FYI.

This story is over 5 years old.

L’unique plage nudiste de Moscou est menacée de fermeture

Les autorités moscovites réclament la fermeture de la seule plage nudiste de la ville, estimant que ceux qui vont y bronzer nus sont des « dépravés » qui ont « perdu la tête ».
25.8.15
Photo via Wikimedia Commons

Les autorités de Moscou menacent de fermer définitivement la seule plage de nudiste de la ville. D'après ces responsables, les visiteurs de cet endroit sont des « dépravés » qui ont « perdu la tête ».

La campagne visant à fermer cette zone de baignade sans vêtements a été annoncée la semaine dernière via le blog Live Journal par Lyumdila Stebenkova, qui est membre de Russie unie (le parti au pouvoir de Vladimir Poutine) et qui représente la ville de Moscou à la Douma (Parlement russe).

À propos de cette plage, Stebenkova a déclaré que la zone était « occupée par les nudistes, dont les bouffonneries se sont souvent terminées dans la violence, l'alcool et du sexe en public. »

« Nous ne pouvons pas encourager le vice, » a-t-elle ajouté. « La police ne peut pas mettre un arrêt à cette orgie parce qu'il n'y a aucune loi régulant le nudisme. »

À lire : Les Loups de la nuit est le club de bikers préféré de Vladimir Poutine

Cette plage, qui est plus connue sous le nom de « Numéro Trois », compte parmi la demi-douzaine d'enclaves sablonneuses situées dans le parc Serebryany Bor ; une réserve naturelle au nord-ouest de la capitale de la Russie. L'endroit fait le bonheur des habitants de la ville pendant les mois d'été caniculaires.

Hormis cette plage naturiste, la zone comporte d'autres endroits prisés comme un lieu où les familles peuvent se baigner, un zoo miniature, des équipements pour le sport aquatique, des cafés, des bars. Le week-end, de nombreux groupes de personnes viennent y organiser des barbecues.

Moralité publique

La tentative de bannir les baigneurs nus de la plage Numéro Trois a été perçue comme un signe du changement qui s'opère en Russie, un tournant vers des valeurs « traditionnelles », alors que la présence de l'église orthodoxe dans les sphères politiques et sociales se fait de plus en plus importante.

Plus tôt cette année, une plage nudiste populaire de Saint-Pétersbourg — connue pour ses joueurs de volley-ball, de frisbee et ses danseurs — a été « libérée des nudistes » après que les autorités de la ville l'ont qualifiée comme une atteinte à la « moralité publique ». Située sur le littoral du Golfe de Finlande, cette zone de baignade avait été ouverte aux baigneurs nus depuis plus de cinq décennies et avait été classée parmi les 1 000 meilleures plages naturistes en 2008.

Le mouvement conservateur, qui est de plus en plus ferme, a aussi visé la communauté LGBT. En 2012, le gouvernement a fait passer une loi interdisant « la propagande concernant les relations sexuelles non-traditionnelles ». L'année dernière, un amendement proposé lors de la rédaction d'une loi du code de la route ressemblait à une interdiction de conduire adressée aux personnes transgenres et travesties.

Une cour de justice russe a ordonné en avril dernier à l'organe de surveillance officiel Roskomnadzor de bloquer 136 sites Internet car ceux-ci hébergeaient « du contenu pornographique. » Les décisions de justice liées à cette affaire citaient notamment des textes de loi datant de la Russie tsariste du début du XXème siècle ou du temps de l'URSS.

À propos de l'interdiction de la nudité sur la plage de Saint-Pétersbourg, Vitaly Milonov, un législateur russe conservateur, connu pour son style polémique, avait déclaré que cette fermeture avait été nécessaire afin de « protéger… les enfants des vieux pervers nus et poilus qui passent à côté. »

Mais ce mouvement contre les plages naturistes en Russie peut aussi avoir une motivation économique.

Dans une interview accordée au journal russe anglophone The Moscow Times, Sergei Mityushin, directeur régional de la Fédération de Naturiste Telord, a accusé les autorités de vouloir prendre le contrôle de cette plage en raison de sa proximité de certains biens immobiliers de luxe et aussi à cause du potentiel de développement de la région.

Selon Mityushin, la zone de baignade nudiste est devenue minable ces dernières années car les autorités locales n'ont pas assuré le nettoyage et d'autres services qu'elles assurent pourtant sur d'autres plages dans les environs.

« L'endroit est très populaire chez les alcooliques et les criminels, » a-t-il déclaré au journal. « Ils s'assoient là, boivent et laissent beaucoup de déchets que personne ne nettoie. »

Suite à l'interdiction des baigneurs nus sur la plage de Dunes de Saint-Pétersbourg en septembre dernier, la zone est désormais soumise à un « aménagement du paysage » destiné à la transformer en lieu de loisirs « idéal pour toute la famille ».

Lors d'une interview prémonitoire accordée en 2010, Mityushin déclarait que la source du problème, c'était que les plages nudistes de Russie n'avaient aucun « intérêt commercial ».

À lire : Vladimir Poutine et son sous-marin miniature ont plongé au large de la Crimée

Suivez Harriet Salem sur Twitter : @HarrietSalem