Etat Islamique

Pourquoi la Finlande est-elle un fournisseur privilégié de combattants de l’État islamique ?

Le « pays le plus sûr au monde » affiche le taux le plus élevé de musulmans nationaux rejoignant les rangs de l'organisation.

par Lara Whyte; traduit par Sandra Proutry-Skrzypek
23 Août 2017, 5:00am

Vendredi dernier, une attaque au couteau a fait deux mortes dans la ville de Turku, dans le sud-ouest du pays – il s'agit, selon les autorités, du premier attentat terroriste mené sur le sol finlandais. Deux victimes, âgées de 66 et 31 ans, ont été tuées, et huit autres ont été blessées. Le suspect, Abderrahman Mechkah, un Marocain âgé de 18 ans, aurait crié « Allahu akbar », avant d'être touché par balle à la jambe par les autorités. Il visait principalement les femmes.

L'assaillant, un demandeur d'asile arrivé en Finlande l'année dernière, a vécu dans un centre de détention pour mineurs, avant de s'installer dans un centre d'accueil de réfugiés dans la banlieue de Pansio. Quatre autres Marocains ont été arrêtés lors de deux perquisitions, tandis qu'un mandat d'arrêt international a été émis à l'encontre d'un cinquième. L'enquête policière est toujours en cours. Mechkah a quant à lui comparu hier devant le tribunal par vidéoconférence depuis son lit d'hôpital.

Le sentiment de choc et d'incrédulité est réel dans le pays, qualifié plus tôt cette année de « pays le plus sûr au monde ». La Finlande a réussi à ignorer son problème islamiste avec brio, et ce, pendant plusieurs années – depuis 2013, l'Etat islamique menaçait de s'en prendre à ce pays, dans lequel beaucoup de ses combattants vivaient.

L'analyse majeure la plus récente des combattants étrangers en Syrie a démontré que ce coin tranquille de l'Europe compte le pourcentage le plus élevé au monde de musulmans rejoignant l'État islamique. Le nombre absolu de personnes, insistent les services de renseignement finlandais (Supo), reste faible ; environ 80 adultes et plusieurs dizaines d'enfants. Ce qui est important, c'est le fait que le chiffre soit supérieur à un sur 1 000 ; 0,166 pour cent de l'ensemble de la population s'est mobilisé pour se joindre aux combattants djihadistes. Si l'on appliquait ce pourcentage à l'échelle du Royaume-Uni, cela représenterait près de 5 000 personnes, alors que le nombre réel de Britanniques impliqués est estimé à 850.

En juin dernier, les Supo disaient surveiller 350 islamistes potentiels, soit 80 pour cent de plus qu'en 2012. Plus tôt cette année, les autorités policières avaient appris que Mechkah « semblait s'être radicalisé » et en avaient aussitôt informé les Supo – il ne faisait toutefois pas partie des 350 individus signalés.

La porte-parole des Supo, Verna Leinonen, m'a précisé en juin dernier que les autorités prenaient très au sérieux la menace, mais s'est abstenue de me fournir des exemples. « Ceux qui sont allés [en Syrie] ont 19 origines ethniques différentes. Rien ne les lie les uns aux autres et rien n'explique la raison pour laquelle ils y vont », m'a-t-elle assuré.

Juha Saarinen, chercheur en terrorisme au King's College de Londres, recueille des informations sur le flux de combattants au sein de son pays natal depuis 2013. Il a découvert dans les données que certains groupes distinctifs, comme les musulmans convertis ou les ressortissants somaliens, étaient « surreprésentés ».

« La Finlande n'a pas vraiment d'antécédents en matière d'activisme djihadiste ; il a principalement évolué au cours du conflit syrien et s'est greffé à la montée de l'EI », explique-t-il. À l'aide d'informations en open source, Saarinen a soigneusement identifié plus de 25 Finlandais ayant quitté le territoire pour se battre.

« Le mouvement djihadiste en Finlande a crû ces cinq dernières années. De plus en plus de gens promeuvent l'idéologie et le programme des différents groupes djihadistes, déclare Saarinen. Malheureusement, certains de ces individus sont arrivés en Finlande sous le statut de réfugiés ou de demandeurs d'asile au cours des deux ou trois dernières années. Cela a affecté notre évaluation de la menace terroriste, qui est désormais trois fois plus élevée qu'il y a trois ans. »

L'anglais est enseigné dès l'âge de sept ans dans les écoles finlandaises, ce qui a amené divers experts à porter le blâme de la montée de l'EI sur les nombreux canaux de propagande anglais en ligne.

