Sur le chantier de la COP21 : les travaux continuent

Alors qu’une délégation internationale est réunie à Paris, l’ONU annonce un nouveau record pour les gaz à effet de serre pour 2014.

|
09 Novembre 2015, 3:50pm

À l'intérieur de la salle principale de la COP 21 (VICE News / Etienne Rouillon)

Ce dimanche matin, c'est en chef de chantier que Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères, fait visiter le site de la future COP21, qui doit s'ouvrir dans trois semaines. Les tentes et chapiteaux qui accueilleront le sommet international pour le climat semblent s'élever dans le bon ordre. Voilà pour le plan logistique. La visite ne va pas traîner en longueur. La photo de famille des officiels prise, le ministre tape dans ses mains, c'est le signal du retour.

C'est que, dès le début d'après-midi, un autre chantier doit reprendre son cours, sur le plan politique celui-là. Entre les allées du Bourget, des délégations du monde entier montent dans les bus direction Paris, quelques kilomètres plus au sud.

Jusqu'à ce mardi midi, plus d'une soixantaine de délégations ministérielles internationales sont réunies pour mettre au point les derniers ajustements d'un sommet climatique présenté, encore une fois, comme un sommet de la dernière chance pour la planète.

L'extérieur de la tente principale (VICE News / Etienne Rouillon)

« Plus tard ce sera trop tard », le ton est donné sur les panneaux qui accueillent journalistes et officiels venus fouler les planches fraîchement posées de l'imposante tente qui abritera les séances plénières du sommet. Un sommet dont l'issue positive semble de plus en plus incertaine, à mesure que l'on se rapproche de la date du lancement, avec la publication de rapports tous plus sombres les uns que les autres. C'est peut-être déjà trop tard, relèvent certains observateurs à la lumière des ultimes publications.

Journalistes et membres de délégations étrangères ont visité les 18 hectares du site qui accueillera la COP21 (VICE News / Etienne Rouillon)

Dernière mauvaise nouvelle en date : ce lundi matin, l'Organisation météorologique mondiale (OMM), une agence de l'ONU, a sorti un rapport qui explique que les concentrations de gaz à effet de serre ont battu un nouveau record en 2014. Mesurés depuis 1984, ces rejets ont toujours montré une tendance à la hausse et sont largement imputés à l'activité de l'homme.

L'un des autres espaces édifié pour la COP21 encore en chantier (VICE News / Etienne)

Le jour de la visite du chantier, c'est un autre rapport qui est venu noircir le tableau. D'après le centre d'études Climate Central, un réchauffement de la planète limité à +2°C — ce qui est l'un des objectifs de la COP21— n'empêcherait pas des grandes villes d'être noyées. Les eaux recouvriraient des zones pour l'instant peuplées par près de 280 millions d'habitants. Une montée du niveau de la mer qui toucherait Bombay ou New York, comme figuré dans la vidéo ci-dessous.

Dimanche encore, la Banque Mondiale publiait de son côté un texte consacré au changement climatique et à la pauvreté. Selon le rapport, si la planète n'arrive pas à se mettre d'accord sur des mesures enrayant le changement climatique, ce ne sont pas moins de 100 millions de personnes qui tomberaient sous le seuil de pauvreté en 2030. 100 millions de pauvres en plus sur la planète à cause de récoltes perdues, de prix des matières premières en hausse, des suites de maladies provoquées par des bouleversements climatiques.

Détail de la charpente de l'espace principal de la COP21. (VICE News Etienne Rouillon)

« Comme dans toutes les courses de fond, ce sont les derniers kilomètres qui sont les plus difficiles », a reconnu Laurent Fabius ce dimanche. 196 délégations, 40 000 participants, dont Barack Obama ou Vladimir Poutine doivent se retrouver du 30 novembre au 12 décembre sur le site du Bourget, qui est déjà très sécurisé : vigiles à chaque coin de tente, chien détecteur d'explosifs, policiers en poste à l'entrée.

Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères et Manuel Pulgar Vidal, ministre péruvien de l'environnement et président de la COP20 (VICE News / Etienne Rouillon)

Sur les 18 hectares du site on a préféré le bois aux ors de la République. Si la structure de la tente principale est séduisante avec sa charpente massive, pour le reste, le thème de la déco semble être "profil bas et responsabilité écologique". Le diable de l'empreinte environnementale est dans les détails, tout semble donc avoir été pensé : éclairage fourni en partie par des arbres à vent, chaudière économique, gourdes réutilisables (sans bisphénol) à la place des gobelets.

Le site sera particulièrement surveillé avec près de 1 900 personnes attachées à la sécurité (VICE News / Etienne Rouillon)

À partir du 30 novembre, 35 000 visiteurs sont attendus chaque jour. En tout, 1 900 policiers, gardes de l'ONU ou agents de sécurité seront déployés sur le site et dans les environs. Le chantier sécurité est lui aussi conséquent. Il a notamment motivé le retour du contrôle aux frontières françaises le temps de la conférence sur le climat, dans « un contexte de menace terroriste ou de risque de troubles à l'ordre public, qui pourrait venir entacher cette grande manifestation internationale » a justifié vendredi dernier le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

À lire : La France va fermer ses frontières pour la conférence sur le climat

Suivez Etienne Rouillon sur twitter @rouillonetienne