Environnement

Ce cercueil « vivant » utilise des champignons pour composter les cadavres

Le « Cocon vivant » a déjà servi lors d'un enterrement à La Haye, aux Pays-Bas.
28 septembre 2020, 7:09am
Hendrikx et le Cocon vivant
Hendrikx et le Cocon vivant. Image : Bob Hendrikx -- Loop Biotech 

Pendant des dizaines de milliers d'années, les humains ont développé des rites funéraires et des pratiques d'enterrement qui reflétaient les attitudes de leur époque et de leur lieu de vie. Ces traditions d'hommage aux morts continuent d'évoluer au XXIe siècle, les gens recherchant des « enterrements verts » plus respectueux de l'environnement que les cercueils ordinaires.

L'un des exemples les plus récents vient de Loop, une entreprise biotechnologique néerlandaise qui a récemment dévoilé un cercueil biodégradable fait de champignons, de microbes et de racines de plantes. Appelé « Cocon vivant », le cercueil est conçu pour accélérer la décomposition du corps tout en enrichissant le sol autour de la parcelle.

« Ce que nous faisons habituellement en tant qu'humains, c'est que nous prenons quelque chose dans la nature, nous le tuons et nous l'utilisons, explique Bob Hendrikx, fondateur de Loop. Alors je me suis dit : et si nous, les humains, commencions à abandonner le travail avec des matériaux morts pour travailler avec des matériaux vivants ? »

« Le Cocon vivant est l'un des nombreux concepts émergents qui visent à réduire le coût environnemental des pratiques mortuaires actuelles »

« Non seulement nous serions un peu moins des parasites, mais nous pourrions aussi commencer à explorer les propriétés de matériaux très cool, comme les lumières vivantes, les murs vivants, et ce genre de choses », ajoute-t-il.

Hendrikx a eu l'idée de développer le Cocon vivant alors qu'il présentait un concept de maison vivante lors de la Dutch Design Week l'année dernière. Si les maisons sont évidemment pour les vivants, Hendrikx a pensé à adapter le concept pour les morts avec un cercueil alimenté par le mycélium du champignon, qui est la partie végétative filamenteuse du champignon. « Le mycélium est le plus grand recycleur de la nature, explique Hendrikx. Il est continuellement à la recherche de matière organique morte pour se transformer en nutriments clés. »

P1080548.JPG

Développé en collaboration avec l'université de technologie de Delft et le Centre de biodiversité Naturalis, le Cocon vivant contient un lit de mousse rempli de mycélium, de racines de plantes et d'un écosystème luxuriant de micro-organismes. Il est déjà sur le marché aux Pays-Bas et a servi lors d’un enterrement à La Haye.

Les premiers essais effectués sur le cercueil indiquent qu'il se dégrade dans le sol en 30 à 45 jours environ, et l'équipe Loop estime que les corps contenus dans les cercueils devraient être compostés au bout de trois ans. Les champignons peuvent également éliminer les contaminants du sol, les chercheurs ont donc comme objectif plus large d'utiliser les cercueils pour purifier les environnements pollués. « Nous rêvons d'avoir des concepts funéraires naturels super nouveaux, dans lesquels nous nous rendrions dans différentes villes pour chercher la terre la plus souillée et commencer à la nettoyer, poursuit Hendrikx. Nous avons déjà lancé ce produit sur le marché, mais ce que nous voulons vraiment savoir, c'est combien de temps prend exactement la décomposition, à quoi ressemble la phase de décomposition, et aussi – c'est super important – quel type de produits chimiques il peut absorber et en quelles quantités. »

La Terre des morts

Le Cocon vivant est l'un des nombreux concepts émergents qui visent à réduire le coût environnemental des pratiques mortuaires actuelles. Actuellement, les cercueils et les cadavres sont traités avec des produits chimiques qui s'infiltrent dans le sol au fil du temps, ce qui peut contaminer les eaux souterraines.

Les enterrements écologiques ne sont pas un phénomène nouveau, car les cultures indigènes du monde entier pratiquent des funérailles respectueuses de l'environnement depuis des milliers d'années. Par exemple, les « funérailles célestes », qui consistent à exposer les corps à de hautes altitudes où ils peuvent être dévorés par les oiseaux et les animaux, sont encore pratiquées dans l'Himalaya aujourd'hui. D'autres technologies funéraires sont à l'essai, comme la « crémation par l'eau », où les corps sont décomposés dans l'eau et l'hydroxyde de potassium.

À ce stade, l'équipe de Loop pense que le Cocon Vivant aidera les gens à accéder à l'expérience de fin de vie qui leur convient. « Je pense que les gens sont prêts pour cela », dit Hendrikx.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.