Girls' Generation est le plus gros groupe de K-Pop de tous les temps

Ces neufs Coréennes veulent votre amour et feront tout pour l'avoir.

|
02 Avril 2014, 8:45am


Tout le monde connaît Psy. Vous avez sûrement déjà entendu G-Dragon et CL—ne serait-ce que sur un beat de Diplo ou Skrillex—et des centaines de milliers de tarés vont bientôt découvrir Crayon Pop sur la gigantesque tournée que Lady Gaga s'apprête à donner en Amérique du Nord. Mais il n’existe aucun phénomène K-Pop plus gros que Girls’ Generation. C’est le groupe coréen le plus vendu au monde à l'heure actuelle, et leur compte YouTube a déjà défoncé celui de nombreuses stars occidentales, sans parler de leur public de fanatiques. La folie de la K-Pop a débuté à la fin de la dernière décennie, lorsque ces mêmes Girls’ Generation ont lancé « Gee » à la face du Monde, désormais classique incontesté du style -que vous pouvez voir juste au-dessus.

Après un long break (deux mois –en temps coréen, c'est un long break) et une année entière de promotion au Japon, Girls’ Generation reviennent avec le mini-album Mr.Mr. Nous avons rencontré les neufs filles du groupe (toutes très polies) pour parler de musique, de confiance, et du train de vie intense des groupes pop de Corée.


Noisey : Qu’est ce qui fait de Girls’ Generation un groupe à part à votre avis ?
Seohyun : À chaque fois que nous sortons un nouveau disque, nous essayons quelque chose de différent, nous tentons en même temps de relever un nouveau challenge et de nous amuser. Mr.Mr. contient des sons R&B et des mélodies simples et cool que les gens peuvent facilement mémoriser, et sur lesquelles ils peuvent chanter et danser. On a essayé d’envoyer un message de soutien à tous les misters !

Décrivez-moi le nouveau concept autour de la vidéo de « Mr.Mr. ». Comment s’est passé le tournage ?
Sunny : Notre nouvelle vidéo a pour mission de redonner confiance aux hommes qui se sentent abattus, pour les encourager à dépasser leurs appréhensions. Une anecdote intéressante : lorsqu’on filmait notre chorégraphie, un adaptateur s’est mis à surchauffer et à brûler. Le feu crépitait et de la fumée commençait à s’échapper ! Ça aurait pu être dangereux, mais finalement ça a créé une atmosphère feu-de-camp plutôt cool.



Être le plus gros girls band de Corée doit générer pas mal de pression, non ? Ou peut-être êtes-vous suffisamment établies pour ne plus avoir à vous soucier ça ?
Sunny : On ne travaille pas uniquement pour battre des records, mais nous ne pouvons pas non plus nous reposer sur nos lauriers. On veut travailler dur et apporter quelque chose de nouveau et de meilleur sur chaque disque.

Les groupes pop coréens sont soumis à un système d’entraînement intensif tout à fait unique. Racontez-moi un peu à quoi ça ressemble.
Hyoyeon : Je me souviens qu’on avait dû passer une nuit entière à répéter encore et encore avant d’enregistrer notre premier titre « Into The New World ». On devait même effectuer les pas de chacune d’entre nous pour créer la chorégraphie la plus parfaite possible.

En 2009, vous sortez « Gee » que beaucoup de gens considèrent comme le point de départ de l’âge d’or K-Pop. Où en est la musique coréenne aujourd’hui ? L’industrie a t-elle évolué ?
Sooyoung : Merci pour le compliment ! La K-Pop est clairement la musique la plus répandue en Corée. Et on est très excitées par l’engouement que la K-Pop succite partout dans le monde. La K-Pop évolue sans cesse, et on assiste aussi au développement de tous les autres sous-genres. On espère donc que les fans de K-Pop ne soutiendront pas uniquement les groupes mainstream, mais aussi les groupes indie, le R&B et tous les autres genres qui existent en Corée.

C’est beaucoup de boulot d’être une star, mais les tournées promotionnelles en Corée ont la réputation d’être encore plus difficiles. Comment faites-vous pour conserver votre énergie ?
Yuri : Il n’y a pas de recette particulère, ça varie selon les membres du groupe, et les situations aussi. Ça nous arrive d’écouter du R&B ou des ballades et de lire des livres pour se détendre. Personnellement, j’aime faire de l’exercice et regarder des films.


La K-Pop se développe aux États-Unis depuis plusieurs années. Vous y êtes venues début 2012 et avez notamment fait une apparition au Letterman Show. Avec le recul, comment avez-vous vécu cette tournée promo aux USA ?
Tiffany : J’étais hyper excitée vu que j’ai grandi aux États-Unis et que je sais à quel point le Letterman Show est populaire. On pensait toutes que c’était une très bonne opportunité et on était honorées de pouvoir interpréter un titre sur le plateau d’une émission aussi respectée. Nous étions impatientes et anxieuses en même temps. Avec le recul, on a passé des moments vraiment agréables et conservé beaucoup de souvenirs marrants.

Un groupe de neuf filles c’est plutôt balaise pour un girls band.
Taeyeon : On se sent définitivement plus rassurées et confiantes quand on joue ensemble. Toutes les filles sont gaies et extraverties, donc il n’y a jamais de moment ennuyeux !

Vous écoutez quoi en ce moment ?
Taeyeon : On aime plein de trucs différents !
Sunny :J’écoute Lorde, surtout« Royals » et « The Love Club ».




Que feriez-vous si Girls’ Generation n’existait pas?
Yoona : On aurait probablement utilisé nos talents ailleurs et fait partie de l’industrie du spectacle quand même.

Quels sont vos plans pour le reste de l’année ?
Seohyun : Après une longue pause, on est de retour avec Mr.Mr. et on s’amuse à fond ! On sera en tournée au Japon d’avril à juin. Après quoi, on fera d’autres concerts et on montrera nos talents individuels dans d’autres domaines. On réfléchit toujours à des moyens de faire plaisir à nos fans. S’il vous plaît, continuez à nous apporter votre amour et votre soutien !


La K-Pop n'a aucun secret pour Jakob Dorof. Il est sur Twitter — @soyrev.