Abdullah Al-Finlandi, « un fervent athée 100 pour cent finlandais » converti à l'islam à l'âge de 17 ans, est devenu partisan d'al-Qaïda « en seulement six mois » et a tenté de se rendre en Syrie en 2013. « Je travaillais pour l'EI avant qu'il ne devienne mainstream, avant le califat, me dit-il en rigolant. Vous savez, beaucoup de gens ne se sont intéressés à l'EI qu'après avoir vu le groupe conquérir beaucoup de terres ; certains d'entre nous se souviennent de l'époque où ils n'avaient que des petites régions du pays. C'est drôle – je dis toujours aux gens que j'ai été un membre hipster de l'EI. »

Jabhat al-Nusra, d'abord partisan de la filiale d'al-Qaïda en Syrie, a connu une ascension rapide dans les rangs de l'EI, et a lancé ce qui, à un moment donné, a été le plus important compte Twitter djihadiste en langue anglaise – @Muhajid4Life – depuis chez lui dans le sud de la Finlande.

Al-Finlandi utilise encore le nom qu'il portait au sein de l'EI, et son accent anglais laisse à penser qu'il vient du Moyen-Orient – cela est dû au fait qu'il conversait en arabe et en anglais avec ses anciens amis. Tout au long de notre entretien, il se répand en arabe et utilise le mot « drôle » pour décrire des choses qui ne le sont pas.

« Nous n'avons pas vraiment de lois contre le terrorisme en Finlande, donc j'ai simplement pris ça pour de la liberté d'expression. On peut dire que j'ai été intelligent, fanfaronne-t-il. C'est drôle. Je prenais part au processus de planification de l'EI, mais je ne violais aucune loi, si bien que je ne pouvais pas être poursuivi. »

En décembre de l'année dernière, les législateurs finlandais ont adopté leur première loi antiterroriste afin de condamner toute participation à la guerre syrienne. Personne n'a été poursuivi depuis que la loi a été adoptée, mais comme l'a déclaré le procureur général Tom Laitinen, « nous avons désormais la possibilité d'intenter des poursuites ».

La grande majorité des combattants ayant rejoint les rangs de l'EI l'ont fait entre 2013 et 2015 – il n'y aura toutefois pas de poursuites rétroactives, affirme Laitinen, à moins qu'il n'y ait des preuves que l'individu se soit rendu coupable d'un crime de guerre ou de terrorisme à ce moment-là. Les rares fois où les extrémistes djihadistes pouvaient être poursuivis en vertu d'une loi, les tribunaux finlandais ont échoué à délivrer un motif plausible.

« C'est drôle – je dis toujours aux gens que j'ai été un membre hipster de l'EI. » – Abdullah Al-Finlandi

Le premier procès pour terrorisme du pays, en 2013, a reconnu trois hommes coupables de financement et de recrutement pour Al-Shabbaab. « Ils ont été reconnus coupables et retenus [en détention provisoire] », explique Saarinen.

Al-Finlandi, désormais âgé de la vingtaine et employé de supermarché, porte un regard analytique sur son temps passé avec l'EI. Suite à sa conversion, il s'est mis en tête de trouver la « forme d'islam la plus pure : on l'appelle salafisme, prétend-il, mais j'ai commis l'erreur d'emprunter la route djihadiste ». Il estime avoir été mal orienté par la propagande en ligne d'Al-Qaïda – dont le magazine Inspire – mais admet qu'il y a « toujours eu un aspect hors ligne » dans les amitiés qu'il a formées et les réseaux qu'il a intégrés.

« Quand ils ont annoncé le califat, nous étions extatiques. Même avec du recul, je pense que je n'ai jamais été plus heureux qu'à ce moment-là, déclare-t-il. Parmi les gens que j'ai connus personnellement, la plupart d'entre eux sont soit morts, soit encore en Syrie. Plusieurs personnes m'ont dit que je les avais encouragées à y aller. C'est drôle. Certaines sont mortes, mais c'est la vie. »

Beaucoup de ses anciens associés, poursuit-il, ont délibérément attendu de terminer leur formation militaire obligatoire afin d'être mieux préparés.

