FYI.

This story is over 5 years old.

guide

Comment avoir un orgasme avec son vagin ?

J’ai appris que la plupart des femmes adultes n’avaient encore jamais expérimenté l’orgasme, ce qui me donne envie de sauter du haut d’une falaise pour atterrir sur un lit de vibros bien affûtés.
22 février 2013, 12:10pm

J’ai appris que la plupart des femmes adultes n’avaient encore jamais expérimenté l’orgasme, ce qui me donne envie de sauter du haut d’une falaise et d’atterrir sur un lit de vibros bien affûtés. Les orgasmes sont primordiaux, et vous devez apprendre à les cultiver. Je sais que ça peut être frustrant, mais vous devez persévérer parce que le monde ne repose que sur eux.

Quand j’étais encore une jeune pousse, je me masturbais comme si je faisais mes devoirs ; je savais que ça allait finir par payer, et qu’un jour, j’allais rallier le monde de ceux qui ont des orgasmes. Ce monde inclut bien sûr 100 % des hommes adultes, eux-mêmes formant presque 100 % de la cohorte des présidents, des P.-D.G. et des agents de police. Je ne suis pas sûre que cette partie-là soit importante, sauf que ça me mettrait vraiment en colère de recevoir des directives de personnes pouvant faire jaillir un truc laiteux de leurs parties génitales. Bon, ce que je veux dire, c’est que ça a été un travail long et consciencieux, mais j’ai persévéré, et réussi.

J’ai remarqué que la plupart des « astuces » pour se masturber étaient purement physiques, mais ce n’est clairement pas le seul ingrédient de la recette de l’orgasme. Comme nous le savons toutes (ou devrions le savoir), les femmes sont des cas psychiatriques, comme leurs mères, leurs grands-mères et toute la lignée anthropologique qui s’étend sur des siècles et à laquelle je ne pige rien. Et parfois, ces problèmes mentaux peuvent freiner toute ascension au plaisir. C’est pourquoi je compte aborder le problème de l’orgasme d’un point de vue méditatif.

**UN ESPACE PRIVÉ **

Un jour, alors que je conduisais dans une rue fréquentée à l’heure de pointe, j’ai réalisé que j’étais sur le point de jouir, parce que j’étais en train de me masturber. Je me suis bluffée ; je me rappelle encore du sentiment de culpabilité qui m’envahissait quand je me touchais dans ma propre chambre, juste parce que j’étais chez mes parents. Les magazines féminins vous recommanderont sûrement de trouver un coin isolé où vous pourrez vous laisser aller — comme dans la douche, derrière une porte fermée à triple tour. Mais je pense que le seul truc à faire, c’est de faire abstraction de tout sentiment de honte rattaché à la masturbation : en bref, de décider de s’en foutre.

J’ai longtemps eu peur que des gens remarquent des résidus de cyprine sur mes doigts, mon teint écarlate et mon expression faciale post-orgasme. Et puis j’ai compris un truc : Rien à foutre. Je suis dégueulasse, je suis un gros sac à merde, comme tout le monde, et si j’ai pas d’orgasme aujourd’hui, je finirai par buter quelqu’un.

Personne ne remarquera que vous vous êtes mis des doigts. Tout le monde s’en tape. Alors allez-y franchement.

LA MONTÉE DU DÉSIR

Vous êtes dotée d’un clitoris censé regorger de terminaisons nerveuses, de flux sanguin et de tous ces trucs qui favorisent l’orgasme. Alors pourquoi, quand vous le touchez, rien ne se passe ? Vous êtes rouillée ? Non. On ne peut pas se contenter de trifouiller son bouton d’or et espérer qu’un truc dingue se produise. Vous devez partir en exploration et penser à des trucs qui vous émoustillent.

