italie

La mafia italienne accusée de détourner des millions d’euros destinés aux migrants

Un centre d’accueil pour migrants serait sous la coupe du clan Arena, lié à la puissante N’Drangheta.
16.5.17

La police italienne soupçonne un groupe mafieux de contrôler l'un des plus grands centres d'accueil destinés aux migrants du pays. Lundi, les autorités ont arrêté 68 personnes liées de près ou de loin à ces activités. Elle estime à 35 millions de dollars le détournement des fonds sensés accueillir les nouveaux arrivants depuis une dizaine d'années.

Parmi les suspects, un prêtre catholique ayant gagné près de 132 000 euros en un an pour avoir prodigué des « services spirituels ».

Publicité

Les arrestations ont eu lieu au centre d'accueil pour migrants de Sant'Anna Cara, sur l'île de Capo Rizzuto, au sud de l'Italie. Plus de 500 policiers de Catanzaro -– une ville du sud de la Calabre – étaient mobilisés pour arrêter des suspects accusés d'association de malfaiteurs, extorsion, port d'armes illégal, fraude, détournement de fonds de l'État et vol, selon un communiqué.

La police a expliqué que Sant'Anna Cara, l'un des plus grands centres d'accueil pour migrants (d'une capacité de 1 200 places), était sous la coupe du clan Arena, lié à la puissante mafia calabraise de la 'Ndrangheta. Le centre est officiellement géré par une organisation religieuse, l'association de la Miséricorde Catholique. Une simple couverture pour la mafia, selon la police.

Les enquêteurs ont déclaré que « le clan contrôlait le centre d'accueil dans un but lucratif » sur l'île de Capo Rizzuto, et ce depuis une décennie. Quasiment un tiers des 100 millions d'euros reçus par le centre ces dernières années auraient été siphonnés par les mafieux.

Le chef de la commission anti-mafia du parlement italien, Rosy Bindi, a qualifié le centre « de source de revenus pour le crime organisé, obtenue avec la complicité de ceux qui géraient le centre. »

Parmi les suspects arrêtés, Leonardo Sacco, chef de l'association de la Miséricorde Catholique, et Edoardo Scordio, le prêtre payé 132 000 euros depuis le début de l'année 2017 pour des « services spirituels ».

Publicité

Il y a actuellement environ 175 000 migrants répartis dans des centres d'accueil en Italie. Le gouvernement leur fournit de la nourriture, un abri, des leçons d'italien et un peu d'argent de poche.

Le centre Sant'Anna Cara était déjà soupçonné de couvrir des activités illicites. Deux ans auparavant, le magazine L'Espresso avait publié une enquête selon laquelle ses fonds étaient détournés et les gérants se faisaient de l'argent sur le dos des migrants.

Les autorités ont tiqué l'année dernière en remarquant une inflation du nombre de migrants dans le centre, et une forte demande de subventions supplémentaires. Un document montre que le centre prospère sur des « migrants fantômes », rapportant jusqu'à 10 000 euros par jour. En 2013, un contrôle de santé avait permis de découvrir que les demandeurs d'asile recevaient des portions moindres de nourriture, quand elle n'était pas périmée.

Ce n'est pas la première fois que le clan Arena est cité dans des affaires liées à la mafia. En 2012, la police italienne avait saisi des biens qui se chiffraient en millions de dollars – y compris l'un des plus grands parcs éoliens d'Europe.


Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez la page de VICE News sur Facebook : VICE News FR