Life

Apparemment, Lidl est la nouvelle marque de streetwear à la mode

La collection streetwear de Lidl se revend comme des petits pains, prouvant ainsi la puissance du marketing de la rareté.
14.12.20
Des gens achètent la ligne de vêtements en édition limitée de Lidl.
Toutre

Début novembre, Lidl a lancé Lidl Fan, sa ligne de vêtements streetwear en édition limitée. Les magasins italiens de l’enseigne ont été aussitôt dévalisés. À l’ouverture, certaines personnes faisaient la queue pour s'approvisionner en un maximum d'articles, tandis que d'autres créent des memes et écrivaient des articles remettant en question l'intérêt fébrile pour le hard discount.

Publicité

La collection a aussi fait un carton dans d'autres pays européens au début de l'année, notamment au Royaume-Uni, en Belgique, en Allemagne, en Finlande et aux Pays-Bas. Pour 12,99 euros, vous pouvez vous procurer une paire de baskets Lidl aux couleurs de la marque (jaune, rouge et bleu). Pour 4,99 euros, vous avez les claquettes femme dans la même couleur, ou la version homme en noir et blanc. Les chaussettes épaisses portant le logo de Lidl sont à 2,99 euros, les t-shirts à 4,99 euros. 

Chose curieuse : les produits se revendent désormais à un prix beaucoup plus élevé. Nous avons demandé à quelques clients qui ont pris le train en marche comment cela se passait pour eux..

Giacomo, 23 ans 

VICE : Pourquoi as-tu voulu acheter ces articles ?
Giacomo :
J’ai vu la collection pour la première fois cet été, quand elle est sortie à l'étranger. Je voulais absolument les tongs et on m'a dit à l'avance qu'elles allaient aussi être commercialisées en Italie. Dans mon supermarché local, ils n’autorisent les gens à acheter que deux articles par personne, alors j'ai emmené quelques amis et j'y suis allé deux fois. Au total, j'ai acheté cinq paires de chaussures, six paires de chaussettes, six paires de tongs et trois t-shirts.

Les as-tu tous revendus ?
Seulement ceux que j'ai décidé de ne pas garder. Je les ai mis en vente sur Depop et eBay. Les baskets se sont vendues à 50 euros, les chaussettes à 10 euros et les tongs à 25 euros. 

Qui étaient tes clients ?
Principalement des quadragénaires. De manière générale, je ne pense pas que les jeunes soient intéressés par ce genre de choses, c'est plus apprécié des gens plus âgés. 

Fais-tu cela souvent ?
Je fais partie de quelques communautés [de revendeurs] depuis environ cinq ans, et j'achète et je revends des choses de temps en temps. Quand je vends des chaussures, c'est parce que je n'en veux plus, ou parce que je veux m’acheter autre chose.

Publicité

Est-ce qu’elles te plaisent, au moins, ces baskets ?
Absolument pas – les couleurs sont trop criardes. C'est clairement une mauvaise copie du modèle Huarache de Nike. Par contre, j’adore les chaussettes et les tongs..

La file d'attente devant un supermarché Lidl le jour du lancement.

La file d'attente devant un supermarché Lidl le jour du lancement.

Stefano, 21 ans

VICE : Pourquoi as-tu acheté ces articles ?
Stefano :
Dans ma famille, nous aimons les bonnes affaires, et Lidl est l'un de nos supermarchés préférés. Chaque soir, mon père rentre à la maison avec un article qu'il a acheté juste parce qu'il était en promotion. De plus, Lidl a été le premier supermarché [en Italie] à lancer une marque de vêtements. C'est pourquoi j'ai décidé d'y investir. Mon père et moi sommes allés dans deux Lidl différents et sommes revenus avec 300 euros de marchandises. Nous allons garder ce que nous voulons et revendre le reste.

Comment les revends-tu ?
J'ai mis quelques articles sur Facebook Marketplace. En deux jours, j'ai eu 2 500 consultations et plus de 600 messages. Je suis aussi passé par Subito.it [un site de vente italien] et par les réseaux sociaux, où j'ai beaucoup d'abonnés. 

As-tu déjà réussi à vendre quelque chose ?
Je suis en négociation avec beaucoup de gens en ce moment. J'ai vendu quatre paires de chaussettes pour 40 euros chacune dès le premier jour. Mais maintenant, les gens pinaillent et me demandent de vendre les articles par lots. 

Publicité

Qui sont les acheteurs ?
Quand je suis allé à Lidl, je ne m'attendais pas à voir autant de monde. La plupart des clients avaient un certain âge. Un homme de 60 ans a même menacé de me tuer juste parce que j'avais acheté cinq paires de sneakers. En fait, j’ai surtout vendu à des parents qui cherchaient des cadeaux pour leurs enfants. 

Est-ce que tu les aimes bien, ces baskets ?
Je les trouve un peu ridicules, mais je pense que c'est ce qui les rend si recherchées. J'espère que l’enseigne fera plus de vêtements à l’avenir, comme des sweats à capuche et des pantalons. 

Alessandro, 20 ans

VICE : Pourquoi as-tu acheté ces vêtements Lidl ?
Alessandro :
Je savais qu'ils avaient eu beaucoup de succès à l'étranger. Je vis dans une zone rouge [en quarantaine stricte] et j'avais vraiment hâte de faire mes courses hebdomadaires pour pouvoir me procurer quelques paires de baskets.

Sur quels sites les as-tu vendus ?
J’utilise Depop pour vendre des baskets, et Facebook pour le reste. J'ai acheté quatre paires de baskets, trois paires de tongs de couleurs différentes et deux paires de chaussettes, que je veux garder en souvenir de cette « aventure ». J'ai réussi à vendre à peu près tout, surtout à des personnes de plus de 30 ans. Beaucoup d'entre elles espéraient les revendre à un prix plus élevé après me les avoir achetées.

Combien as-tu gagné ?
J'ai vendu les baskets pour environ 40 euros et les tongs pour environ 50 euros. J’ai eu pas mal de réactions négatives sur les réseaux sociaux. Je suis toujours déconcerté par l'impolitesse des gens qui ne comprennent pas la revente et qui envoient des messages haineux. On a le droit de penser qu'il est fou d'acheter des produits au prix de revente, mais pas besoin de menacer et d'insulter.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.
VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.