FYI.

This story is over 5 years old.

Crime

En Libye, un attentat suicide au camion piégé fait au moins 65 morts

L’explosion aurait fait des dizaines de victimes selon des témoins. Elle arrive après trois jours d’attaques menées par le groupe État Islamique contre les plus gros terminaux pétroliers de Libye.
7.1.16
Le bâtiment visé ce jeudi matin dans la ville de Zliten en Libye. (Photo via Reuters)

Au moins 65 personnes ont été tuées ce jeudi après l'explosion d'un camion piégé qui a frappé un centre de formation de la police dans la ville de Zliten (nord-ouest de la Libye), d'après les autorités locales et des sources hospitalières.

Aucun groupe n'a pour l'instant revendiqué cette attaque, qui est l'une des pires attaques à la bombe depuis la chute de Mouammar Khadafi en 2011.

Le maire de Zliten, Miftah Hamadi a déclaré que la bombe avait détoné alors que les recrues se rassemblaient dans le centre de police de la ville, qui est située sur la côte méditerranéenne, entre la capitale Tripoli et le port de Misrata. Ce centre était une base militaire sous le régime du leader déchu Mouammar Khadafi.

Publicité

Des témoins ont déclaré que des habitants transportaient les victimes — dont de nombreux blessés par des éclats — jusqu'aux hôpitaux de Misrata en ambulance ou dans des voitures. De sources médicales, 65 personnes dont plusieurs civils ont été tuées. Un officiel évoque entre 50 et 60 personnes décédées.

PHOTOS: Up to 50 killed in bomb explosion at a police training facility in #Zliten, #Libya. - @NadiaR_LY pic.twitter.com/TfYw9NIc60

— Conflict News (@Conflicts) January 7, 2016

Cette attaque à la bombe fait suite à trois jours d'attaques menées par le groupe terroriste État Islamique (EI), contre les plus gros terminaux pétroliers de Libye, au cours desquels au moins 9 gardes ont été tués et 40 personnes blessées.

La Libye est divisée entre des factions politiques et des groupes armés qui luttent pour le pouvoir ainsi que pour la richesse pétrolière du pays, quatre ans après la révolution qui a chassé Khadafi du pouvoir. La production de pétrole a été réduite à moins d'un quart du record enregistré en 2011, qui était de 1,6 million de barils par jour.

L'EI s'est servi du vide sécuritaire pour étendre son influence, même s'il n'a pour l'instant pas pris le contrôle des installations pétrolières du pays.

Les terminaux pétroliers sont une étape critique dans le projet de l'EI de prendre le contrôle de territoires en Libye, d'après des experts contactés par VICE News. Si ce groupe prenait le contrôle de ces installations, cela leur fournirait un revenu suffisant pour asseoir leur pouvoir dans la région, tout en déstabilisant les pourparlers organisés par l'ONU dans le but d'établir un gouvernement d'unité nationale.

Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR