donc tourné 14 épisodes pour USA Network, et ça a été très bien reçu, on a eu plein de très bons retours, les gens adoraient l’émission, les groupes aussi. Tout le monde était partant pour une deuxième saison, mais le budget était tellement ridicule qu’on a été obligé d’abandonner.

Comment SNUB TV est arrivé en Angleterre du coup ? C’est Janet Street Porter, la directrice des programmes de BBC2, qui vous a contacté ou bien vous êtes allés la voir pour lui « vendre » le truc ?
Non, c’est elle qui nous a appelés. Elle nous a proposé de reprendre l’émission sur BBC2, avec un contrôle total sur le contenu et la production. On a fait 2 saisons comme ça, entre 1989 et 1991, en gros. On a également vendu l’émission à la Belgique, au Portugal, et à la Suède, et elle a même été adaptée en Russie ! Au départ, on avait proposé l’émission à Channel 4, qui avaient beaucoup plus d’argent que BBC2, mais ils nous ont barratiné, alors on a préféré le faire avec BBC2. On a fini par se venger de Channel 4, cela dit. Ils avaient invité les Pixies à une de leurs émissions, et on était très potes avec le groupe, du coup on leur a demandé de se pointer tous les quatre avec des T-shirts SNUB TV. La vidéo est dispo sur internet, et tu peux voir que le réal fait tout ce qu’il peut pour qu’on ne voie pas leurs T-shirts.



Au moment où SNUB TV a démarré sur BBC2, en 1989, il n’existait aucune émission similaire en France, mais il y avait des tas d’émissions pour gamins qui passaient après l’école où on pouvait voir des sujets de 8-10mn sur les Cramps ou Public Enemy. J’ai l’impression que la « musique à la télé » était un truc plus facile à vendre à l’époque. Il y avait plus de demande pour ça, tu penses ?
De la demande, oui, je pense, et absolument aucune pression, ce qui ne gâchait rien. Les labels avaient juste l’air hyper contents qu’il y ait une émission « alternative » pour caser leurs groupes.

Les groupes dont vous parliez sur SNUB TV n’avaient parfois pas de clips, du coup vous les en tourniez souvent vous même, spécialement pour l’occasion.
Oui, on tournait souvent des clips nous même pour les groupes, pour qu’ils puissent passer à l’émission, vu qu’à cette époque, la plupart des groupes indépendants ne pouvaient pas se permettre de tourner des vidéos. Je rencontrais le groupe, on discutait une heure ou deux et on filmait ça très rapidement, en studio ou dans un décor extérieur. Chaque semaine, on filmait aussi 1 ou 2 groupes sur scène. Parfois, le label se servait de nos images live pour en faire un clip officiel. C’est arrivé avec les Manic Street Preachers, Ultra Vivid Scene, Fugazi et Sonic Youth, entre autres. Parallèlement à SNUB TV, je réalisais aussi pas mal de clips. J’ai notamment fait « Freak Scene » de Dinosaur Jr, « Velouria » des Pixies et « Darklands » de Jesus And Mary Chain. Pendant la période « américaine » de SNUB TV, j’ai aussi interviewé des tas de gens avec ma caméra : Henry Rollins, Hunter S. Thompson… Ça n’est jamais sorti, par contre, mais ça figurera sans doute dans le coffret SNUB TV qu’on est en train de préparer.



Durant la période où SNUB TV a existé, entre 1989 et 1991, vous avez reçu à peu près tous les meilleurs groupes de l’époque, des Stone Roses à Napalm Death, en passant par The Fall, les Pixies, Fugazi et 808 State. C’est quoi tes meilleurs souvenirs ?
Je garde de tellement bons souvenirs de cette émission. C’était vraiment génial de pouvoir filmer tous ces groupes et de les faire passer à la télé. Bien sûr, j’aurais aimé être payé un peu plus pour ça, mais on était finalement comme les groupes qu’on invitait : on faisait les choses vite, avec peu de moyens. Mes meilleurs souvenirs de rencontres, ça a été avec les Cramps, Sonic Youth, les Pixies, les Mary Chain, les Manic Street Preachers, les Cocteau Twins et The Cure. On a aussi fait un super voyage à Nantes, en France, avec Vaughan Oliver, le directeur artistique de 4AD, et trois groupes du label, Lush, The Wolfgang Press et les Pale Saints. Kim Deal était venue avec nous, c’était vraiment la teuf.

Il y a eu des mauvais moments malgré tout ou pas du tout ?
Pas vraiment, en tout cas je ne m’en souviens pas. Brenda et moi étions parfois en désaccord sur les groupes à inviter. Elle était beaucoup plus branchée dance/musique électronique. Mais on a toujours réussi à s’entendre.



Tu as fait quoi quand SNUB TV s’est arrêté ?
J’ai passé plusieurs mois avec The Cure, pour qui j’ai en gros filmé tout les événements majeurs de l’année 1991, leur victoire aux Brit Awards, leurs concerts à Rio de Janeiro et Sao Paulo, etc. J’ai également réalisé Blackpool Live, la vidéo sur les Stone Roses, avec Douglas Hart des Mary Chain, et celle sur Crass, Feeding Of The 5000, avec Steve Ignorant. J’ai aussi fait un documentaire sur le groupe suisse Yello pour la BBC, et j’ai organisé une série de concerts caritatifs avec Nick Cave, Cabaret Voltaire, Big Audio Dynamite, les Buzzcocks et Green On Red, qui ont tous été diffusés sur ITV.

Après ça, j’ai été engagé par Island comme réalisateur et j’ai filmé des tas de concerts pour PJ Harvey, Pulp et les Cranberries, et j’ai eu la chance de travailler sur quelques clips de mon groupes préféré de tous les temps, dEUS. Par la suite, je me suis retrouvé chez V2 où j’ai réalisé des clips pour les Stereophonics, les High Llamas, Scott 4, Regular Fries, Fire Island et quelques autres. Aujourd’hui, je vis en Australie, où je tourne des publicités et où je continue à faire quelques clips de temps en temps –j’en ai fait pour Spiderbait, Silverchair et Powderfinger. Mais je passe surtout du temps avec ma femme, Jo, et mes deux garçons, Louis et Oscar. On est d’ailleurs très excités par les concerts à venir des Pixies, le mois prochain.


Comme vous l'avez lu plus haut, un coffret SNUB TV est en préparation, on vous en reparlera le moment venu.

Lelo Jimmy Batista est le rédacteur en chef de Noisey France. Il est sur Twitter - @lelojbatista

Tagged:
Music
Features
Noisey
Swans
Pixies
napalm death
Andrew Weatherall
Big Black
The Jesus And Mary Chain
SNUB TV
BBC2
Peter Fowler
dEUS