FYI.

This story is over 5 years old.

Cum On Feel 2014 : les trucs qui nous ont mis bien cette année

Vampire, Sumerian Fleet, Morrissey, Warm Soda, ZMoney, Nubbin, Glass Figure, Eagulls, Lil Ugly Mane, Judas Priest, Basement et plein d'autres qu'on avait oubliés dans nos listes.

Les trucs qu'on a le plus écoutés cette année, au bureau, en soirée-cocktail ou ailleurs.

VAMPIRE – « At Midnight I'll Possess Your Corpse » Le meilleur disque de 2014 non cité dans une des listes précédentes, chroniqué par mon application favorite de 2014. Lelo Jimmy Batista, Rédacteur en chef
Lelo sur Noisey | Lelo sur Twitter


SUMERIAN FLEET – « On To You »
Meilleure intro (avec celle-là aussi ouais). Meilleur chant. Meilleur ligne de synthé. Meilleur nom de morceau. Meilleur, tout simplement.

Publicité

Rod Glacial, Rédacteur
Rod sur Noisey | Rod sur Twitter


LIL JON feat WAKA FLOCKA FLAME – « Turn Down For What (remix) »
Je sais pas si c'est mon morceau préféré de l'année, il est probable que non, mais j'avais pas le temps, ok ? Et puis le morceau original, avec son côté super frais et ultra bourrin à la fois a accompagné beaucoup de soirées épiques cette année. Ici, c'est le remix avec le couplet de Waka, qui n'a strictement rien fait de bon cette année mais qui s'est rattrapé en boostant ce morceau. Voilà, c'était 2014. Merci à tous pour votre attention.

Yérim Sar, Contributeur
Yérim sur Noisey | Yérim sur Twitter


MORRISSEY – « I'm Not A Man »
Ça a été une année de merde, que je vais foutre dans un cercueil le 31 décembre au soir, puis je mettrai le feu au cercueil, et je suis encore en train de réfléchir à ce que je vais faire avec les cendres. J’ai rien aimé en 2014. Le single de Beyoncé, « Partition », n’est quand même pas extraordinaire, le Dwarves est cool sans casser des briques, et Cabrel n’a rien sorti. J’ai aimé pas mal de thrash, de death et de hardcore, mais ce que j’ai aimé, c’est un qui ne ressemble pas du tout à2014, justement. En fin de compte, je me suis laissé submerger par le Morrissey. Et ce morceau « Not A Man », avec sa rime imparfaite et terrible « T-bone steak / Cancer of the prostate ».

Guillaume Gwardeath, Contributeur
Guillaume sur Noisey | Guillaume sur Twitter

Publicité

SUN KIL MOON - « Carissa »
Je ne sais pas trop à quel moment je me suis fait complètement avoir par le R'n B. Je me rappelle qu'un jour Sisqo sortait « Thong Song » à propos des strings et que personne ne trouvait ça « totalement avant-gardiste ». Et puis quelques années plus tard, il y avait des gars capables d'écrire 30 000 signes sur la prod des basses du dernier Beyoncé. D'un seul coup, ces morceaux plaisaient à toutes les têtes de noeuds de snobs musicaux dont je faisais partie. J'ai passé un an à écouter seulement The Dream, je me suis retrouvé à aller au concert de Frank Ocean. Et j'ai adoré ça. Et puis, toute la chair à Pitchfork s’est mise à faire du « r'n b futuriste » et il a bien fallu se réveiller. On s'était encore fait baiser par le système. Pour moi, ma dernière session de break up-sex avec le r'n b s'est déroulé avec « Genius » de R Kelly. Tout y était, les finger snaps, les arpèges de harpe piqués à Supertramp, les paroles de cul débiles. Si tu as regardé « Trapped in The Closet », tu sais de quoi je parle. En 2014, je me suis réveillé avec la gueule de bois au concert de Drake. Je suis revenu aux fondamentaux : la guitare et la mort. Et dans cette catégorie c'est bien Sun Kil Moon qui a su le mieux me consoler.

