Life

Le « edging » ou l'art de retarder l’orgasme

Plus vous vous retenez, plus le plaisir peut être intense.
27 février 2020, 5:08pm
edging
Photo : Alexey Kuzma, via Stocksy. 

Lorsqu'il s'agit de savoir comment avoir des orgasmes meilleurs et plus intenses, on pourrait croire que tout a déjà été écrit. Sur Internet, on peut trouver toutes sortes de conseils adressés aux novices comme au plus expérimentés. Pourtant, la plupart de ces guides négligent une technique simple et extraordinairement efficace : le edging.

Qu’est-ce que le edging ?

En anglais, « edge » signifie « bord », comme le bord d'une table, par exemple. Ainsi, le « edging » est la technique qui consiste à contrôler l'excitation sexuelle jusqu'à être au bord de l'orgasme, sans l’atteindre complètement. Si vous le faites suffisamment de fois, votre corps finira par devenir un nid de sensations et l'orgasme, quand vous y parviendrez, sera beaucoup plus fort et plus intense.

La pratique est également connue sous les noms de « peaking », « surfing », « orgasm training » et « orgasm denial ». Elle présente des similitudes avec la « masturbation lente » décrite dans le livre d'Alex Comfort The New Joy of Sex, et peut également aider les personnes munies d’un pénis à mieux contrôler leur éjaculation.

Fait amusant pour compliquer un peu les choses : le edge play, qui n'a rien à voir avec le edging, est une pratique BDSM qui implique de tester les limites psychologiques d’une personne. Les activités de edge play varient beaucoup, mais sont souvent profondément taboues, intenses, émotionnelles, parfois violentes, mais aussi très érotiques. Elles comprennent notamment l’asphyxie érotique, qui restreint l'apport en oxygène.

Quel est l’intérêt du edging ?

Avoir de meilleurs orgasmes n’est pas une raison suffisante ? Très bien. Voici d'autres avantages.

Pour les hommes, l'attrait principal du edging est que les rapports sexuels durent plus longtemps. La durée moyenne des rapports vaginaux hétérosexuels est de 5,4 minutes, selon une étude publiée en 2015 dans le Journal of Sexual Medicine – prenez-le comme vous voulez.

Le edging séduit également les gens qui veulent rester dans un état d'excitation prolongée. Pour les femmes, retarder l'orgasme de leur partenaire leur donne le temps de s'échauffer et augmente la probabilité d’atteindre l'orgasme.

Comment combiner le edging avec le BDSM ?

En parlant de kinks, les dominants et les soumis pratiquent également le edging, bien qu'ils ajoutent une composante psychologique ou physique supplémentaire pour contrôler le retard ou empêcher complètement l'orgasme. L'objectif reste l'état d'excitation prolongée, mais avec une petite touche pour augmenter le plaisir.

Pour les actifs, le fait de pratiquer le edging sur un partenaire peut augmenter les sentiments de puissance et de contrôle. Pour les passifs, le edging peut augmenter les sentiments de soumission, d'objectivation consensuelle et d’obéissance.

Priver complètement une personne d'un orgasme peut servir à augmenter sa tolérance à certains types de stimuli, tels que la torture érotique (ceintures de chasteté, cages, menottes, etc.), et l’entraîner à jouir quand il le souhaite.

Pendant combien de temps faut-il retarder l’orgasme ?

C'est à vous de voir !

Si vous ne connaissez pas d’expert pouvant vous enseigner l’art du edging, vous pouvez vous entraîner à la maison, en vous masturbant. Écouter son corps et savoir comment il réagit à certaines sensations, pressions et rythmes est extrêmement utile, pas seulement pour la masturbation, mais pour toute activité sexuelle. Comme le dit le célèbre aphorisme grec : « Connais-toi toi-même. » Connaissant les Grecs, ils parlaient sûrement de masturbation.

Le plus simple consiste à se masturber jusqu'à ce que l'on pense que l'on va jouir, puis à s'arrêter pendant une courte période, mais pas au point de perdre l'intérêt et de commencer à scroller Instagram. Plus vous vous entraînerez, plus vous pourrez endurer et le résultat final sera beaucoup plus explosif et agréable.

Les hommes peuvent essayer la méthode du « squeeze », qui consiste à se masturber jusqu'à presque atteindre l'orgasme, à s'arrêter, à presser le bout du pénis pendant environ 30 secondes et à recommencer le processus.

Est-il sain de pratiquer le edging ?

Aucune étude ne suggère que le edging a des effets positifs sur la santé. Mais nous vivons dans une culture centrée sur l'orgasme, et s'il n'y a rien de mal à jouir de temps en temps (et à le faire efficacement), se concentrer sur la réalisation d'un objectif plutôt que sur le plaisir peut entraîner beaucoup d'anxiété, de gêne et, malheureusement, de faux orgasmes. Je parie que cela contribue au nombre élevé de personnes qui se disent anorgasmiques (un dysfonctionnement sexuel qui les empêche d'atteindre l'orgasme), ou qui n'ont jamais eu d'orgasme (10 à 15 % des femmes adultes, selon une étude). Si nous oublions un peu l’orgasme, même pour une courte période, nous sommes libérés du fardeau et de l'obligation d'avoir des relations sexuelles dans un but précis et pouvons nous concentrer sur le plaisir et le savourer, tout comme nous le ferions avec un délicieux repas.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.