Photos

Avec la communauté trans du Pigalle des années 1980

Après s’être installé en France, le photographe Byron Newman a documenté la vie d’un groupe de travailleuses du sexe trans.

par Zing Tsjeng
28 Juin 2017, 4:00am

Toutes les photos sont publiées avec l'aimable autorisation de Byron Newman via la Herrick Gallery

Cet article a été initialement publié sur Broadly.

Nous sommes dans les années 1980 et les Parisiennes photographiées par Byron Newman sont parées de bijoux étincelants, de maquillage charbonneux et d'innombrables couches de blush. La plupart sont originaires du Brésil ; toutes sont des travailleuses du sexe, et toutes sont transsexuelles. Elles ont l'air glamour, fortes et sexy – telles des fugitives dans un clip de Gloria Gaynor, ou des figurantes sur une séance photo de Grace Jones.

Newman avait 30 ans lorsqu'il a emménagé en France afin d'occuper le poste de directeur artistique d'un magazine parisien, mais il a rapidement trouvé une meilleure inspiration artistique dans la communauté des femmes trans de Pigalle. Newman et son épouse, l'actrice française Brigitte Ariel, se sont liés d'amitié avec ces filles et ont commencé à documenter leur vie.

« Je n'étais pas un photographe très expérimenté à l'époque, admet-il. Mais je trouve que mon matériel rudimentaire et mon peu d'expérience donnent à mes photos un aspect brut et immédiat qui me plaît. Si je les avais prises aujourd'hui, elles n'auraient pas été aussi intéressantes. »

Newman a photographié entre 30 à 40 femmes et publié ses clichés dans un ouvrage paru en 1984, The Ultimate Angels, qui fait maintenant l'objet d'une exposition conjointe à la Galerie Herrick, à Londres, avec la peintre Aphrodite Papadatou.

Quand il était à Paris, explique-t-il, les femmes trans vivaient en marge de la société – elles étaient souvent exclues et méprisées. À l'époque, la seule publication à s'être intéressée à leur communauté était Paris Match, mais son utilisation des objectifs longs et des films infrarouges faisait passer ces femmes pour des gangsters ou des criminelles.

Ça ne l'a rendu que plus déterminé à montrer un autre côté de leur vie. Elles étaient capables de poser comme des modèles de Playboy, mais il les a également capturées quand elles sortaient entre amis, bronzaient topless ou se promenaient dans la rue. « La plupart du temps, je me suis contenté d'enregistrer ce qui se passait devant moi », explique-t-il. « J'aime photographier des femmes qui semblent être en contrôle de leur vie, et c'était leur cas. »

Plus de 30 ans plus tard, Newman et son ex-femme ont perdu contact avec la majorité de ces femmes. « C'est un monde très transitoire », déclare-t-il à propos de Pigalle. « Il s'est écoulé un grand laps de temps entre la prise des photos et la publication du livre – un intervalle de trois ans. Entre-temps, beaucoup de [personnes] que nous avons rencontrées sont retournées au Brésil ou ont été expulsées. »

Il garde toutefois de bons souvenirs du temps passé avec elles. Un soir du Nouvel An, ils sont allés à la plage avec une amie, Cassandra, afin de célébrer une cérémonie traditionnelle brésilienne pour bénir l'année à venir. Tandis que Cassandra jetait des fleurs blanches et des bijoux en or dans l'océan, ils ont complètement oublié qu'ils avaient garé la voiture sur le sable, face à la marée montante. « Quand nous sommes revenus, la voiture était à moitié immergée, plaisante-t-il. À deux heures du matin, la veille du Nouvel An, nous avons dû déranger les pompiers ! »

Ultimate Angels sera exposé à la Galerie Herrick à Londres du 12 au 23 juillet.

Tagged:
Paris
FRANCE
LGBTQ
trans
Pigalle
travail du sexe
byron newman
brigitte ariel