FYI.

This story is over 5 years old.

Crime

Le bidonville de Grande-Synthe

VICE News s’est rendu au camp de Grande-Synthe, où nous avons rencontré une famille qui a réussi à fuir l’Irak et à échapper au groupe État islamique, et une jeune fille qui espère un jour pouvoir retourner à l’école.
1.2.16

> Pour activer les sous-titres dans votre langue, cliquez sur l'icône "CC" sous la vidéo puis sélectionnez "options" et « Français".


Alors que l'Europe continue de faire face à la pire crise migratoire depuis la seconde guerre mondiale, ceux qui ont quitté leur pays à la recherche d'une vie meilleure échouent souvent dans un camp du nord de la France : la « Jungle » de Calais.

Mais pas très loin de Calais, un autre bidonville accueille plus de 2 500 migrants, juste à côté de la ville de Dunkerque : le camp de Grande-Synthe. Les conditions météorologiques déplorables ont transformé le camp en un marécage boueux, ce qui complique terriblement la vie des familles et des enfants qui vivent ici.

Publicité

Si le gouvernement français s'est engagé à créer de nouveaux abris pour les migrants à Dunkerque, les associations qui viennent en aide aux migrants estiment que les conditions de vie sont déplorables et inhumaines. Ces associations ne peuvent pas apporter ce qu'elles souhaitent dans le camp, notamment des matériaux de construction, ce qui bloque tout effort pour améliorer les conditions de vie.

VICE News s'est rendu au camp de Grande-Synthe, où nous avons rencontré une famille qui a réussi à fuir l'Irak et à échapper au groupe État islamique, et une jeune fille qui espère un jour pouvoir retourner à l'école.


À lire : Dans la boue et le froid, l'espoir d'un camp humanitaire à Grande-Synthe

À lire : Fusillade à Grande-Synthe : le bidonville de migrants aurait été le lieu d'un règlement de compte entre passeurs

À lire : [En photos] Dans le camp de Grande-Synthe, les migrants face à l'hiver


Rejoignez VICE News sur YouTube

Suivez VICE News FR sur Twitter

VICE News FR sur Facebook