FYI.

This story is over 5 years old.

LE NUMÉRO D'OÙ TU REGARDES, TOI ?

Les morgues gérées par des bénévoles sont une très mauvaise idée

Ils sont tout à fait incompétents.
27 décembre 2013, 9:00am

Illustration : Rubber House

Le Territoire du Nord australien est immense, peu peuplé, pauvre et rempli d’animaux. Sans surprise, il n’attire que peu de professionnels. Des personnes, par exemple, qui seraient assez compétentes pour gérer une morgue. C’est pourquoi le système de stockage des cadavres sur ce territoire est une merde sans commune mesure. Là-bas, les morgues sont tenues principalement par des bénévoles, et ne sont contrôlées par aucun organe officiel.

C’est un problème, en effet. Une enquête menée l’an dernier par la médiatrice du Territoire du Nord australien, Carolyn Richards, a dévoilé une multitude de pratiques horribles, comme un cadavre laissé à l’abandon dans une salle de tribunal – parce qu’il n’y avait pas d’espace libre ailleurs – et un autre, stocké dans la cuisine d’un médecin une semaine durant. Les choses ne sont pas allées en s’arrangeant et ces derniers mois, les corps de deux Aborigènes ont été enterrés dans la mauvaise tombe – dans une culture où être enseveli avec son clan est de la plus haute importance. Les familles n’ont jamais reçu d’excuses officielles.

Aussi, la famille de Charlton James, qui s’est suicidé en 2011, est toujours en attente d’un « nous sommes désolés » de la part des employés de la morgue, bien intentionnés certes, mais incompétents. Le corps de Charlton a été transporté à la morgue de la ville de Kalkarindji puis, après une panne de courant, son corps s’est mis à pourrir dans la chaleur de la cambrousse australienne. Lorsque sa mère est allée voir le corps, il était dans un tel état de décomposition qu’elle n’a pas été en mesure de le reconnaître.

Depuis la parution de son rapport, la médiatrice Richards a pris sa retraite et confié le dossier à la ministre de la Santé du territoire, Robyn Lambley. Quand j’ai appelé son bureau, on m’a dit que les morgues étaient dirigées par la responsable locale, Bess Price. Quand j’ai demandé à son bureau ce qu’ils avaient prévu pour mettre de l’ordre dans les morgues du territoire, j’ai reçu cette déclaration : « Une prise en charge appropriée des personnes décédées dans les régions excentrées du Territoire du Nord est particulièrement difficile, compte tenu de l’éparpillement de la population sur plus de 1 349 000 km2. » OK ! Ils ont aussi ajouté que le gouvernement du territoire était « actuellement à la recherche de professionnels », c’est-à-dire : le fondement même du problème. Même s’il y avait assez d’argent pour former et rémunérer des agents et des techniciens mortuaires compétents, ce n’est pas une branche dans laquelle beaucoup de gens aimeraient bosser – et particulièrement, les professionnels diplômés. Comme l’a déclaré Richards à NT News : « Il est déjà assez difficile d’attirer des gens pour travailler dans ces endroits isolés, alors imaginez, si on stocke des morts chez eux. »

Plus D'où tu regardes toi ? :

MINEURS NON ACCOMPAGNÉS

PLUS DE SEXE DANS LA BIBLE ! 

UN DÉLICIEUX APRÈS-MIDI