FYI.

This story is over 5 years old.

Pitié les mecs, arrêtez d'expliquer le rap aux filles

Merci du fond du coeur, signé : une fille.

Être une fan de rap est un truc plutôt cool. Vraiment. Le rap est le meilleur genre musical qui existe, et écouter le style de musique que tu préfères met toujours de bonne humeur, quel que soit ton sexe. Oui, le rap peut parfois dérouter ses auditrices à cause d’une rime un peu moche ou d’un clip particulièrement embarrassant, mais en général, le sexisme dans le rap se maintient à un niveau relativement raisonnable. Évidemment, le rap est souvent sexiste, parce que

Publicité

toute

la pop culture est sexiste et que le sexisme a de toute façon infiltré la société dans son ensemble. Mais l'unique nuage dans l’horizon des femmes-fans de rap n’a rien à voir avec les paroles craignos ou les clips de mauvais goût : il s'agit de la gente masculine, et d'une catégorie de mecs en particulier : ceux qui se sentent obligés d'expliquer aux femmes à quel point le rap est sexiste.

Ces types qui aiment expliquer aux femmes à quel point le rap est sexiste (appelons-les «

les Explicateurs

») sont des sauveurs très bien intentionnés qui ont une connaissance plus ou moins développée de la musique rap et qui veulent faire savoir aux femmes qui en écoutent, à quel point il est « misogyne » (un mot qui servait jadis à exprimer la haine du genre féminin mais qui tend à ne plus vouloir désigner que des trucs que « nous les hommes, depuis une certaine distance et dans un relatif confort, trouvons relativement sexistes »). Les Explicateurs se désignent souvent eux-mêmes comme des « hommes féministes », alors que la plupart du temps, c’est ce genre de mec qui aime tester les femmes (féministes). Et c’est peine perdue si tu te retrouves aux mains d’un de ces Explicateurs et qu’il t’enchaîne avec des phrases du type : « Comment tu peux écouter des trucs pareil ? C’est

tellement

misogyne » ou « Comment peux-tu te prétendre féministe et aimer le rap à ce point ? » ou encore « BONJOUR, JE SUIS UN HOMME, ET JE VAIS TE SAUVER DE L'EMPRISE DE CETTE MUSIQUE QUE TU ADORES. » Les Explicateurs sont animés par cette croyance que le rap, bien qu’étant sexiste, « s’en sort toujours ». Ils pensent incarner le protectorat désintéressé du genre féminin qui ne peut tout simplement plus tolérer cette misogynie intériorisée qu’une femme est sensée ressentir en écoutant Cam’ron.

Publicité

Vous avez sûrement détecté une pointe de sarcasme dans ces deux premiers paragraphes. C’est parce que les Explicateurs dépassent largement le taux de nuisance autorisé et que les femmes n’ont pas besoin d’eux. Et ce pour deux raisons. La première : ils ne savent pas discerner ce qui permet réellement d’identifier la misogynie, en réduisant le hip hop à « une musique de stip-teaseuses et de culs stupéfiants » ce qui révèle leur incapacité à réaliser qu’une musique qui implique des strip-teaseuses et des culs stupéfiants n’est pas forcément sexiste. La marque de fabrique des Explicateurs est cette tendance à confondre attitudes sexuellement explicites et misogynie. Ils sont subitement atteints de nausée à l’idée de chansons célébrant le pole-dancing et le sexe oral. Les chansons sexuellement explicites ne sont pas systématiquement sexistes, et peuvent même être à l’opposé de ça. Et c’est dur de faire avaler ça aux Explicateurs pendant qu'eux s'obstinent à convaincre les auditrices ravagées par cette musique de mauvais goût qu'elles sont dans l’erreur.

Les Explicateurs agissent généralement de manière

micro-aggressive

. Je suis sorti un jour avec un mec (blanc) qui m’a demandé de concilier mon féminisme avec mon amour du rap. J’avais envie d’être sympa, alors je l’ai fait, pour lui, intelligemment et patiemment. Il a attendu que je le fasse, a reniflé et m’a dit « Je ne suis pas sûr que tu crois vraiment en ce que tu viens de faire. » Un autre jour, un mec (blanc) que je suis sur Twitter a exposé en 140 caractères son amour pour « Turn On The Lights », un titre vraiment « rare » et « précieux » qui ne contenait « pas un seul juron ni aucune référence sexuelle ou misogyne », pas comme dans Tous Ces Autres Trucs Vulgaires. Comme si les insultes, le sexe et la

Publicité

haine des femmes

étaient les trois choses qu’il fallait impérativement exciser d’une chanson. Quand

Yeezus

est sorti j’ai fait l’erreur de tweeter sur l’antiféminisme de l’album, tout en indiquant aussi ce qui me plaisait. À peine j'avais posté mon message, qu'un type (blanc) avait copié-collé mon tweet anti-

Yeezus

en le replaçant dans un tout autre contexte, déplorant au milieu d’autres tweets « blancs » la Misogynie Problématique de Kanye West. Il insistait surtout sur le fait que

Yeezus

invoquait le fisting, l’anulingus et l’éjaculation, tout en ignorant

les critiques bien plus pointues

faites autour du traitement des femmes dans l’album. Le type qui a fait toute une histoire de mon tweet m’a ensuite écrit : « il faut qu’on en parle ». J’étais déjà en train d’en parler en fait, avec mes propres termes, et sans lui.Ceci nous amène à la deuxième raison pour laquelle les Explicateurs doivent tout de suite arrêter : supposer que les femmes doivent impérativement êtres mises au courant du caractère sexiste du rap

est

sexiste. Faire la leçon sur la misogynie à des gens qui la vivent tous les jours

entretient

cette misogynie. Peu importe vos intentions, quand vous dictez à une femme ce qu’elle devrait écouter et ce qu’elle devrait trouver choquant, vous chiez sur son autonomie et insultez son intelligence. (Vous entretenez aussi

le racisme inhérent à cette manie de pointer le sexisme dans le rap

Publicité

mais c'est une autre histoire, qui devrait être écrite par un auteur avec un peu plus de mélanine). Le sexisme recouvre tout le spectre culturel, c'est indiscutable. Et tu sais quoi, mec ? Personne n’est plus au courant de ça que la meuf à qui tu fais la morale, parce qu’

elle le vit tous les jours

. Vous pouvez être certains qu’elle gérera comme une grande les problèmes inhérents à son statut de fan de rap, peut-être parce qu’elle sait que tu peux prendre du plaisir à écouter du rap sans forcément valider ou condamner chacun de ses messages, ou peut-être parce qu’elle trouve ça finalement plus amusant qu’oppressant, ou peut-être que tout ce qu’elle fait ne doit pas forcément être « enrichissant » ou « pour la cause ».

Alors, je résume, les Explicateurs : c’est louable d’être préoccupé par le sexisme. Au nom des Femmes, merci. Ce qui est moins louable, c’est d’être uniquement préoccupé par ce point sur un sujet en particulier. Comme ce n’est pas très noble de supposer que les femmes attendent votre point de vue masculin pour les guider. Les femmes sont des êtres autonomes et vigilants qui sont capables de choisir la musique qu’elles veulent écouter. En agissant de la sorte, vous entretenez une forme de sexisme si malveillante et insidieuse qu'en comparaison, le traitement que le rap réserve à la femme paraît totalement bienveillant. Pensez à ça la prochaine fois que vous vous apprêterez à réprimander une fille qui danse sur « Bartender ».

Maddie Holden adore le rap et aussi Twitter - @Moscaddie