« Les combattants finlandais de l'EI s'en sortent beaucoup mieux que les combattants des autres pays européens grâce au service militaire, qui est obligatoire pour tout le monde, à moins d'avoir une raison valable, précise-t-il. Certains ont délibérément effectué leur service militaire avant de partir combattre, c'est certain. Il est difficile de savoir s'ils sont encore en vie grâce à cela, étant donné que j'ai quitté le groupe en 2015 – mais de manière générale, je dirais que oui. C'est une question d'expérience de combat, et tout ce qui peut contribuer à la survie et au développement des compétences est bienvenu. »

Premier kamikaze de l'EI en Finlande, Abu Hurairah Finlandi a été sous-officier dans l'armée finlandaise, ce qui signifie qu'il a effectué une année de combat et de formation militaire, tandis qu'un autre combattant – également un ancien ami d'Al-Finlandi – s'est vanté d'avoir abandonné l'entraînement, estimant « en avoir eu assez », et s'est directement rendu en Syrie afin de rejoindre l'EI.

Entraînement de tireur d'élite en Finlande. Photo de l'auteur

Les Finlandais sont depuis longtemps réputés pour leurs prouesses militaires, et la formation de base – selon Saarihen – consiste à manipuler des armes, à tirer à longue distance et « selon votre rôle, à apprendre comment manipuler des explosifs, comment fabriquer des bombes ».

Les tireurs d'élite finlandais ont longtemps été réputés pour leurs compétences, et le pays compte le troisième taux le plus élevé de possession d'armes à feu dans le monde. L'armée finlandaise a aidé à former les Peshmergas dans leur lutte contre l'EI, par ailleurs.

« Dans mes recherches, j'ai découvert que beaucoup de Finlandais ont d'abord suivi le service militaire avant de rejoindre l'EI, déclare M. Saarinen. Nous nous trouvons désormais dans une situation où certains individus ont suivi une formation militaire afin d'acquérir des compétences qui leur seraient utiles dans une zone de conflit. »

Pour Abdallah Al-Finlandi, qui se qualifie désormais de « vrai » salafiste, la fin de sa relation avec l'EI n'est pas due à un quelconque engagement avec les Supo ou les autorités, mais à la fermeture de son compte Twitter après qu'il a diffusé les premières images du meurtre et de la décapitation du journaliste américain James Foley.

« Ce n'était pas un problème pour moi à l'époque de voir une décapitation. L'EI a justifié cela en affirmant qu'il tuait des espions. J'ai été cité en tant que source parce que j'ai posté des captures d'écran. J'avais des dizaines de milliers de followers. C'est plutôt surréaliste, car mon compte actuel en a très peu en comparaison. »

L'année qui vient de s'écouler a été ce qu'Al-Finlandi appelle une période de réflexion personnelle, par opposition au programme formel de déradicalisation, inexistant en Finlande. Lorsqu'on lui a demandé, en juin dernier, quelle serait sa réaction s'il apprenait que sa propagande islamiste avait encouragé quelqu'un à mener un attentat, il est finalement devenu sérieux. « J'assume la pleine responsabilité de mes actes. J'ai fait ce que j'ai fait. C'est comme ça. »

« Pour être complètement honnête, il est question de savoir quand un attentat aura lieu, et non de savoir s'il aura lieu. Les autorités finlandaises sont très laxistes. Elles pensent que la menace n'est pas réelle – elles se trompent à ce sujet, car elles sous-estiment les attaques de loups solitaires. Les autorités devraient vraiment s'en inquiéter, car il n'y a rien de plus simple. Ça ne demande pas un large réseau de personnes. »

« Les autorités devraient être très, très attentives, car un attentat ne demande pas grand-chose. Il ne faut qu'un instant pour fabriquer une ceinture explosive. J'espère que cela ne se produira pas, ce serait très regrettable. Nous verrons bien. »

Les Supo ont promis à Al-Finlandi qu'il ne risquait pas la prison, étant donné qu'il n'a enfreint aucune loi.

@LaraWhyte