Science

Tremblements de terre : « Plus on les étudie, plus ils semblent difficiles à prédire »

Des sismologues expliquent pourquoi il est très difficile de prévoir quand un tremblement de terre va frapper et avec quelle force, même si on sait où ils sont susceptibles d'arriver.

par Laura Dattaro
29 Avril 2015, 4:54pm

Photo de Wally Santana/AP

Pour certains sismologues, la secousse qui a frappé le Népal samedi dernier n'était pas une surprise.

« Les sismologues sont parfaitement au courant que le système de l'Himalaya est très dangereux, » confirme à VICE News Tom Heaton, un sismologue de l'Institut de Technologie de Californie. « Si vous demandez à des sismologues d'un peu partout, où sont les endroits particulièrement dangereux, l'Himalaya serait cité comme l'un d'entre eux. »

Mais savoir que certaines régions sont plus susceptibles de trembler que d'autres ne signifie pas que les sismologues sont capables de prédire les tremblements. Prévoir les tremblements de terre reste une science vague et peu précise. Pouvoir déterminer où sera le prochain — et quand — ce n'est pas pour demain.

« Aujourd'hui, on n'est pas en mesure de prédire les tremblements de terre, » a expliqué à VICE News Emily Brodsky, de l'université de Santa Cruz en Californie. « Il peut paraître logique de chercher à faire des modèles à partir de tremblements de terre passés, et d'essayer de comprendre s'ils pourraient se reproduire, mais notre histoire n'est pas suffisante pour nous permettre d'être complètement convaincus de l'efficacité [de cette méthode]. »

« On n'a pas assez d'instruments. »

Collecter des données sur les tremblements de terre passés pourrait aider les scientifiques à mieux prédire les prochains, dit Brodsky, mais l'histoire ne peut pas à elle seule résoudre le problème.

Un tremblement de terre a lieu quand il y a de l'énergie qui s'amasse sur une ligne de faille. Après des années, des décennies ou des siècles d'accumulation, ce trop plein d'énergie éclate soudain, créant des vagues sismiques potentiellement destructrices.

Les plaques de la Terre ne cessent de se déplacer très lentement, ce qui signifie qu'il y a toujours de l'énergie qui s'échappe de ces mouvements. Mais en l'absence d'informations précises sur la quantité d'énergie qui s'échappe pendant ce lent déplacement, les sismologues ne sont pas en mesure de savoir combien d'énergie s'accumule — ni à quel moment on atteindrait un niveau qui déclencherait une convulsion majeure.

« Très souvent, la pièce manquante dans notre compréhension du système, c'est le ralenti [du déplacement], » explique Brodsky à VICE News. « On manque d'instruments. »

Ce que les scientifiques savent, en revanche, c'est que les tremblements de terre ont tendance à frapper en groupes. Le risque de répliques après un tremblement de terre persiste pendant des jours, des semaines, voire des années. Et ils savent que la réplique est parfois de plus grande ampleur que la première secousse.

Les modèles statistiques montrent par exemple, qu'un tremblement de terre sur 20 est un choc annonciateur d'une secousse encore plus grande.

À voir : Séisme au Népal (Dispatch 1)

Les scientifiques ne savent toujours pas pourquoi un tremblement de terre peut être de magnitude 4 et un autre de 8, ni pourquoi certaines secousses durent 30 secondes au lieu d'une minute, comme celui qui a frappé le Népal ce samedi. Quand bien même ils le sauraient, ça n'aiderait pas à prédire si un tremblement de terre va frapper.

« C'est assez vague, » admet Tom Heaton, un sismologue de l'institut de technologie de Californie. « Quand on est au milieu de la crise, la seule chose qu'on peut dire aux gens c'est 'Oh oui, il nous arrive d'avoir des tremblements de terre'. Il y a toujours une chance que quelque chose de plus gros arrive. »

Malgré tout, il y a des signes qui montrent que les scientifiques pourraient améliorer leurs prédictions. En mars 2014, des instruments placés dans les fonds marins de l'océan Pacifique, au large des côtes chiliennes, ont commencé à détecter des activités sismiques. Pendant deux semaines, les secousses ont augmenté en magnitude et se sont déplacées vers le nord le long de la faille, à une vitesse de plusieurs kilomètres par jour. Le 1er avril, un tremblement de terre de magnitude 8 a frappé le Chili, tuant six personnes et en déplaçant des dizaines de milliers.

« C'était passionnant pour beaucoup de gens, parce que c'était un tremblement de terre véritablement prévisible, » a dit Brodsky à VICE News. « Il y a une question qui reste ouverte, est-ce qu'on a vu cela parce que nos instruments étaient meilleurs, ou est-ce que c'était différent ? »

Le Japon et le Canada surveillent de la même manière l'activité sismique. Les instruments au large des côtes japonaises permettent aux scientifiques d'observer l'activité sismique le long de la faille qui a provoqué le tremblement de terre et le tsunami de 2011. Le Canada surveille une faille longue de 965 kilomètres qui part de Vancouver pour arriver à Cape Mendocino au nord de la Californie.

Les États-Unis n'ont pas d'outils à placer au large des côtes, comme le Japon et le Canada, bien que les experts s'attendent à ce que la faille le long du Pacifique ne provoque bientôt un important tremblement de terre.

Le Japon a autre chose que les États-Unis n'ont pas : un système d'alerte, qui prévient les individus quelques secondes ou quelques minutes avant qu'une secousse ne frappe. Les signaux de communication modernes vont plus vite que les vagues sismiques d'un tremblement de terre. Quand les capteurs du Japon repèrent un événement majeur, les autorités sont en mesure d'alerter la population, de leur permettre de se mettre à l'abri ou de s'arrêter s'ils sont en voiture.

Le US Geological Survey travaille à la mise en place d'un système d'alerte depuis 2006. Mais le manque de financements empêche le projet d'avancer, déplore Heaton, et il n'a toujours pas bougé depuis la phase de démonstration.

En attendant, il y a peu de signes qui montrent qu'on pourra prévoir les tremblements de terre comme les bulletins météos.

« Plus on les étudie, plus ils semblent difficiles à prédire, » a dit Heaton à VICE News. « C'est décevant. Ce serait tellement bien de pouvoir prévenir les gens des semaines à l'avance, mais il semble que nous n'avons pas de stratégie pour cela. »

Suivez Laura Dattaro sur Twitter: @ldattaro