FYI.

This story is over 5 years old.

Des cartographes britanniques ont realisé une carte de la surface de Mars

Vous les remercierez si vous vous égarez au beau milieu de votre randonnée, en août 2102.
17.2.16

Image: Ordnance Survey/Flickr

Lorsque l'on parcourt un territoire, on a besoin de cartes. Sur la planète Mars y compris. C'est du moins le raisonnement de l'organisation chargée de la cartographie au Royaume-Uni, l'Ordnance Survey (OS), qui vient de réaliser une carte de la planète rouge dans un format qui paraitra familier à tous les randonneurs.

« Je ne vois pas pourquoi, dans le futur, on n'utiliserait pas de cartes sur Mars de la même façon qu'on utilise des cartes sur Terre, » explique Chris Wesson, l'homme à l'origine de la carte topographique de Mars représentant une surface de 3672 sur 2721 km, à une échelle de 1 :4 millions.

Publicité

Wesson a commencé à se passionner pour les cartes planétaires après avoir fait la rencontre de Peter Grindrod, planétologue à l'Université de Londres. Ce dernier lui a demandé s'il pouvait transformer les données disponibles sur Mars (publiées par la NASA) en quelque chose qui ressemblerait davantage à une carte de l'OS qu'à un diagramme scientifique.

« Le but était de représenter les éléments essentiels à la surface de Mars, de créer une carte pratique ressemblant à celles que nous avons l'habitude de manipuler, sur Terre, lorsque nous suivons un parcours, » explique Wesson.

La partie la plus difficile du travail, selon lui, a été de rendre compte du paysage martien de manière harmonieuse et cohérente.

Wesson voulait obtenir une représentation la plus simple possible ; la plus grande partie de sa carte est basée sur des données altimétriques et sur des noms de lieu. « En principe, le processus est le même que pour une carte OS, mais la première version de la carte que j'ai obtenue ne ressemblait à rien ; cela tient à la nature du paysage représenté, » explique Wesson.

Il imagine que dans le futur, sa carte pourra être complétée par de nouvelles données ajoutées par superposition : pistes d'atterrissage, routes, etc. D'ailleurs, Ordnance Survey est actuellement en compétition avec le Times pour définir le symbole de la piste d'atterrissage martienne.

La partie la plus difficile du travail, selon lui, a été de rendre compte du paysage martien de manière harmonieuse et cohérente. Contrairement à la Terre, où les territoires sont mis en relief par des montagnes et des vallées, Mars est très plate. C'est donc un défi de reproduire les brusques ruptures de sa surface monotone, comme les cratères ou les massifs rocheux, à l'aide de représentations altimétriques.

« Il fallait montrer les différences d'altitude, très faibles, à l'aide de contours élégants et lisibles. C'était vraiment très difficile, » dit-il.

La carte a été publiée sur Flickr, et OS envisage une impression papier. Il faudra sans doute attendre un peu avant que des touristes humains aient besoin d'avoir un guide martien sous le bras, mais le projet vient à point pour la mission ExoMars de l'Agence Spatiale Européenne à laquelle participe Grindrod, et qui sera lancée en 2018.