Adrien Durand, Contributeur
Adrien sur Noisey | Adrien sur Twitter


WARM SODA - « When Your Eyes Meet Mine »
Vous me connaissez, j'aime les ambiances viriles de vestiaire, les concours de bite et la tapenade aux piments. Parfois, je regarde par la fenêtre du multivers et j'aperçois une version de moi-même mollasse et efféminée, tordue comme une antenne télé et affublée d'un métier de tapette. Pendant des mois et des mois, je triture mes plaies grandes ouvertes avec un cutter rouillé et j'écoute ce morceau ni bon ni mauvais, auto-prescrit pour le malheur dans toute sa diversité (rupture, largage, séparation), comme tous les cons qui essaient d'aller mieux en écoutant de la musique triste. Puis je balaie tout cela d'un revers de main et m'en retourne honorer de ma vitalité toutes les biscottes de la caserne.

Publicité

Pierre Jouan, Contributeur
Pierre sur Noisey


YG - « When I Was Gone »
C’est ma chanson préférée de 2014 : le beat slaps comme on sait le faire dans la Bay. Minimaliste : y’a rien à enlever, rien à ajouter, comme une parfaite sauce bolognaise ou un monochrome de Whiteman. YG et sa ribambelle de potes se posent la question de savoir pourquoi la cellule familiale afro-américaine est déterminée à être dysfonctionnelle, leur réponse : parce que la prison et les filles qui sont des putes. Ceci est un vrai bijou misogyne racé à la Too $hort et je n’ai aucune honte à dire que ça me rend heureuse.

Christelle Oyiri, Contributrice
Christelle sur Noisey | Christelle sur Twitter


ALKPOTE & LANA DEL REY – « Video Games de chiennasse (Remix) »
Pire que tomber entre les mains de Daesh : bosser pour Noisey. Torture du jour : choisir UN seul morceau, sur toute l'année 2014. Pour les faire chier, je choisis donc un morceau qui n'existe même pas officiellement, remix obscur et improbable entre le « Video Games » de Lana del Rey et le « 91-93 » d'Alkpote. La mélancolie vaporeuse côtoie les « putain de pute de pute, saloperie de salope ». Assurément dans mon top 3 des meilleurs moments de 2014, avec la fête des 80 ans de mon grand-père, et le jour où EDF m'a remboursé 500 euros.

Genono, Contributeur
Genono sur Noisey | Genono sur Twitter


FRANCE – « Electric Zoï »
Sans surprise, le meilleur morceau de tout 2014 sera aussi le meilleur morceau de tout 2015. Il vient des ménestrels de l’Ordre Initiatique Universel en dix sept-degrés de l’Unité des Visages de Dieu, qui, dès janvier, ont fait de l’invariable mantra des plus fiers khenez et outils du monde entier une douce mélopée. Ce mantra est : « Qu’ils-aillent-tous-se-faire-enc-u-ler ! »

Publicité

Donnie Ka, Stagiaire
Donnie sur Noisey | Donnie sur Twitter


HOW TO DRESS WELL – « Repeat Pleasure (A. G. Cook Remix) »
Un snap-chat peut contenir autant d'émotions qu'un fax, mais vous êtes peut-être trop vieux pour vous en rendre compte.

S.T. Roy, Contributeur
S.T. sur Noisey | S.T. sur Twitter


NUBBIN - « Windyy »
Selon Discogs, ce morceau est sorti dans l'indifférence absolue il y a 23 ans, à peu près au même moment que Nevermind. Soul Jazz a eu la bonne idée de le ressortir des tréfonds de l'underground grunge du Nord-Ouest américain sur No Seattle, en compagnie de 27 autres morceaux tout aussi méconnus joués par des groupes au nom tout aussi sexy, genre Trillhammer, My Name ou Starfish. Là, ce sont les Nubbin' qui jouent un morceau à propos du fait d'être au chômage en période de plein-emploi et de porter des vêtements d'hiver en toute occasion. C'est le meilleur morceau de 2014 depuis 1991.

