FYI.

This story is over 5 years old.

Crime

Plus de 11 000 Norvégiens s'inscrivent pour chasser 16 loups

L’espèce est en voie d’extinction en Norvège, ce qui oblige les autorités à limiter le nombre de bêtes à chasser. Mais la chasse au loup reste très populaire dans le pays.
3.12.15
Photo de Mark Hamblin/Getty

En Norvège, on est au beau milieu de la saison de chasse, et l'animal « préféré » des chasseurs, c'est le loup. Chasser le loup est tellement populaire dans le pays qu'il y a plus de 11 000 chasseurs inscrits pour la grande battue au loup — mais les autorités norvégiennes ont limité à 16 le nombre de bêtes à chasser. Ainsi, pour chaque loup 700 chasseurs sont à ses trousses.

Les loups sont sur la liste rouge des espèces en voie d'extinction du Centre d'information norvégien sur la biodiversité. Pourtant, 1 000 licences de plus pour chasser le loup ont été allouées cette année par rapport à 2014.

Publicité

Sverre Lundemo, experte en biodiversité pour le WWF-Norvège, espère que son organisation et d'autres ONG environnementales vont pouvoir encourager le Parlement norvégien à  augmenter le nombre de loups dans la nature.

« Le loup risque de devenir une espèce fonctionnellement éteinte, c'est-à-dire qu'elle ne sera plus capable de se reproduire — si la population diminue encore par rapport à ce qu'elle est aujourd'hui, » explique Lundemo.

Dans les semaines qui viennent, le Parlement norvégien doit proposer un nouvel objectif pour la population de loups à atteindre dans le pays (pour que l'espèce soit viable). Le Parlement pourrait envisager d'agrandir l'espace protégé où la chasse aux loups est interdite — une zone qui représente déjà 5 pour cent de la superficie du pays. Les loups qui se baladent hors de cette zone peuvent être chassés en toute légalité.

Mais Lundemo et ses alliés font face à une lourde opposition.

« Il y a plein de parties prenantes — dont des associations de fermiers — qui veulent ne plus avoir du tout de loups, ou au moins réduire la population que l'on a aujourd'hui, ce que l'association des chasseurs propose aussi, » explique Lundemo.

En 2005, le gouvernement norvégien avait décidé de tuer 5 des loups du pays — soit environ 25 pour cent de la population totale — pour protéger le bétail des fermiers.

La chasse au loup en Norvège est aussi réglementée au niveau régional. Huit conciles de gestion de la population des loups émettent des permis de chasse au loup dans chacune de leur zone.

Publicité

Les loups chassés par les Norvégiens sont installés dans le sud-est du pays.

Ce n'est pas la première fois que l'on assiste à une « sur-chasse » des loups. Dans les années 1960, la population de loups en Norvège a été proche du néant. En 1971, la Norvège a imposé une interdiction de chasser les loups pour protéger ce qu'il restait de bêtes.

Dans les années 1990, un projet commun a été monté par la Norvège et la Suède pour réintroduire des loups dans la nature. Ainsi, en 1997, pour la première fois depuis des décennies, une portée de loups est née dans la nature.

Depuis 2004, l'objectif fixé par le Parlement norvégien est d'arriver à trois portées de loups par an.

« La Norvège, contrairement à la Suède, ne fait pas partie de l'Union européenne et n'a pas mis en place la « Directive Habitats » qui permet de favoriser la conservation de certaines espèces, » explique Lundemo. « Ainsi, il est possible de permettre la chasse au loup en Norvège. »

En Suède, il a plus de loups qu'en Norvège : une population relativement importante de 400 bêtes.

Lundemo explique que grâce à la migration de loups depuis la Suède jusqu'en Norvège, l'espèce ne va pas complètement disparaître de Norvège. Certains loups traverseront effectivement la frontière — mais la question reste néanmoins de savoir s'ils s'installeront pour autant en Norvège et s'ils s'y reproduiront.

Suivez Hannah K. Gold sur Twitter : @togglecoat