Publicité
Cet article a été publié il y a plus de 5 ans
Musique

Ultrademon est un putain de magicien

Les seapunks croient en l'Apocalypse et jouent aux cartes Magic

par Nikhil Roy
05 Juin 2012, 4:50pm

Photos : Todd Diederich

Quand il n'est pas occupé à gérer son label Coral Records Internazionale ou à organiser une rave dans sa cave diffusée simultanément sur Ustream, le producteur seapunk de Chicago Albert « Ultrademon » Redwine aime les mêmes choses que toute personne normalement constituée : jouer à la console et bouffer des champis.

Mais ce qu'il aime par dessus tout – et qui le différencie de nous autres créatures terrestres – c'est sa pratique de la magie. En ces temps incertains où chaque jour pourrait être le dernier et où des gens mangent d'autres gens sur des parkings canadiens, ce recours aux techniques de défense millénaires le place immédiatement parmi les gens bons à fréquenter. Je lui ai donc demandé s'il ne connaissait pas un sortilège ou un truc à base de plante rousse qui m'aurait m'aider à survivre encore un peu sur cette planète infestée par la Mort. Je n'ai pas tout compris, mais ça a l'air bien.

Ultrademon, au milieu d'une clairière phosphorescente.

VICE : J'ai lu sur ton Twitter que tu t'y connaissais bien en magie. T'aurais un bouquin à me conseiller ?
Ultrademon : 
Non. Je pense que la magie s'apprend mieux en l'essayant. Lire des choses sur la magie, ça t'indique juste une direction à suivre, mais ça ne t'amène vraiment nulle part. Les champis aussi sont importants. En fait les enthéogènes sont super importants, les gens n'ont plus aucun respect pour les drogues, c'est déprimant.

OK. Et c'est grâce à ça que tu ressens la magie ?

Je ne sais pas ce que tu veux dire par « ressentir la magie ». Je suis persuadé que les drogues ont un effet sur la résonance qu'on a dans le temps et dans l'espace. Elles peuvent aussi amplifier les sentiments et les intentions.

Les drogues peuvent aider à révéler certaines choses, c'est sûr, mais je ne réduirais pas la magie à ça. Il ne s'agit pas d'une expérience à court terme, c'est quelque chose qui est éternel, auquel on doit tous faire face.

Comment tu as « appris » la magie ?

J'apprends à travers l'expérimentation. Mais j'ai commencé à faire des recherches sur la démonologie et sur l'utilisation des sceaux démoniaques il y a assez longtemps. C'est sûrement parce que j'ai été élevé au sein d'une communauté chrétienne assez conservatrice que je me suis intéressé à des choses plus sombres.

Ah.

Ce sont ces recherches qui m'ont fait réaliser que toute l'esthétique que je créais était juste une façon de cacher des codes servant à invoquer des choses. Les images, la musique, les sceaux et les sortilèges que je crée sont juste des façons différentes de canaliser toutes ces énergies. C'est peut être pas le moment de parler de ça ceci dit, je viens juste de me réveiller.

Comme tu le sens. Tu te souviens de ta première expérience magique ?

La première expérience révélatrice dont je me souviens s'est déroulée lorsque j'étais allé voir une installation qui s'appelait « The Calm Dome ». J'étais sous cette sorte de coquille en verre teinté, et c'est là que j'ai dit à mon pote Ashley Miller [du groupe SSION] que je savais qu'on vivait derrière un voile, et qu'il y avait un autre monde derrière et que seules certaines personnes pouvaient se réveiller et le voir.

Notre interlocuteur, sur le point de buter un ennemi médiévo-digital.

Et donc à travers ta musique et tes visuels, tu essaies de, hum, lever ce voile ?

Oui. Nous sommes tous des pourvoyeurs d'énergie, on la transfère, mais c'est aussi d'elle qu'on vient. J'ai juste crée une mythologie qui m'est propre pour aller avec. C'est ma façon de mieux appréhender tout ça.

T'as clairement la même approché syncrétique dans la vie que dans l'art.

Absolument, syncrétique voire même chaotique, car la magie du chaos m'a longtemps influencée. Cette magie, c'est utiliser sa propre mythologie pour créer ses propres rituels et sortilèges, tout le contraire de ces ados qui suivent des guides de vieux hippies et qui essayent de t'apprendre à faire des filtres d'amour. [rires]

Mais c'est pas ton truc justement, le « sex magick » ?

Le sexe c'est toujours magique.

Ça devrait l'être. Tu m'as aussi dit que tu t'intéressais au tarot, tu t'en sers pour voir le futur ?

Le tarot c'est à la fois de la micro et de la macro, le futur, le passé, tout y est. C'est un bon outil, mais ça te dit juste des choses que tu connais déjà, qui sont au fond de toi et que tu n'as pas encore assimilées. Il existe un jeu de 44 cartes que j'aime particulièrement, « The Mayan Oracle : Return Path To The Stars », parce que le nombre 44 est important pour moi. Je l'ai vu apparaître de nombreuses fois depuis que mon troisième œil s'est éveillé, c'est comme un portail 1.0 entre ce plan et les autres.

Mmh, ouais. Et donc, grâce à cet œil t'as pu voir quelque chose concernant la fin de l'année ? Ça va vraiment être l'apocalypse ?

Oui. D'une certaine manière ça sera la fin du monde, 2012 marque la fin d'un cycle de 26 000 ans, ça sera la prochaine étape en matière de conscience humaine, certains disent que l'on va évoluer, que notre ADN changera. Je pense que ça va être une sorte de « guerre spirituelle ». Et ce n'est que le début, parce que l'éternité est au bout de la route.

J'espère que t'as raison, parce que j'ai toujours pas terminé Final Fantasy VII.

C'est le meilleur de la série, même si en ce moment je préfère le X. Mais à vrai dire, j'y joue surtout pour son esthétique aquatique.

J'ai aussi entendu dire que tu jouais à pas mal de jeux de rôle.

Ouais, mais ça fait un moment que je n'y ai pas joué. Quand j'étais plus jeune, j'aimais bien Battletech et avec mes frères on écrivait aussi nos propres scénarios pour le jeu de rôle des Tortues Ninja. Sinon en ce moment je joue pas mal aux cartes Magic, j'ai d'ailleurs un Ornithoptère tatoué sur l'avant-bras droit.

Pas mal. Et je suppose que tu joues avec un « deck bleu » ?

Non, c'est Zombelle qui joue avec un deck bleu. Moi je joue soit avec un deck vert, soit avec un deck blanc – avec des esprits, donc. Mais le bleu c'est vraiment bien, tout y est question de contrôle, alors que le blanc tu vois, c'est plus dans un esprit de purification, de justice. Là j'ai envie de me faire un deck avec des elfes et des champignons.

C'est pas un peu nul ça ?

J'en sais rien je suis pas très bon à ce jeu, je suis bien meilleur en magie IRL.

Tu lances des sorts et tout ?

Ouais, enfin je fais surtout des sceaux démoniaques. Je crois que c'est Aleister Crowley qui conseillait de faire des sceaux démoniaques à son propre nom pour s'entraîner. J'invoque donc l'Ultrademon. C'est un truc qu'il faut vivre pour comprendre.

Tagged:
Vice Blog