Julien Morel, Rédacteur en chef de VICE
Julien sur Noisey


THE SHIVAS - « You Make Me Wanna Die »
L’exercice qui consiste à se souvenir du morceau que l’on a préféré dans un temps donné, semble, avec les années, se rapprocher de la torture pour mon encéphale nourri à l’immédiateté 6.0. Aussi, afin de me dérober à ce supplice, j’ai élu ce morceau de The Shivas comme celui qui aura signé la grande bande originale de mon 2014. En vrai, je les ai vus samedi dernier, il y avait des copains et des gens qui voulaient me mettre des poings dans la gueule. C’était amplement suffisant.

Publicité

Pierre Berthelot-Kleck, Rédacteur en chef de The Creators Project
Pierre sur TCP


LAKE HAZE – « Tsunami Riddim »

Loïg Hascoat, Contributeur
Loïg sur Noisey | Loïg sur Twitter


ZMONEY– « I Can't Stop »
En 2015, j’aimerais entendre plus de morceaux de rap qui sonnent comme un épisode de Bob l’éponge sur la bicrave, les liasses et le sportswear de luxe - un épisode dont la bande son serait composée à parts égales de synthés d’Oneohtrix Point Never et de comptines de hustlers sous Dolirhume Pro.

Monsieur Bisou, Contributeur
Bisou sur VICE


ESCHATON – « Kali »
Bastringue industriel : castagne de fonte et brette de tiges filetées sur plot de béton armé… « Kali » tangue et Eschaton vibre à l’aiguille… Dantesque.
Tribut: Renard-Etage_296

Romain VO, Contributeur
Romain sur Noisey


EAGULLS - « Nerve Endings »
J’ai dû écouter ce morceau au moins 200 fois cette année, et je suis pas sûr qu’il y ait une fois où je n’ai pas mis un petit coup de poing ridicule dans le vide. C’est une chanson pour tous les mecs qui prennent le bus sans payer, qui volent des bières à 1,50€ au Franprix, qui mangent du gluten comme si demain n’existait pas, et qui écoutent Eagulls comme si les années 80 n’avaient pas existé. Si tu veux appeler les flics, c’est le 17.

Sébastien Chavigner, Contributeur
Sébastien sur Noisey | Sébastien sur Twitter


NOIR BOY GEORGE – « Enfonce-toi dans la ville »
Bon ok, je vous déjà dit tout le bien que je pensais de ce morceau un peu plus tôt cette semaine. Je ne vois pas quoi ajouter de plus sinon que j'envisage sérieusement d'adopter un gamin juste pour pouvoir - le moment venu - lui acheter sa première 8.6 et lui apprendre à chialer comme un homme en écoutant cette chanson.

Publicité

François Vesin, Contributeur
François sur Noisey | François sur Twitter


GLASS FIGURE - « Modulate Your Love »
Avoir des influences, c'est bien. Savoir les associer c'est mieux. Glass Figure fait les deux. Dopplereffekt x The Hacker x Alden Tyrell est toujours la meilleure équation électronique en 2014 . Comme disait Larry Heard, peux-tu le sentir ?

Antoine Rough, Contributeur
Antoine sur Noisey | Antoine sur Twitter


LIL UGLY MANE – « Is Never Lactating »
Dead Man Shoe's. T'as plus rien à perdre. Tu marches dans la rue. Tu penses plus à rien. Et tu tires.

Raph Gordon, Contributeur
Raph sur Noisey


JUDAS PRIEST – « March Of The Damned »
Pour les moins au fait de l'actualité heavy metal internationale, oui, Judas Priest a sorti un album en 2014 et oui, pour des types de 60 ans, ils mettent toujours à l’amende.

Sarah Mandois, Contributrice
Sarah sur Noisey | Sarah sur Twitter


BASEMENT – « Summer's Colour »
Je dédie ce morceau à toutes les femmes de ma vie, celles qui ont rendu mon année 2014 aussi pop-punk que ce morceau. Mon voeu pour 2015, écouter ce morceau en lisant des passages de Phiippe Muray avec l'une d'entre elles.

Sylla Saint-Guily, Assistant de Production
Sylla sur Vice | Sylla sur Twitter

À l'année prochaine. D'ici-là, suivez-nous sur Facebook, sur Twitter et sur Spotify aussi tant que vous y êtes.