La NASA se dit responsable de lueurs bizarres dans le cercle arctique

Les nuages de couleur ont été attribués à une « attaque d'aliens » par certains observateurs, évidemment.

|
12 Avril 2019, 6:00am

Image : NASA Wallops Flight Facility

La semaine dernière, la NASA a disséminé des nuages de gaz bleu et violet dans le ciel du cercle arctique. Ces étranges ectoplasmes, visibles dans certaines parties de la Finlande et de la Norvège, ont fait rêver les chasseurs d'extraterrestres — en vain.

Les nuages ne sont en fait que des « traceurs gazeux » diffusés par deux fusées de la NASA dans le but d'étudier les aurores boréales. Baptisée « AZURE » pour « Auroral Zone Upwelling Rocker Experiment », la mission a débuté samedi dernier depuis la base de lancement norvégienne d'Andøya. De mauvaises conditions météorologiques avaient empêché le lancement d'AZURE à plusieurs reprises en 2018.

Sans surprise, certains témoins ont cru assister à un débarquement d'extraterrestres.

« Nous avons vu deux points oranges s'élever dans le ciel puis disparaître » rapporte le photographe Michael Theusner dans Forbes. « Juste après, des lumières étranges et des nuages colorés sont apparus. Au départ, je n'arrivais pas à expliquer tout ça. Ça ressemblait à une attaque d'aliens. »

Le centre de lancement de la NASA en charge de la mission AZURE, la Wallops Flight Facility de Virginie, affirme n'avoir reçu aucune question concernant le lancement.

« Quand nous conduisons des tests de ce type à Wallops, nous notifions les populations des États du littoral médio-atlantique et du Nord » indique un porte-parole de la NASA, contacté par Motherboard. « Comme ces tests peuvent être très visibles, il n'est pas rare de voir des commentaires [au sujet d'extraterrestres]. »

Entre 115 et 250 kilomètres d'altitude, les fusées ont diffusé du triméthylaluminium puis une mixture de barium et de strontium (des ingrédients de feu d'artifice) pour faire apparaître les courants cinétiques et thermiques des aurores boréales — des traits difficiles à percevoir à l'oeil nu. Les deux fusées ont atteint une altitude maximale de 320 kilomètres.

« Si nous souhaitons comprendre en profondeur les effects des aurores boréales, si mystérieuses et pourtant si belles, ces mesures sont essentielles », a déclaré la NASA.

Cet article est paru sur Motherboard US.

Motherboard est aussi sur Facebook, Twitter et Flipboard.