sexe

Pourquoi on commence à paniquer quand on n’a pas eu de sexe depuis un moment

Les relations sexuelles jouent un rôle essentiel pour renforcer les liens affectifs dans le couple et leurs effets positifs dureraient jusqu’à 48 heures.

Une de mes amies m'a dit qu'elle devenait anxieuse quand elle et son chum n'avaient pas eu de relation sexuelle depuis quelques jours. « Je me sens super bien pendant le sexe et après le sexe, me dit-elle. Puis, si on ne couche pas ensemble pendant trois ou quatre jours, je commence à m'inquiéter. Comme on a des horaires opposés, on est fatigués à des moments différents, et il arrive qu'on s'endorme sans sexe. Ça va, mais je commence à avoir l'impression que ça le dérange, même s'il me jure que non. » Et elle ajoute : « Dès qu'on a baisé à nouveau, tout s'efface. »

Publicité

On sait maintenant pourquoi. Si des études précédentes avaient indiqué que les relations sexuelles renforçaient les liens affectifs et le sentiment de satisfaction relationnelle, elles ne montraient cependant pas que l'effet se poursuit entre les relations sexuelles, selon la chercheuse de l'Université de Florida State Andrea Meltzer. Dans une nouvelle étude publiée dans Association for Psychological Science, elle parle d'une sensation de bien-être qui suit les relations sexuelles. La chercheuse a observé que les effets positifs du sexe sur la relation peuvent se poursuivre, mais seulement jusqu'à 48 heures.

Les chercheurs ont examiné les données de deux enquêtes longitudinales — la première sur 96 couples mariés et la seconde sur 118 couples mariés — dans lesquelles les participants devaient noter au quotidien dans un journal personnel leurs relations sexuelles, leur degré de satisfaction sexuelle et leur degré de satisfaction relationnelle. Andrea Meltzer a observé que la satisfaction sexuelle était élevée pendant jusqu'à 48 heures après le sexe. « Les participants qui ont indiqué une plus forte satisfaction sexuelle dans les 48 heures suivant une relation sexuelle ont aussi indiqué une plus grande satisfaction relationnelle de quatre à six mois plus tard. »

Andrea Meltzer ajoute que cette étude est importante parce qu'elle en appuie d'autres qui suggèrent que le sexe maintient les liens affectifs dans le couple. Du point de vue de l'évolution, elle pense que ce phénomène contrebalance les effets négatifs du sexe : les copulations fréquentes requièrent temps et énergie.

La chercheuse s'est penchée sur la possibilité d'une sensation de bien-être induite par le sexe parce que les anecdotes en ce sens étaient fréquentes. D'ailleurs, quand j'ai posé la question aux gens autour de moi, la plupart m'ont répondu qu'il y avait une différence évidente entre la période de bien-être qui suit le sexe et la période qui vient après. L'universalité anecdotique du phénomène est corroborée par les conclusions de l'étude. Dans le communiqué sur celle-ci, il est écrit que la sensation de bien-être ne variait pas selon le sexe ou l'âge du participant et qu'elle se produit en dépit de la fréquence des relations sexuelles, des traits de personnalité, de la durée de la relation et d'autres facteurs.