Qu’est-ce qui vous émoustille ? Vous n’en savez rien ? Pour diverses raisons, les femmes peinent à avouer ce qui leur fait de l’effet (sûrement à cause de ces années d’oppression, mais c’est un tout autre sujet), ce qui veut dire que fantasmer sur l’amour et le sexe demande beaucoup d’efforts d’ordre psychique. Peut-être que ce qui vous excite, c’est de fonder une famille avec l’être aimé ou de vous faire violer par un clochard. Quoi que ce soit, vous devez être honnête, vous confronter à vos pensées tordues et vous abandonner. N’oubliez pas que vos pensées les plus intimes sont les vôtres, que vous n’avez pas à les divulguer et qu’il ne faut en aucun cas vous sentir coupable.

SE LAISSER ALLER

C’est crucial. Un tas de femmes frôlent l’orgasme mais n’y parviennent pas parce qu’elles ont peur de se laisser dépasser ou d’avoir mal. Du début à la fin, il faut se laisser aller. Qu’est-ce que ça veut dire ? Une sorte de combinaison entre A) arrêter le temps, B) être en accord avec son corps et se laisser emporter par ses pulsions, et C) encore une fois, s’abandonner totalement à toutes les sensations. Votre corps est un dur à cuire, il tiendra le coup. Et même si vous avez la sensation que vous allez vous pisser dessus, continuez. La pire chose qui puisse vous arriver, c’est de devoir laver vos draps humides.

Ça me rappelle l’époque où avec mon copain, je suis devenue « sexuellement active ». J’avais 15 ans et toujours le sentiment de porter des couches culottes et de mettre du talc sur mes érythèmes fessiers ; alors quand il enlevait mes sous-vêtements, c’était juste SUPER BIZARRE. C’est complètement débile mais un tas de gens doivent avoir des restes de leur enfance chelou dans le genre, et ne le savent pas. Parfois, il suffit juste de se dire « et merde ! ».

Concrètement, le conseil que j’ai à vous donner, c’est d’accepter que vous êtes une mordue de sexe bizarre, à mi-chemin entre la femme et l’animal, que vous pouvez avoir un orgasme et que vous n’allez pas en mourir.

Si vous voulez mater du porno mais que vous n’êtes pas satisfaite par ce que proposent les Internets parce que ça vous intimide ou bien vous répugne, alors tournez-vous vers James Deen et Nicole Ray, ou James Deen et n’importe quelle fille ou Manuel Ferrara et n’importe quelle fille. Ils savent y faire avec les femmes. N’ayez pas peur d’aller plus loin et de regarder des sodomies en gros plan ou des femmes qui s’accouplent avec des chiens. Faites juste bien attention aux virus si vous êtes sur PC et pensez à effacer votre historique ;)

Une dernière petite remarque (et de loin la plus importante) : vous croyiez vraiment que j'allais vous apprendre à avoir un orgasme « vaginal » ? Vous savez que ces conneries de différence entre orgasme vaginal et orgasme clitoridien ont été inventés par des ennemis des femmes qui veulent juste que les femmes incapables de jouir sans stimulation clitoridienne (soit 99 % d'entre elles, à vue de nez) se sentent inachevées, incomplètes ? Un orgasme est un orgasme, qu'il provienne de votre petit bouton rose, de votre vagin ou de votre cul ou de qu'est-ce que vous êtes encore allée inventer, petite coquine ? Alors arrêtez de chasser les licornes, et soyez contente du plaisir qui vous inonde, d'où qu'il vienne, et qui vous fait oublier le temps, le chagrin et la dure condition féminine.

C’EST BON VOUS POUVEZ Y ALLER, ÉBATTEZ-VOUS LIBREMENT

Plus de trucs qu'on peut faire seul avec son corps :

JE SUIS AMOUREUX D’UN FAUX VAGIN

**COMMENT SE BRANLER AU BOULOT **Bien faire ce que vous avez à faire, sans bruit ni trace

MESDAMES, MASTURBEZ-VOUS (ET C’EST UNE MEUF QUI NE L’A PAS FAIT LES 26 PREMIÈRES ANNÉES DE SA VIE QUI VOUS LE DIT) Tout ce dont vous avez besoin, c’est des piles