Publicité
Drogue

Les tests de consommation de drogue autorisés dans les lycées franciliens

Ce dispositif qui n’était jusqu’ici qu’un projet de campagne de la présidente de région Valérie Pécresse (Les Républicains), a été adopté ce jeudi soir.

par Pierre Longeray
20 Mai 2016, 11:05am

Photo via Flickr / Seniju

Si vous êtes lycéen dans un établissement géré par la région Île-de-France, il est possible que vous soyez bientôt soumis à un test salivaire de dépistage de consommation de cannabis, si votre proviseur en fait le choix. Cette mesure qui n'était jusqu'ici qu'un projet de campagne de la présidente de région Valérie Pécresse (Les Républicains), a été adoptée par la région ce jeudi soir.

« Dix pour cent des adolescents franciliens fument plus d'un joint par jour, [un] chiffre qui a plus que doublé en trois ans, » a indiqué Agnès Evren, vice-présidente de région, lors d'une séance du conseil régional tenue ce jeudi. « Nous ne pouvons rester impuissants face à ce fléau, » a insisté Evren, précisant que la consommation de cannabis est une « cause massive de décrochage scolaire, de démotivation, de troubles de la concentration et d'échec solaire ».

L'idée de la région est d'établir un diagnostic en termes de consommations addictives dans les lycées. Ainsi, la région va financer — pour les lycées qui le souhaitent — des tests de dépistage salivaire pour le cannabis. Ces tests seront réalisés par la médecine scolaire, « sous couvert du secret médical, » rassure-t-on.

Les résultats des tests seront exclusivement communiqués aux lycéens (s'ils sont majeurs) ou à leurs parents (s'ils sont mineurs). Les chefs d'établissements n'auront accès qu'à un bilan global et non au résultat des tests individuels.

« Cela détruit toute relation de confiance et d'aide, » regrettait en novembre dernier la docteure Patricia Colson, interrogée par VICE News sur ces tests salivaires, alors à l'état de projet de campagne. « On est dans un but de répression et non pas de promotion de la santé, » expliquait celle qui est aussi secrétaire générale du Syndicat National Autonome des Médecins de Santé Publique de l'Education Nationale (SNAMSPEN).

« Le dépistage salivaire est envisagé dans le but de faire prendre conscience aux familles de consommations qui passent souvent inaperçues, mais cela me semble aller à l'encontre du but recherché, puisque les parents seront dans une logique de répression et d'incompréhension, » nous expliquait cette spécialiste de la médecine des jeunes.

Des « lycéens relais »

En plus de ces tests, la région compte mettre en application d'autres mesures détaillées dans son rapport intitulé « Pour des lycées sans drogue et sans addiction ».

Pour parvenir à cet objectif, la région compte s'appuyer sur la formation. Les professeurs suivront une formation en addictologie et des « lycéens relais » seront formés pour remplir le rôle « d'interlocuteurs des autres lycéens afin de transmettre des messages de prévention, » comme l'a expliqué Evren. En complément, chaque établissement désignera un « référant addiction » formé au « repérage précoce des conduites à risque ».

Suite à un amendement déposé par le groupe MoDem, il sera aussi possible d'analyser les eaux usées des lycées pour détecter les consommations de drogue « d'une manière totalement anonyme ».

À lire : Du cannabis à l'héroïne, comment le Portugal a dépénalisé toutes les drogues

La lutte contre les addictions se fera aussi en dehors des établissements scolaires, où sera mis en place un plan de lutte contre les dealeurs. Il est notamment prévu de « sécuriser les trajets » entre les lycées et les transports publics empruntés par les élèves grâce à des caméras de surveillance. Agnès Erven a précisé à ce propos que les lycées qui en feront la demande pourront aussi recourir à la surveillance vidéo à l'intérieur même des établissements.

En complément de ces mesures mises en place pour lutter contre la consommation de cannabis, des éthylotests seront aussi fournis aux établissements. « Des proviseurs me disent qu'ils voient arriver des élèves en seconde bousillés par l'alcool dès 10 heures du matin, » a déclaré Evren pendant son allocution de ce jeudi devant le conseil régional.

Cette réunion du conseil a notamment été marquée par une drôle d'initiative proposée par Ludovic Toro, conseiller régional d'IDF pour l'UDI, et rapportée par Le Parisien. En plein débat sur ce plan antidrogue, Toro a commencé par déclarer que « selon les statistiques, sur les 209 élus de cette assemblée, 17 sont des fumeurs réguliers de cannabis et 8 des fumeurs quotidiens. »

Il a ensuite proposé — pour « donner l'exemple » — aux autres conseillers régionaux de se soumettre à un test salivaire, en commençant par le groupe EELV (Europe Écologie - Les Verts). Un moment de flottement s'ensuit, avant que le groupe EELV ne dénonce une « stigmatisation ». Toro se reprend et lâche « Je n'ai pas dit que vous étiez positifs ».


Suivez Pierre Longeray sur Twitter : @PLongeray

Photo via Flickr / Seniju

Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez la page de VICE News sur Facebook : VICE News FR